Livernon dit non à Base élèves


article de la rubrique Big Brother > base élèves, non !
date de publication : vendredi 16 janvier 2009
version imprimable : imprimer


Mardi 13 janvier 2009, les parents d’élèves ont mis fin à l’occupation de l’école de Livernon (Lot) qui avait débuté le jeudi 8 janvier dernier. Ils avaient entrepris cette action pour exprimer leur refus du fichage de leurs enfants dans Base élèves et leur inquiétude devant la multiplication des fichiers de l’Etat. Le maire du village leur avait apporté son soutien.

Avant d’en arriver à cette extrémité, ils avaient essayé d’obtenir des réponses aux questions qu’ils se posaient. En vain, comme le montre le compte-rendu de leur rencontre avec le secrétaire général de l’inspection académique du Lot, qui les avait reçus quelques jours avant la publication au journal officiel de l’arrêté du 20 octobre 2008 [1].

Les parents de Livernon, soutenus par le Collectif national de résistance à Base élèves (CNRBE), ont organisé une belle manifestation de protestation mercredi 14 janvier 2009. On en reparlera longtemps !

[Première mise en ligne le 12 janvier, mise à jour le 16 janvier 2009]

14 janvier 2009, journée contre Base élèves à Livernon
Les hors-la-loi hissent leurs drapeaux !

Il y avait beaucoup de monde cet après-midi à Livernon pour dire NON À BASE ÉLÈVES, et ça a été une belle réussite : des parents de Livernon, des enfants, les collectifs du Tarn, du Tarn et Garonne et de l’Aveyron très nombreux, des élus : conseiller mandaté par le maire de Durbans, M. Delrieu, maire de Grèzes, M. Cayrel, maire de Théminettes, M. Despeyroux, conseiller général, la FCPE de Figeac, la LDH Martel-Souillac, l’association de défense de la gare d’Assier, des instituteurs, des directeurs, différents collectifs de militants.

15 brebis et leur berger ouvraient la marche, une banderole des parents, des enfants avec des petits moutons en cartons, des affiches : “Nos enfants ne sont pas des moutons”, “Non au fichage”. Un musicien nous donnait l’ambiance ! Des prises de parole, des photos, des interviews, des échanges, l’auberge espagnole.

Deux places ont été inaugurées, celle de la Halle rebaptisée place de la Démocratie, et celle de l’école rebaptisée, place des droits de l’enfant.
Nous y avons accroché les noms, pour redonner du sens à ces termes, les remettre au goût du jour comme des vieux drapeaux rabougris. L’inspectrice de circonscription, qui était venue nous voir dans le bureau pendant l’occupation, nous avait dit que nous étions “hors la loi” : et bien, les hors la loi hissent leurs drapeaux !

Nous, parents de l’école de Livernon, réfléchissons déjà à d’autres actions. Nous restons mobilisés, nous gardons les banderoles sur l’école.
Un grand merci à tous. Ici, les vieux en reparlent, ils n’ont jamais vu ça !
 [2]

Cette action dans le Lot avait été précédée la veille dans l’Aveyron par une réunion publique sur Base élèves, dans le village de Versols... avec une inspectrice de circonscription (IEN), un conseiller pédagogique en informatique et le responsable départemental de la formation à Base Elèves (IA).

Dix minutes à l’IEN pour présenter Base élèves, et dans la sérénité, fusèrent les questions (merci Mireille et Dominique L.)... Et le silence, le blanc, les
non-réponses, puis, au tour des parents de Versols de prendre le relais... et ce fut l’estocade...

Compte-rendu précis et détaillé en fin de semaine !

Contraints, les parents d’élèves stoppent l’occupation de l’école

par Lae. B., La Dépêche, le 14 janvier 2009

Contraints, ils ont quitté l’école de Livernon. Les parents d’élèves qui occupaient le bureau administratif pour empêcher toute saisie de données dans le Fichier Base élèves, depuis jeudi dernier, ont stoppé leur action hier matin. Et ils se préparent à un grand rassemblement, ce mercredi, à 14 heures, devant l’école.

« En arrivant à 8 h 30, la directrice nous a indiqué avoir été convoquée, hier, à Cahors. L’inspecteur d’académie lui a demandé de remplir ce fichier. Après un temps de réflexion, nous avons décidé de nous retirer pour éviter de voir la gendarmerie intervenir dans l’école, devant nos enfants », expliquait une porte-parole des parents d’élèves.

Tous veulent poursuivre la résistance à ce fichage sous d’autres formes. « On veut nous bailloner, nous empêcher de nous exprimer et mettre la pression sur les parents pour les dissuader. Nous sommes en colère, on bafoue notre droit de parents, c’est inadmissible et inacceptable », dénonçaient-ils.

Lors de la réunion, lundi soir, à laquelle assistait une cinquantaine de personnes dont les maires d’Assier, de Livernon, Durbans et Grèzes, l’attaché parlementaire de Jean Launay et le conseiller général du canton Serge Despeyroux, les parents d’élèves avaient décidé de poursuivre l’occupation de l’école. Au petit matin, ils se sont donc rétractés face à une situation tendue.

« On s’interroge : comment faire pour que Base Élèves ne soit pas appliqué à l’insu des parents. On dénonce ces menaces sur le personnel de l’Éducation nationale, sur les parents. C’est une atteinte au droit et aux libertés individuelles », indiquaient-ils.

À Livernon, ce mercredi, un rassemblement contre Base élèves est organisé, avec les collectifs de l’Aveyron, du Tarn, Tarn-et-Garonne, Sud Haute-Garonne et Dordogne, à 14 heures, devant l’école.

JPEG - 9 ko
Nos enfants ne sont pas du bétail !

À Livernon, les parents entrent en résistance

par Lae.B., La Dépêche du 9 janvier 2009

Ils étaient une quinzaine présents dès 8 h 30 et envisagent de se relayer pour occuper en permanence les bureaux de l’école.

Hors de question de se soumettre ! Les parents d’élèves de l’école primaire de Livernon refusent de voir leurs enfants enregistrés sur le Fichier Base-élèves.

Hier matin, dès 8 h 30, ils étaient une quinzaine à se regrouper devant les grilles. « Nous allons occuper l’administration de l’école, pour une durée indéterminée. Il s’agit d’empêcher la directrice de rentrer les données demandées par l’Éducation nationale, dans ce fichier. Pour le reste, nous n’entraverons pas le fonctionnement et la sécurité », prévenaient-ils.

Elles ne sont plus que trois ou quatre écoles dans le Lot à s’opposer à ce que certains appelaient hier « une immatriculation centralisée qui contribue à une vaste entreprise de fichage de la population, afin de contrôler les récalcitrants ou les esprits divergents… ».

Ce qui choque les parents, c’est que cette mesure a été imposée par décret. « Il n’y a pas eu de débat démocratique ou parlementaire. Nous avons été 60 familles à envoyer nommément un courrier précisant que nous nous opposions à l’enregistrement de nos enfants. On nous a répondu que c’était comme ça et qu’il fallait s’y soumettre », indiquait, hier matin, une représentante de l’association des parents d’élèves de Livernon.

Marc Carletti, membre du collectif contre le Fichier Base élèves, dénonçait lui, la pression et les menaces subies par les directeurs d’école. « Ils étaient nombreux à s’y opposer, mais au fur et à mesure, ils ont dû céder sous la pression de leur hiérarchie. C’est inadmissible d’enregistrer ainsi des informations individuelles, voire confidentielles, sur des enfants dès leur inscription à l’école. Et, de les mettre en réseau ».

Alors, tous s’interrogent : qu’est-ce qui empêche le système d’être pénétré ? Comment être sûr que ces données seront protégées ? Pourquoi les maires y ont accès ?

Hier matin, en occupant l’école, les parents d’élèves, soutenus par Jacques Coldefy, maire de la commune, d’ailleurs présent, annonçaient leur détermination : « lundi 12 janvier, nous organisons une réunion publique, à l’ancienne mairie de Livernon, à 20 h 30. Nous ferons le bilan de ces trois premiers jours d’occupation et préparerons un rassemblement pour le 14 janvier. Chaque citoyen est convié ».

Communiqué du Cnrbe

Soutien aux parents d’élèves de Livernon

A Livernon, dans le Lot, des parents d’élèves occupent le bureau de la directrice de leur école pour que leurs enfants ne soient pas fichés dans Base élèves.

Ils refusent ce qui est l’amorce d’un fichage général de la jeunesse. Tout fichier de ce type constitue une menace pour nos libertés individuelles.

Base élèves n’a pu se mettre en place que dans un climat d’intimidation, directeurs et directrices étant sommés d’obéir (retraits de salaire, menaces de retrait d’emploi de direction). Cependant, devant l’absence d’informations claires et fiables sur sa finalité, son fonctionnement, ses possibilités de croisement avec d’autres fichiers (police, justice, CAF, Mairie, Pôles Emploi…), des directeurs continuent, un peu partout en France, à refuser d’effectuer la saisie des données de leurs élèves.

Quatre ans après le début de sa mise en place, le premier acte réglementaire concernant Base élèves a été publié le 20 octobre 2008. Mais cet arrêté ne répond pas à l’inquiétude qui se développe dans les écoles et dans les familles ; en particulier, il ne comporte aucune précision sur un autre fichier centralisé établi pour 35 ans et qui sera alimenté par Base élèves : la Base Nationale des identifiants élèves. L’arrêté vient d’ailleurs de faire l’objet d’un recours en Conseil d’Etat.

Le Collectif National de Résistance à Base Elèves (CNRBE) s’engage aux côtés des familles de Livernon et s’associe à leurs demandes, en particulier, qu’aucune donnée nominative ne doit sortir de l’école.

Comme la Ligue des droits de l’Homme, le CNRBE « est opposé à toute base centrale comprenant l’ensemble de la population dûment identifiée comme à toute forme de fichage généralisé. » [3]

Grenoble, le 10 janvier 2009

Petit historique pour ceux que çà intéresse : ici Livernon dans le Lot.
Petit village de 600 habitants, nous avons LA CHANCE d’emmener nos enfants dans une école où la directrice a longuement et courageusement tenu contre le fichage sur base-élèves.
Retenues de salaire, convocations s’en sont suivies…
Aujourd’hui, pour bien commencer l’année, elle est sommée d’obéir !
Nous parents, avons nominativement remis un courrier officiel, pour demander la non-inscription de nos enfants sur ce fichage.
Réponse de l’inspecteur de Cahors : Vu le décret…vos enfants seront fichés et votre courier ne vaut RIEN !!

Mercredi 14 un rassemblement avec plusieurs collectifs est prévu à Livernon.

Pour en savoir plus : http://retraitbaseeleves.wordpress....

Notes

[1Le CR est téléchargeable :
http://retraitbaseeleves.files.word....

[2FR3, La Dépêche, La semaine du Lot, la radio étaient présents. Voici quelques extraits de l’article La Dépêche du 15 janvier 2009

Une centaine de manifestants à Livernon.
Les parents unis contre le Fichier Base-élèves

« Fichez-moi la paix, ne vous en fichez pas », pouvait-on lire sur les banderoles des manifestants, hier après-midi, à Livernon. Une centaine de parents d’élèves protestait contre la mise en place du Fichier Base Élèves, dans les écoles. « Nous sommes déterminés. On nous a dit qu’on était des hors-la-loi, on veut seulement faire respecter nos droits de parents », dénonçaient-ils.

Le directeur de l’école de Reyrevignes est en résistance : « C’est une question d’éthique. Ce fichage ne correspond pas à ma philosophie de l’école. C’est aussi un principe de précaution. Depuis juillet, j’ai eu trois retenues sur salaire », précisait-il.

Pour ce jeune papa d’Assier, ce décret est révoltant. « Nous n’avons même plus le droit de dire non. Base Élèves c’est l’image même de ce gouvernement qui fait passer tout en force. C’est un mépris de notre avis ».

[3Déclaration du président de la LDH (Michel Tubiana), le 21 mars 2005, devant la CNIL.


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP