août 2003 - Commémoration de la libération de Toulon


article de la rubrique Toulon, le Var > d’une rive à l’autre
date de publication : samedi 30 août 2003
version imprimable : imprimer



JPEG - 8.6 ko
Plaque commémorative, Place de la Liberté à Toulon

Communiqué de presse de la section de Toulon de la LDH [le 18 août 2003]

N’oublions pas !

Toulon a été libéré, en août 1944, par l’action conjuguée de la Résistance locale et de l’ "Armée B" du général de Lattre de Tassigny.

L’armée du général de Lattre était en majorité constituée de troupes coloniales : tirailleurs maghrébins ou sénégalais, chasseurs d’Afrique ... Ces unités ont subi des pertes importantes : le commandant du 6ème Régiment de tirailleurs sénégalais déplore 463 "indigènes" et 124 "européens", tués, blessés ou disparus, entre le 18 et le 25 août 1944.

N’oublions pas ceux qui ont versé leur sang pour nous libérer !

La section de Toulon de la LDH appelle tous les Toulonnais à participer aux cérémonies organisées au cours de la matinée du samedi 23 août 2003 :

- 9h30 : rassemblement place de la Liberté, à l’initiative des Varois pour la Paix et la Justice en Méditerranée, suivi, à 10 h, d’un dépôt de gerbe devant la plaque à la mémoire des spahis, tirailleurs algériens et chasseurs d’Afrique qui ont fait flotter le drapeau français à cet endroit le 23 août 1944 ;

- 10h30 : dépôt de gerbe à la stèle en mémoire du 3ème Régiment de tirailleurs algériens, place Charry ( face à la poudrière de Saint Pierre les Moulins) ;

- 11h, au 53 avenue du XVème Corps puis au monument aux Morts du Pont du Las : cérémonie du souvenir organisée par l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance ( ANACR ).

JPEG - 16.8 ko
Dépot de gerbe à la plaque de la Place de la Liberté - Toulon, le 23 août 2003,

À la mémoire des libérateurs africains
[ Var-Matin, jeudi 21 août 2003 ]

L’Association varoise pour la paix et la justice en Méditerranée juge insuffisant l’hommage officiel qui sera rendu aux combattants d’Afrique lors du 59 ème anniversaire de la Libération de Toulon. Elle organise sa propre commémoration samedi 23 août.

De l’avis de l’Association varoise pour la paix et la justice en Méditerrannée (AVPJM), la reconnaissance n’était pas " à la hauteur du sacrifice " ... Alors, ce samedi 23 août, cinq jours avant la cérémonie du 59ème anniversaire de la Libération de Toulon, cette association rendra son propre hommage " à ces peuples d’Afrique du Nord et d’Afrique Noire qui ont [...] versé leur sang pour libérer Toulon ". Mais continuent d’apparaître, selon Fahima Laidoudi, membre du bureau, " comme les oubliés " du souvenir officiel. A l’origine de cette cérémonie " off " que l’on jure " au-delà de toute volonté polémique ", la publication du programme " in " pour le 28 août, date traditionnelle de commémoration de la semaine d’âpres combats qui ont conduit à la libération de la ville le 28 août 44.

Si la commune prévoit une " cérémonie intime " devant la stèle dédiée aux 21 tués du 3ème régiment de tirailleurs algériens " (place Edgar-Quinet), aucun " hommage particulier " n’est attendu, ensuite, sur le parcours du défilé officiel.

Or, pour Fahima Laidoudi, le " rôle crucial " des combattants issus des ex-colonies - Algériens, Tunisiens, Marocains, Sénégalais constituaient plus de la moitié des forces française débarquées en Provence avec l’armée B - dans les opérations militaires, méritait plus que cette " cérémonie intime ". Comme le passage du cortège sur la place de la Liberté. Là où une stèle rend tout particulièrement hommage aux spahis, tirailleurs algériens et chasseurs d’Afrique envoyés en première ligne pour ouvrir la voie à l’armée de libération. Aux côtés des soldats " sans uniformes" de la Résistance (FFI), ce sont eux qui, les premiers, " plantèrent le drapeau français sur la place de La Liberté ".

" Un sacrifice longtemps minimisé "

C’était le 23 août et l’AVPJM se verrait bien, " au nom du travail de mémoire " faire de cette date un symbole fort à l’attention des nouvelles générations issues de l’immigration. " Après la parenthèse FN, c’est important pour les jeunes qu’on reconnaisse le sacrifice de leurs ancétres. Un sacrifice qui, au lendemain de la guerre et des revendications indépendantistes, a été longtemps minimisé par les autorités françaises ", justifie Fahima Laidoudi, Française de 2ème génération, dont le " tonton a libéré TouIon avec la DIA ",

En mairie, on se déclare tout de même " étonnés " par l’initiative de l’AVPJM. " Il y a une cérémonie intime prévue. Quant à la cérémonie officielle, elle honorera tous les libérateurs sans exception, sur un pied d’égalité ", explique un responsable.

En gage de sa " bonne foi " la mairie annonce par ailleurs la tenue, à la rentrée, d’une " exposition sur le thème des libérateurs de Toulon ". Les soldats venus d’Afrique devraient y figurer en bonne place.

F.P.

JPEG - 11.3 ko
La stèle en mémoire du 3ème RTA, face à la poudrière de Saint Pierre les Moulins.

Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP