Fukushima : la colère de Michel Bernard


article de la rubrique droits sociaux > santé
date de publication : mardi 29 mars 2011
version imprimable : imprimer


Depuis plus de 10 jours, la centrale nucléaire de FUKUSHIMA DAIICHI rejette des produits radioactifs dans l’atmosphère : ces rejets ne sont ni maîtrisés ni quantifiés. Dans le même temps des stations de mesures réparties sur l’ensemble de notre planète enregistrent les niveaux de radioactivité de l’air et suivent pas à pas l’évolution de la radioactivité dans l’espace et dans le temps… tout en veillant jalousement à ce que ces données restent secrètes.
Cette situation, choquante en temps normal, est totalement inacceptable en situation d’urgence radiologique. D’autant plus inacceptable que ce réseau de mesure est financé par l’argent public !

Un fait qui, à lui seul, suffirait à justifier le coup de colère de Michel Bernard.


Communiqué Criirad [1]

Les chiffres relatifs à la contamination de l’air existent, mais ils sont confisqués par les Etats !

[version mise à jour le 26 mars 2011]


COLERE ET INDIGNATION – VOLET N°1

Un réseau international composé de plus de 60 laboratoires d’analyse a été mis en place par l’Organisation chargée du Traité d’Interdiction Complète des Essais Nucléaires (TICEN), traité ouvert à la signature en 1996). Ces laboratoires sont équipés de détecteurs de très haute précision, répartis sur l’ensemble de notre planète, qui contrôlent quotidiennement la radioactivité de l’air.

Leur mission : rechercher les très faibles quantités de produits radioactifs qui pourraient indiquer qu’un essai nucléaire a été effectué en violation du Traité d’Interdiction Complète des Essais Nucléaires (TICEN).
Les résultats de ces analyses auraient permis de suivre, jour après jour, depuis le 12 mars 2011, la progression des masses d’air contaminé par les rejets radioactifs de la centrale nucléaire de FUKUSHIMA DAIICHII. En fait, presque rien n’a filtré car les résultats sont transmis à des organismes
officiels strictement sélectionnés par les Etats et qui sont tenus de ne rien divulguer. Seuls des pays comme l’Allemagne et l’Autriche ont passé outre et communiqué quelques séries de résultats utiles pour comprendre l’évolution dans le temps et dans l’espace de la contamination.

Pour l’essentiel, c’est le secret qui domine. Le réseau international de mesure est pourtant financé par de l’argent public et les populations ont droit à cette information.
La publication des données du réseau du TICEN (ou CTBT) [2] ainsi que des installations nucléaires nord‐américaines aurait renseigné précisément sur les niveaux de contamination de l’air et nous aurait permis d’évaluer de façon fiable les niveaux de risque bien avant que les masses d’air contaminé n’arrivent sur l’Europe.

La CRIIRAD lance un appel international, invitant citoyens, associations, scientifiques, élus … de tous pays à se mobiliser à ses côtés afin d’exiger que les résultats relatifs à la contamination radioactive de l’air, obtenus grâce à l’argent public, soient mis à disposition du public ET SERVENT A SA PROTECTION.

(lire la suite)

Une pétition de la Criirad à signer

JPEG - 18.5 ko
(www.internationalnews.fr)

Fukushima : le cri de colère de Michel Bernard [3]

Je suis en colère parce que l’accident de Tchernobyl n’a pas servi de leçon. Et que l’on continue à entendre et lire les mêmes mensonges sur le nucléaire dans les médias.

Je suis en colère quand j’entends à la radio, un haut responsable du nucléaire français nous dire qu’on ne peut remettre en cause le nucléaire : "personne n’a envie de revenir à la bougie". Que je sache, dans les pays européens qui n’ont pas de centrales nucléaires (Autriche, Danemark, Grèce, Irlande, Islande, Italie, Luxembourg, Norvège, Portugal…), y-en-t-il où l’on s’éclaire à la bougie ? Il n’y a que 441 réacteurs nucléaires dans le monde (dont 58 en France, 55 au Japon)… dans seulement 31 pays, tous les autres pays s’en passent.

Je suis en colère quand en 1979, après l’accident nucléaire de Three-Mile Island, on nous a dit que c’était parce que les Américains étaient moins forts que nous ; quand en 1986, après l’accident de Tchernobyl, on nous a dit que les Russes étaient moins forts que nous… et que je lis aujourd’hui que les Japonais sont moins forts que nous… De qui se moque-t-on ?

Je suis en colère quand on me dit que l’on peut continuer à exploiter encore des vieux réacteurs comme Fessenheim en Alsace (qui a trente ans) parce que "plus il est vieux, mieux on connaît un réacteur". Ce n’est pas parce que vous connaissez bien les défauts de votre vieille voiture qu’elle tombe moins souvent en panne et moins gravement. (Le réacteur Fukushima-Daiichi 1, qui vient d’exploser avait 40 ans et a été autorisé à continuer de fonctionner pour dix ans en février 2011 !).

Je suis en colère quand on nous dit que l’on ne peut se passer du nucléaire en France, parce que cette énergie fournit près de 80 % de notre électricité. C’est oublier que l’électricité n’est pas la principale source d’énergie (c’est le pétrole) et que le nucléaire ne représente que 17 % de notre énergie. Si l’on voulait s’arrêter, on pourrait s’appuyer sur une solidarité au niveau de l’Europe : là, le nucléaire ne représente que 35 % de l’électricité et seulement 9 % de l’énergie ! Il suffirait donc d’économiser 9 % pour s’en passer !

Je suis en colère parce qu’au nom de la défense de la croissance économique, les programmes énergétiques français ou européens, négligent toujours plus ou moins le potentiel des économies d’énergies, préférant la surconsommation, éventuellement alimentée par le recours aux énergies renouvelables. Or l’énergie la plus propre reste celle que l’on ne consomme pas. En adoptant les meilleures techniques disponibles et en évitant les comportements énergivores, nous pourrions diviser par 4 notre consommation en une vingtaine d’années.

Je suis en colère parce que les discours économiques nous polluent : on nous dit qu’arrêter un réacteur nucléaire, ce serait de l’argent gaspillé… mais les 1000 milliards d’euros déjà dépensés en 25 ans pour la gestion de la catastrophe de Tchernobyl (et c’est loin d’être terminé), ce n’est pas un gaspillage encore plus grand ? Mille milliards d’euros, c’est sensiblement le coût qu’il a fallu dépenser pour construire l’ensemble des 441 réacteurs actuellement en fonctionnement.

Je suis en colère parce que je sais que l’on peut arrêter relativement rapidement le programme nucléaire français, qu’il existe de multiples scénarios de sortie sur le sujet (de 2 à 30 ans selon les efforts qu’on veut bien consentir).

Je suis en colère quand j’entends mon gendre, 25 ans, ingénieur dans le photovoltaïque, me dire qu’il cherche un nouveau travail car la profession est sinistrée suite aux récentes décisions du gouvernement.

Je suis en colère quand mon fils, 20 ans, me dit : "à quoi ça sert de faire des études si dans cinq ans on a tous un cancer" (et il ne pense pas qu’au nucléaire, mais aussi à la pollution atmosphérique, aux pesticides…).

Alors j’agis, je me suis investi depuis une trentaine d’années dans les médias écologistes pour faire circuler une information moins déloyale et j’incite les journalistes et les lecteurs à prendre le temps d’eux aussi chercher où est la vérité. Comment peut-on encore minorer l’importance de la pollution radioactive au Japon alors que les images sur internet nous montrent les réacteurs en flammes ?

Alors j’agis et je m’engage dans l’une des 875 associations qui animent le réseau Sortir du nucléaire pour demander à nos élus de faire pression pour un changement de politique dans le domaine de l’énergie.

Alors j’agis au niveau local en rejoignant les nombreux groupes locaux qui travaillent à des plans de descente énergétique qui nous permettront de diminuer la menace nucléaire, mais aussi notre dépendance à un pétrole qui va être de plus en plus rare. Alors j’agis car aujourd’hui si le lobby nucléaire arrive à manipuler élus et médias, c’est parce que nous ne nous indignons pas assez !"

le 17 mars 2011

Michel Bernard


P.-S.

Une pétition de la Criirad demandant la « transparence sur la radioactivité de l’air pour la protection des citoyens » :
http://www.mesopinions.com/CRIIRAD-....

Notes

[2Le CTBT, ou Comprehensive Nuclear‐Test‐Ban Treaty, est un accord multilatéral ouvert à la signature le 24 septembre 1996. Infos sur le site de l’Organisation du CTBT (CTBTO) à www.ctbto.org.

[3L’écologiste Michel Bernard, est journaliste à la revue Silence, qui a publié ce texte le 17 mars 2011.
Référence : http://www.revuesilence.net/index.p....


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP