pour Rémi Fraisse, victime de violences policières


article communiqué de la LDH  de la rubrique démocratie
date de publication : dimanche 16 novembre 2014
version imprimable : imprimer


Il est inacceptable, dans un État de droit où la liberté de manifester est fondamentale, qu’une manifestation trouve une telle issue tragique.

A Toulon : rassemblement en hommage à Rémi Fraisse
Vendredi 31 octobre à 18h sur la Place de la Liberté

[Mis en ligne le 29 octobre 2014, mis à jour le 16 novembre]



Communiqué LDH

Contester et mourir ...
Conséquence du refus de la confrontation démocratique

Rémi Fraisse est mort dans la nuit du 25 octobre 2014 lors de la manifestation qui s’opposait à la construction d’un barrage de retenue à Sivens, dans le Tarn. Militant écologiste, membre de France nature environnement, il faisait partie des nombreux acteurs, en particulier locaux, qui voulaient faire connaître un point de vue, pourtant largement partagé, de contestation d’un projet dont l’utilité méritait d’être interrogée.

Cette mort n’est pas acceptable. La Ligue des droits de l’Homme présente à sa famille et à ses proches toutes ses condoléances.

La LDH prend acte de l’ouverture prochaine d’une information judiciaire, seule mesure de nature à permettre d’établir la vérité des faits.

Cependant, quelles que soient les responsabilités individuelles qui se révéleront, la mort d’un manifestant atteste d’un mauvais usage, voire d’un usage excessif des forces de l’ordre.

La Ligue des droits de l’Homme constate que de Continental à Notre-Dame-des-Landes, de la ferme des « Mille vaches » à Sivens, la contestation est criminalisée et réprimée. Cette politique place l’ensemble de la société sous tension alors même qu’elle aurait besoin de raison, et elle substitue l’autoritarisme au débat et à l’imagination dont nous avons besoin collectivement pour relever les défis posés au vieil ordre productif et de distribution. La société française doit apprendre à débattre avec calme du bien-fondé de ses aéroports, de ses barrages et de son industrie agroalimentaire. Le gouvernement doit apprendre à compter avec les refus populaires et à en valoriser l’apport dans des processus de confrontation démocratiques, accepter, enfin, de considérer que l’avenir n’est pas de son seul ressort.

A défaut, on peut prévoir d’autres tensions, d’autres durcissements, d’autres drames, provoqués de fait par des acteurs très éloignés de l’intérêt général. La Ligue des droits de l’Homme entend rester vigilante quant au respect des libertés et droits fondamentaux des citoyens par les pouvoirs publics, dans ce contexte comme dans d’autres.

Paris, le 28 octobre 2014

_______________________

Complément

Création d’une commission nationale d’enquête sur les conditions de la mort de Rémi Fraisse

Dans la foulée de son communiqué du 28 octobre 2014 sur la mort de Rémi Fraisse, la LDH a organisé une conférence de presse, ce 14 novembre 2014, avec Benoît Hartmann (FNE), Florian Borg (SAF), William Martinet (UNEF), Fabrice Ferrier (RAIDH), ainsi que l’avocat de la famille Fraisse, Arié Alimi afin d’annoncer la création d’une commission nationale d’enquête sur les conditions de la mort de Rémi Fraisse.

Le 14 novembre 2014

Communiqué d’EELV Toulon

Depuis plusieurs semaines des militants écologistes et de nombreux citoyens se sont mobilisés contre le projet du barrage de Sivens. Cette retenue d’eau, dont la construction est prévue sur l’emplacement d’une zone humide majeure du département du Tarn, sera une catastrophe pour la biodiversité locale.

Dans la nuit du samedi 25 au dimanche 26 octobre, le corps sans vie d’un jeune militant de 21 ans, Rémi Fraisse, a été retrouvé. Plusieurs témoins attestent des affrontements violents qui ont eu lieu entre les manifestants et les forces de l’ordre. D’après l’avocat de la famille, qui a déposé plainte pour homicide volontaire, Rémi serait décédé des suites d’une explosion de grenade qui aurait été lancée depuis les positions des gendarmes mobiles. Rémi Fraisse n’avait pourtant ni le profil, ni le comportement d’un manifestant violent.

Il est inacceptable, dans un état de droit où la liberté de manifester est fondamentale, qu’une manifestation trouve une telle issue tragique.

Le Groupe Local d’Europe Ecologie Les Verts - Toulon, ainsi que toutes les organisations qui voudront bien s’y associer, souhaite rendre hommage à Rémi Fraisse et appelle à ce que la justice éclaircisse les circonstances de ce drame ainsi que les responsabilités des forces de l’ordre.

Afin de rendre hommage à Rémi Fraisse, nous vous appelons à un rassemblement
vendredi 31 octobre à 18h sur la place de la Liberté à TOULON.

_____________________________

JPEG - 18.9 ko
Dès 18 heures, les manifestants étaient sur la place de la Liberté à Toulon. (V. Le Parc)

À Toulon, rassemblement dans le calme en hommage à Rémi Fraisse

par V. Le Parc, Var-Matin, le 1er novembre 2014


Une cinquantaine de manifestants se sont réunis vendredi à Toulon pour rendre hommage au jeune militant écologiste mort la semaine dernière.

Des bougies, quelques drapeaux, beaucoup de pudeur. Vendredi soir à 18 h, sur la place de la Liberté à Toulon, une cinquantaine de manifestants se sont réunis à l’appel d’Europe Écologie Les Verts (EELV). Objectif : rendre hommage au jeune militant de 21 ans, Rémi Fraisse, mort le week-end dernier lors des violents affrontements nocturnes entre gendarmes et opposants au projet du barrage de Sivens (Tarn).

La Ligue des droits de l’homme, la CGT, le Parti de Gauche, Ensemble, Solidaires, la FSU et la CGT avaient tenu à participer à ce rassemblement très calme, loin des heurts déplorés à Rennes ou à Paris ces derniers jours. Une minute de silence a même été observée en la mémoire de Rémi « qui n’était ni un extrémiste, ni un terroriste mais qui avait pour passion la protection de la biodiversité », a notamment rappelé Guy Rebec pour EELV.

Les manifestants toulonnais ont en outre dénoncé « la répression dure » et le « refus de concertation démocratique » des autorités, ainsi qu’un projet de barrage « surdimensionné » et qui « doit être revu ».

P.-S.

Voir le dossier du site Reporterre consacré à ces événements – qui auraient pu être évités !


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP