un revenu de base en 2019 ?


article de la rubrique droits sociaux > travail
date de publication : samedi 31 mars 2018
version imprimable : imprimer


Le "revenu de base" viserait à pallier les « limites » du Revenu de solidarité active (RSA) versé aux personnes sans ressources, sans résoudre les problèmes de pauvreté.


UN TEST LANCÉ EN 2019 ?

L’expérimentation de terrain permettrait d’évaluer le revenu de base "pour l’ajuster, avant peut-être de le généraliser", font valoir les présidents de département volontaires, sans en préciser les contours exacts.

Le revenu de base n’est pas le "fossoyeur de la valeur travail" mais représente au contraire "pour celles et ceux qui passent à travers les mailles du filet de toutes les politiques publiques une opportunité de reprendre le chemin de l’emploi", assurent-ils.

Jean-Luc Chenut (Ille-et-Vilaine), a expliqué pourquoi il défendait cette idée : « Avec plus de 10 minimas sociaux, notre système de solidarité se caractérise par une formidable complexité qui explique en grande partie la part considérable, sans doute 30% pour le RSA, de nos concitoyens qui ne prétend pas aux aides auxquelles ils ont droit ».
Il précise ensuite l’objectif de la démarche : "élaborer puis expérimenter en situation réelle, une allocation unique à créer, dite « revenu de base », qui serait conditionnée aux revenus et issue de la fusion d’un certain nombre de minimas sociaux existants".

LES DEPARTEMENTS VOLONTAIRES :

Ardèche, Ariège, Aude, Dordogne, Gers, Haute-Garonne, Ille-et-Vilaine, Landes, Lot-et-Garonne, Meurthe-et-Moselle, Nièvre, et Seine-Saint-Denis

P.-S.

Sources : [1] et [2]


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP