solidarité avec Pınar Selek, menacée de la prison à vie


article communiqué de la FIDH  de la rubrique international > Turquie
date de publication : vendredi 11 février 2011
version imprimable : imprimer


Pınar Selek est une écrivaine et sociologue turque qui défend activement depuis plusieurs années les droits des femmes, des groupes de population marginalisés et victimes de discriminations, comme les enfants des rues, les minorités kurdes et arméniennes. Injustement accusée d’être à l’origine d’un attentat terroriste en 1998 au marché des épices d’Istanbul, elle risque la prison à vie : malgré trois acquittements successifs en 2006, 2007 et le 9 février 2011, elle continue à être poursuivie par la justice turque (le procureur a fait appel de la dernière décision d’acquittement).

Le comité de soutien à Pınar Selek a ouvert un site internet en français. Il propose un dossier de presse (pdf) ainsi qu’une pétition à signer en ligne.
Pour vous tenir au courant de l’évolution de la situation de Pınar Selek, consultez le blog d’Etienne Copeaux.

[Mis en ligne le 19 janvier 2011, mis à jour le 11 février]



Dernières nouvelles

  • 9 février 2011 : Pınar Selek est acquittée

Yqemin Öz, avocate et présidente de l’association de soutien, a annoncé la nouvelle devant le tribunal : l’acquittement de Pınar Selek du chef d’inculpation d’attentat terroriste pour lequel une peine de 36 ans avait été requise. Pınar peut donc, en principe, revenir en Turquie, où elle doit répondre en juin d’un second chef d’inculpation : appartenance à une organisation illégale.

Le jugement d’aujourd’hui est un bonheur pour ses proches et tous ceux qui la soutiennent. C’est aussi une excellente nouvelle pour la Turquie.

  • 11 février 2011 : le procureur fait appel de la décision précédente

Ci-dessous, un appel de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme à une mobilisation internationale le 9 février 2011.

Appel de la FIDH

Douze années de harcèlement judiciaire contre Pınar Selek

18 janvier 2011

L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, un programme conjoint de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), appelle à la mobilisation internationale pour demander l’acquittement de la défenseure des droits de femmes et des droits minorités Pinar Selek.

Le 9 février 2011, Mme Pınar Selek, écrivain et sociologue qui défend activement les droits des femmes, des groupes de population marginalisés et des victimes de discrimination, y compris les enfants des rues, et des minorités kurdes et arméniennes, passera de nouveau en jugement devant la douzième chambre de la Haute cour criminelle d’Istanbul. La procédure criminelle contre cette défenseure des droits de l’Homme dure depuis 1998.

Accusée sans preuve tour à tour de soutenir le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), puis d’avoir fait exploser une bombe dans la bazar égyptien d’Istanbul en 1998, Pınar Selek a été emprisonnée et torturée durant deux ans et demi avant d’être acquittée par deux fois par la douzième chambre de la Haute cour criminelle d’Istanbul pour manque de preuve. En effet, plusieurs expertises judiciaires ont confirmé l’absence de bombe et attribué l’explosion à une fuite de gaz et, le prévenu qui l’avait incriminé au cours d’un interrogatoire s’est rétracté pendant le procès. Néanmoins, le procureur a fait appel à chaque fois de ces acquittements. Et par deux fois, la Cour de cassation a accédé à sa demande en annulant les jugements de première instance.

Le procureur général de la Cour de cassation a fait appel de la dernière décision de la Cour de cassation. Mais, le 9 février 2010, le Haut conseil général pénal de la Cour de cassation a rejeté l’opposition du procureur général et, dans son arrêt, a disposé clairement que la décision de la Cour de cassation était raisonnable, en réclamant une peine de prison à vie à l’encontre de Mme Selek. L’affaire sera examinée à nouveau par la douzième chambre de la Haute cour criminelle d’Istanbul. Si celle-ci décide une nouvelle fois d’acquitter Mme Selek, cette décision sera à nouveau portée devant le Haut conseil général pénal de la Cour de cassation. Depuis douze années, les droits de Pınar Selek sont bafoués et elle ne peut ni vivre une vie normale ni mener ses activités de défense des droits de l’Homme.

L’Observatoire appelle les autorités turques à mettre un terme à toute forme de harcèlement judiciaire à l’encontre de Pınar Selek en représailles de ses activités légitimes de défense des droits de l’Homme. En outre, l’Observatoire invite les destinataires de cet appel à écrire aux autorités pour exprimer leur préoccupation face au harcèlement judiciaire subi par Pınar Selek.


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP