Pinar Selek doit être définitivement acquittée


article de la rubrique international > Turquie
date de publication : jeudi 17 janvier 2013
version imprimable : imprimer


La sociologue turque Pınar Selek est pourchassée par la justice de son pays depuis 1998. Accusée de complicité d’un attentat qui n’a jamais eu lieu, elle a été condamnée à perpétuité ; elle a été acquittée par trois fois, mais par trois fois le jugement a été annulé ! Harcelée par le pouvoir, elle vit actuellement à Strasbourg. Le 24 janvier prochain, lors d’une nouvelle audience, elle risque d’être à nouveau condamnée à la prison à vie.

Le cas de Sevil Sevimli constitue une autre illustration de l’utilisation répressive de la justice turque : une peine de 21 ans de prison a été requise le 16 janvier dernier, contre la jeune étudiante de nationalité française accusée d’ « appartenance à une organisation armée », et de « propagande pour une organisation [illégale] » [1].


Communiqué LDH

Pınar Selek doit être définitivement acquittée

Paris, le 17 janvier 2013

La sociologue, écrivaine et militante turque, Pınar Selek, féministe engagée, connue pour ses travaux de recherche sur les processus de paix et la démilitarisation, doit comparaître une nouvelle fois le 24 janvier 2013 devant un tribunal à Istanbul.

Elle est victime depuis quatorze ans d’un acharnement judiciaire de la part du pouvoir turc en raison de ses travaux concernant des militants kurdes du PKK et de son engagement contre le patriarcat et le conditionnement machiste du service militaire en Turquie. Un procureur avait requis contre elle la prison à perpétuité sur la base d’un témoignage obtenu sous la torture et dont l’auteur s’est rétracté, pour un crime qu’elle n’a pas commis, un « attentat » au Bazar aux épices qu’elle aurait contribué à perpétrer et qui n’était en fait qu’une explosion accidentelle.

Malgré trois acquittements prononcés par les juges de la 12e Cour pénale d’Istanbul en 2006, 2008 et 2011, elle a dû comparaître à nouveau le 13 décembre dernier. Ses avocats ont plaidé l’illégalité de la procédure et demandé le dessaisissement de la cour, de sorte que le verdict qui pouvait la condamner à une peine de prison à perpétuité n’a pu être prononcé. L’audience du 24 janvier est une étape décisive à laquelle assisteront plusieurs délégations, dont celle de la FIDH.

Le massacre des trois militantes kurdes à Paris le 9 Janvier 2013 montre que ceux qui veulent la guerre en Turquie sont prêts à tout pour décourager tous les efforts de paix. Pınar Selek ne doit pas en faire les frais. Elle doit être définitivement acquittée des accusations absurdes portées contre elle.

Communiqué LDH

La LDH condamne l’odieux assassinat des trois jeunes Kurdes

Paris, le 11 janvier 2013

La Ligue des droits de l’Homme condamne l’effroyable assassinat politique qui vient d’être commis et qui a coûté la vie à trois militantes politiques kurdes présentes dans les locaux du Centre d’information kurde. Les autorités judiciaires françaises ont la responsabilité de diligenter une enquête rigoureuse qui, seule, permettra de connaître les auteurs et les commanditaires de cet assassinat.

La LDH rappelle et affirme que la solution de la question kurde en Turquie passe par le respect de la liberté d’expression et la tenue des négociations par toutes les parties. La LDH appelle à participer au rassemblement de protestation et de soutien à Paris, le samedi 12 janvier.

Notes

[1Source : http://www.susam-sokak.fr/article-2.... Le tribunal prononcera ultérieurement sa décision.


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP