pétition pour Mimmo et film au Royal le 22 octobre


article de la rubrique international > l’Europe
date de publication : dimanche 17 octobre 2021
version imprimable : imprimer


Le 22 octobre, Cercle de silence (18 h, place de la Liberté) et le film "Un paese di Calabria" au cinéma Le Royal (20 h), soutien à Domenico Lucano dit Mimmo.


Pétition de soutien : [1]

Domenico Lucano

C’est une sentence très lourde, généralement réservée aux membres de la mafia sicilienne ou aux grands criminels. L’ancien maire de Riace en Calabre, région du sud de l’Italie, a été condamné jeudi 30 septembre 2021 à plus de 13 ans de prison pour incitation à l’immigration clandestine et pour des irrégularités dans la gestion des demandeurs d’asile.

«  Je n’ai pas de mots, je ne m’y attendais pas  », a déclaré Domenico Lucano à l’annonce du verdict. « J’ai passé ma vie à défendre des idéaux, à me battre contre les mafias. Je me suis toujours mis du côté des déshérités, des réfugiés qui ont débarqué. J’ai imaginé que je pouvais contribuer à la rédemption de ma terre. Je dois prendre acte que c’est fini. »

Troisième « meilleur maire au monde »
L’ancien maire de 63 ans, connu localement sous le nom de « Mimmo », était accusé notamment d’avoir organisé des mariages de convenance pour aider des femmes déboutées du droit d’asile à rester en Italie. Il lui était aussi reproché de s’être passé d’appels d’offres pour attribuer la gestion des ordures de son village de 1 800 habitants à des coopératives liées aux migrants.

Il avait été arrêté à l’automne 2018 et placé en résidence surveillée.

Élu maire de Riace en 2004, Domenico Lucano accueillait des migrants dans son village dépeuplé afin de relancer le développement et les emplois. Il y développe la formation professionnelle des réfugiés, et relance les traditions artisanales locales, laissées à l’abandon faute de main-d’œuvre. Des ateliers-boutiques de céramiques, de broderie et de tissage, où se mêlent salariés italiens et réfugiés, voient le jour, et des postes se créent dans l’agriculture et les services d’entretien.

Une politique d’accueil qui le hisse en 2016 parmi les 100 personnalités les plus influentes au monde dans le classement du magazine Fortune. En 2010, il avait déjà été distingué comme troisième « meilleur maire au monde ». [2]

"Lors d’un déplacement en Calabre en juin 2018, l’actuel ministre italien de l’Intérieur n’avait pas caché son animosité envers l’homme réputé pour aider les migrants. « Le maire de Riace n’est rien, c’est un zéro », avait-il lancé. Après cette affaire, le leader de la Ligue (extrême droite) s’est à nouveau empressé d’ironiser : « Que vont dire maintenant Saviano et tous les bien-pensants qui voudraient remplir l’Italie d’immigrés ? »

Dans ce village de la pointe de la « botte », plus de 600 habitants sur 1800 sont, en effet, des ressortissants étrangers. Ils sont Kurdes, Syriens, Nigérians ou Afghans. Lorsqu’en 1998, un bateau de réfugiés kurdes s’est échoué » sur la côte italienne, Domenico Lucano, y a vu une « opportunité inimaginable ». Il a alors créé un système d’accueil : les réfugiés sont nourris et logés gratuitement et perçoivent environ 600 euros en monnaie locale en échange d’un travail dans l’artisanat local. Réélu sans cesse depuis 2004, Mimmo Lucano, a alors encouragé leur accueil dans l’espoir de relancer l’activité économique de Riace et d’en faire un modèle d’intégration. Ceci lui a valu une place dans le classement Fortune des 50 personnalités les plus influentes du monde en 2016."

À LIRE AUSSI Italie : des manifestants défendent le maire de Riace [3]

P.-S.

LIRE ou RELIRE : [4]


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP