désespoir aux Antilles françaises


article de la rubrique justice - police > justice
date de publication : lundi 29 novembre 2021
version imprimable : imprimer


La crise en Guadeloupe et en Martinique, ne doit pas cacher celle qui couve à Mayotte ou à la Réunion.


Communiqué LDH Toulon-La Seyne, le 22 - 11 - 2021 - La répression plutôt que le dialogue ?

Depuis le 17 juillet, comme en métropole, des milliers de Guadeloupéens manifestent toutes les semaines, pour demander l’ouverture de négociations autour de leurs revendications. La Guadeloupe accuse un PIB par habitant 37% inférieur à la métropole, un jeune sur trois est au chômage (le taux de chômage est, en Guadeloupe, de 17 % contre 8,1 % en France métropolitaine), les coupures d’eau sont quotidiennes. Sans oublier la pollution/contamination globale par le chlordécone.

Dès le mois de septembre, des préavis de grève ont été déposés. Ni le préfet, ni les maires n’ont pris au sérieux les revendications formulées.
Dans une indifférence quasi-totale, les pouvoirs publics ont joué la carte du pourrissement, alors que la situation sociale se dégradait fortement. Aujourd’hui, comme les Gilets jaunes auparavant, le peuple Guadeloupéen se retrouve incriminé voire, stigmatisé par le gouvernement pour violences. Et au malaise social le gouvernement décide de répondre par l’envoi de forces spéciales GIGN et RAID avec, de plus, 200 gendarmes pour mater la révolte sociale. (...)

(...) le droit à la sûreté proclamé par la déclaration des droits de l’homme et du citoyen protège les personnes contre les empiètements arbitraires des gouvernements. Ce principe démocratique semble avoir été oublié au profit d’un « droit à la sécurité », terreau d’un état policier ....

*****

NOU PA KA LAGÉ - NOU PA KA FÈ DÈYÈ – LAY PANN I SÈK !

LA PLATFORME DE REVENDICATIONS SYNTHETIQUES DEPOSEES PAR LES ORGANISATIONS SYNDICALES le 02 septembre 2021 :

 La résolution de tous les conflits en cours ;
 L’abrogation de la loi du 5 août 2021 relative à la gestion de la crise sanitaire ;
 La suppression de l’obligation vaccinale ;
 La suppression du pass sanitaire (Non aux sanctions disciplinaires, non aux retenues de salaire, non aux suspensions des contrats de travail, non aux licenciements) ;
 Le respect de tous les accords signés y compris celui du SDIS-971, toujours pas appliqué ;
 Le maintien de la gratuité des tests ; (...)
 La réparation, l’entretien et le renouvellement des engins Véhicules de Secours et
d’Assistance aux Victimes (VSAV) et Fourgon Pompe Tonne (FPT) ;
 L’organisation de concours pour les sapeurs-pompiers professionnels au grade de caporal ;
 La mise en place : 12h00 de travail jour et 24h00 de repos, 12h00 de travail nuit et 72h00 de repos pour le sapeur-pompier ;
 L’augmentation généralisée des salaires, des minima sociaux, des allocations
chômage et des pensions de retraite en même temps que l’augmentation des prix ;
 Des mesures immédiates pour approvisionner les établissements en oxygène ;(...)
 Un plan d’urgence pour l’eau, pour un accès permanent de tous à une eau
potable, buvable, sans pesticide, sans chlordécone, à un prix bas et unique,
dans le cadre d’un véritable service public ; (...) (Tout le communiqué : [1])

Notes

[1

PDF - 549.8 ko

Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP