esclavage en Libye, le président de la République intervient


article de la rubrique droits de l’Homme > les grandes déclarations
date de publication : mercredi 29 novembre 2017
version imprimable : imprimer


La chaîne américaine CNN a rendu publique une vidéo tournée en caméra cachée sur un "marché aux esclaves" en Libye où les migrants sont vendus aux enchères." Le journal Nice Matin (26/10/2017) fait état de la situation des réfugiés de part et d’autre de la frontière italienne depuis le début de l’année 2017 : trente-cinq morts. [1] Et pendant ce temps, on condamne les personnes qui tentent de leur porter secours.


"À l’issue de la réunion d’urgence sur l’esclavage en Libye qui s’est tenue le 29 novembre 2017 à Abidjan, en Côte d’Ivoire, Emmanuel Macron a donné une conférence de presse pour faire le point sur les engagements décidés entre la France, l’Allemagne, le Niger, le Tchad, le Maroc, l’ONU, l’Union africaine et l’Union européenne. «  L’objectif de cette réunion était de mettre en place des réponses de court, moyen et long terme », rappelle-t-il.

« Il a été décidé d’un soutien accru à l’Office international des nations unies pour aider au retour des migrants », a déclaré en premier lieu le président. Par ailleurs, « la Libye autorise un accès à son sol pour identifier les camps où ces scènes de barbaries ont eu lieu ».

L’objectif est « de pouvoir démanteler ces réseaux ». «  Ce travail intense conduira à prendre plusieurs engagements », d’où l’organisation de la conférence internationale sur la lutte contre le terrorisme l’an prochain à Paris, a rappelé Emmanuel Macron." [2]

"Le journal allemand, Der Tagesspiegel a publié début novembre, une liste de 33 293 migrants morts en essayant de rejoindre l’Europe.

Dans cette immense liste qui couvre quarante-huit pages, on trouve les nombreux noyés de la Méditerranée, ceux morts dans les centres de rétention, ou encore ce Somalien de 17 ans, mort dans la ville allemande de Schmoellnhe, poussé par des militants d’extrême-droite depuis un immeuble le 21 octobre 2016. [3]

Dans le même temps, CNN a rendu publique une vidéo tournée en caméra cachée sur un "marché aux esclaves" en Libye où les migrants sont vendus aux enchères." [4]

Rappelons que dès mai 2017, "l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) alertait : environ 20 000 migrants détenus dans des centres de détention clandestins en Libye et un nombre croissant d’entre eux échangés dans des "marchés aux esclaves", détenus pour travail forcé, exploitation sexuelle ou en vue d’obtenir une rançon." [5]

Horreurs inimaginables :
"Le Haut Commissaire des Nations unies (ONU) aux droits humains, Zeid Ra’ad Al-Hussein, a vivement dénoncé, mardi 14 novembre, la détérioration des conditions de détention des migrants en Libye, qualifiant d’«  inhumaine » la coopération de l’Union européenne (UE) avec ce pays. Il a également rapporté les souffrances de ces migrants, disant que cet «  esclavage des temps modernes » constituait un « outrage à la conscience de l’humanité ».

« La communauté internationale ne peut pas continuer à fermer les yeux sur les horreurs inimaginables endurées par les migrants en Libye, et prétendre que la situation ne peut être réglée qu’en améliorant les conditions de détention. »

"En première ligne dans les accords avec les Libyens, le ministre italien de l’intérieur, Marco Minniti, a répondu en évoquant (...) le transfert à venir d’un millier de personnes « fragiles » (femmes, enfants, personnes âgées) vers des pays tiers."

Et on les traîne en justice pour avoir secouru des migrants :

Le 15 novembre, à Aix-en-Provence, les membres du Collectif Migrants 83 sont venus soutenir les "papis" et les "mamies" entendu-e-s au Tribunal pour avoir aidé des migrants et condamné-e-s, en mai, à Nice à 800 € d’amende chacun. [6] Lire leur témoignage : https://citoyenssolidaires06.com/?p=3468


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP