une seconde aire d’accueil des gens du voyage inaugurée dans le Var


article de la rubrique roms et gens du voyage > gens du voyage dans le Var
date de publication : mardi 9 juin 2009
version imprimable : imprimer


Le maire, Claude Gilardo, les élus de la communauté de communes, le sous-préfet et l’ancien maire, Jean-Pierre Garcin qui avait opté pour ce site, ont officiellement inauguré l’aire d’accueil des gens du voyage de Brignoles, la seconde du département, après celle du Luc ouverte en décembre 2008.


JPEG - 10.8 ko
Inauguration officielle de l’aire d’accueil des gens du voyage de Brignoles (photo : G. R.)

Brignoles : les populations nomades ont enfin leur aire d’accueil

par Christine G.-Bacciochi, Var Matin du 9 juin 2009


« Enfin ! » Le premier mot de Claude Gilardo résume le long chemin qui a abouti, hier, à l’inauguration de l’aire d’accueil des gens du voyage, route de Toulon. « Douze ans d’attente, d’atermoiements, de doutes et de disputes pour enfin voir se concrétiser un projet auquel on ne croyait plus. Autant de difficultés qui s’effacent aujourd’hui. »

Le président de la communauté de communes ne boudait pas son plaisir, hier, en coupant le ruban d’un espace réservé aux populations nomades, deuxième du genre dans le Var et déjà qualifié d’exemplaire. « Nous nous donnons les moyens pour recevoir les gens du voyage comme de véritables citoyens. En contrepartie, bien sûr, d’un respect mutuel. »

Quarante emplacements, des sanitaires, douches, installations électriques etc. et surtout la mise en place d’actions socio-éducatives (scolarisation, aides administratives, service médico-social) attendent désormais les familles pourvues d’un titre de circulation.

Le temps du séjour sera limité à deux fois deux mois par année civile, assorti de trente jours d’interruption.

Passage de témoin

Une mise en conformité avec la loi qui réjouit d’autant plus le premier magistrat qu’elle subodore « que Brignoles et la communauté de communes n’auront plus à gérer des situations d’installations sauvages telles que le Var en connaît encore ces jours derniers ».

Un passage de témoin aux autorités préfectorales parfaitement reçu par le sous-préfet, Michel Gilbert : « Je me ferai l’interprète très fidèle de votre souhait d’être accompagné après vos prises de mesures juridiques afin que la situation soit claire. »

Et de parier sur une gestion apaisante : « Quand on joue l’accueil, on favorise la citoyenneté. En intégrant les gens du voyage à la société, on ne peut que renforcer les devoirs dès lors qu’on leur accorde des droits. »

Chacun espère maintenant que cette inauguration sera le détonateur d’une réaction en chaîne pour un meilleur maillage départemental.

Le gros du flux des caravanes est en tout cas attendu pour septembre et l’aire est prête à les recevoir 24 heures sur 24.

Christine G.-Bacciochi