tolérance zéro face au sexisme


article communiqué de la section LDH de Toulon  de la rubrique discriminations > femmes
date de publication : lundi 21 septembre 2015
version imprimable : imprimer


On peut admirer la réussite professionnelle de Mourad Boudjellal, président du Rugby club toulonnais, mais on ne peut que condamner ses déclarations sexistes.

Communiqué de la section de Toulon de la LDH

Tolérance zéro face au sexisme

« On a juste envie qu’ils se taisent. Mais non : ils ne s’arrêtent jamais ». Lorsque Lénaïg Bredoux [1] ouvrait par ces termes sa tribune en juillet 2012 pour dénoncer le sexisme « ordinaire » des députés, elle ne pressentait pas à quel point son observation pourrait s’appliquer au président du Rugby club toulonnais.

Ainsi, il y a peu, mis en cause par une journaliste, cet homme, dont tous saluent la réussite éclatante dans son domaine, a tenu des propos sexistes pour exprimer son courroux devant les accusations dont il était l’objet.
L’intention était manifestement d’intimider la journaliste incriminée en portant atteinte à sa dignité par des allégations à connotation sexuelle. Leur auteur, atteint d’une « misogynie affligeante [2] », ne peut ignorer qu’il a ainsi enfreint la loi.

Toulon, le 17 septembre 2015


Rappel : L’article 33 de la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881 [3].

[...]

L’injure commise de la même manière envers les particuliers, lorsqu’elle n’aura pas été précédée de provocations, sera punie d’une amende de 12 000 euros.

Sera punie de six mois d’emprisonnement et de 22 500 euros d’amende l’injure commise, dans les conditions prévues à l’alinéa précédent, envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée.

Sera punie des peines prévues à l’alinéa précédent l’injure commise dans les mêmes conditions envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur sexe, de leur orientation ou identité sexuelle ou de leur handicap.

[...]

RC Toulon : Mourad Boudjellal « libère » le sexisme dans le rugby

article publié le 13 septembre 2015 sur le site de 20 minutes


« Elisabeth Fleury de RTL a jugé une fausse info assez clitoridienne pour faire une enquête à charge contre nous ». La communication du RC Toulon est en forme. Avec cette phrase balancée en pleine conférence de presse vendredi, le président himself déplace les lignes de la taquinerie. Il perd le contrôle, jugeait L’Equipe vendredi dernier, ou marque un peu plus son goût pour les vacheries au mauvais goût de misogynie.

« Reléguer la journaliste à son statut de femme »

Communiqué annonçant un faux partenariat avec RTL, jingle de la radio en plein match, imitation de Lance Armstrong, annonces parodiques sur écran géant, Boudjellal, manifestement irrité de voir son club accusé de dopage la semaine dernière, se défoule. Allant même jusqu’à menacer de diffuser le numéro de portable de la journaliste auteure de l’article, avant de se raviser, par une pirouette : « A Toulon, quand on a le numéro d’une fille, on ne le donne pas aux autres ». Les supporters se gaussent. Certains trouvent le tour de passe-passe « classe ». Pas tous. « Donc au lieu d’être dopés on est misogynes, réagit Léonard sur la page Facebook du RCT. Pas sûr que ce soit beaucoup mieux. »
Une « misogynie affligeante » pour RTL comme selon Fabienne Broucaret, auteure de Le sport, dernier bastion du sexisme ? (Éditions Michalon). « Que l’on critique le travail d’un(e) journaliste, que l’on porte plainte, très bien, mais que l’on passe par des remarques sexistes pour rabaisser le travail de cette journaliste, la reléguer à son statut de femme dans un univers d’hommes, c’est inadmissible. »

« Encore une journalope »

Quand Pierre Balester a sorti son livre Rugby à charges en février 2015, la réaction du club a été tout autant piquante : publier un communiqué annonçant le recrutement du docteur Eufemiano Fuentes, médecin au centre de l’affaire Puerto en Espagne. Mais rien de personnel sur l’écrivain. « Boudjellal parlait alors de "Monsieur Ballester", se souvient la journaliste, le ton n’était pas le même. »

En face des quelques supporters chagrinés, pendant ce temps, les plus virulents se déchaînent. « Encore une journalope », écrit l’un d’entre eux. Un autre pousse à « afficher sa photo autour des stades » ajoutant que « les supporters s’en chargeront. » Se chargeront de quoi ? « Quand un dirigeant montre un tel exemple, rebondit Fabienne Broucaret, ça libère les autres, certains n’ayant pas besoin de ça. »

Une mêlée « juste bonne pour jouer au rugby féminin »

D’autant que Mourad Boudjellal n’en est pas à sa première sortie du genre. En 2013, après avoir gagné la Coupe d’Europe et à quelques jours du doublé manqué en Top 14 face à Castres, le patron varois fait un parallèle audacieux : « Quand on a couché avec Miss Monde, on est content aussi avec Miss France ». Quelques mois plus tard, il qualifie le pack toulonnais de « pire mêlée du Top 14 (…) juste bonne pour jouer au rugby féminin ». Des propos qu’il a réitérés en mai dernier, apparemment sûr de son effet : « J’espère que l’on ne verra pas la version féminine du RCT », a lâché le président.
« Si j’espère que RTL s’excusera, note Léonard, fan du RCT, j’espère tout autant que notre cher président s’excusera également. » Le numéro de la journaliste n’a finalement pas été diffusé mais Mourad Boudjellal n’a pas émis pour le moment, le moindre remord.

Notes

[1Médiapart, juillet 2012 – L. Bredoux – « Les députés, chronique du sexisme ordinaire »

[2La Société Des Journalistes de RTL, 11/09/2015

[3L’article 32 de cete même loi est analogue mais il traite de la diffamation.


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP