sncf, apl et autres économies étranges


article de la rubrique démocratie > coups de gueule
date de publication : mardi 8 mai 2018
version imprimable : imprimer


La modification du statut des cheminots ferait gagner 100 millions chaque année au pays [1]. La modification de l’attribution des aides au logement devait faire gagner entre 390 millions par an [2] et 1,4 millard.


La baisse des aides personnalisées au logement :

En 2015 déjà, le gouvernement annonçait : "Les APL sont le principal poste de dépenses du ministère du Logement pour un montant de 15,5 milliards d’euros. Selon le projet de budget, elles seront rabotées de 225 millions en 2016 et de 314 millions en 2017 par trois mesures d’économies ciblées." [3]

"A l’automne 2017, la baisse des aides personnalisées au logement (APL), de 5 euros mensuels pour 6,5 millions de ménages bénéficiaires, sans distinction, avait été vivement critiquée par les ONG de défense des mal-logés, les bailleurs sociaux et certains syndicats." (Voir 2), mais "Selon le secrétaire d’État à la Cohésion des territoires Julien Denormandie, cette baisse des APL devrait dégager 1,4 milliard d’économies..." [4]

Le nombre 37 925 est représenté sur ce boulier. [5]

Les économies annoncées :
Ainsi :
*1,4 milliard d’économie estimé pour M Denormandie (qui par ailleurs, en février 2018 "qualifiait la baisse de 5 euros de "mauvaise mesure" (et ajoutait), il n’est pas question de revenir dessus dans le prochain exercice),
*390 millions (32,5 x 12) pour M Edouard Philippe (qui, au passage avait qualifié de "pas intelligent" ce coup de rabot),
*1,5 milliard pour le Sénat : "19 12 2017 : le Sénat examine ce mardi en deuxième lecture le projet de loi de finances 2018 qui prévoit notamment une baisse des APL de 1,5 milliards d’euros dans le parc social, devant être compensée, notamment, par une baisse des loyers par les organismes de HLM." [6],
et
*100 millions - "La fin du recrutement des cheminots au statut au 1er janvier 2020 permettra à la SNCF d’économiser environ 100 millions d’euros par an " (Voir 1).

Si récemment le gouvernement a annoncé qu’il n’y aurait pas d’autre baisse des APL (Les APL ne baisseront plus, confirme le secrétaire d’Etat : "Nous avons lancé une réforme de fond sur le logement social, qui fait que demain il n’y aura plus aucun perdant", a-t-il promis.) [7], le coup de rabot a toutefois bien fonctionné depuis octobre 2017 et ne sera pas rectifié ; il reste finalement à connaître la véritable "économie" faite sur les plus fragiles ...

Reprenons le boulier :

Si, comme l’annonce la ministre des transports, Mme Borne, ce sont cent millions par an que la SNCF pourrait économiser en sacrifiant le statut des cheminots [8], convenons que cette petite économie (au regard de celle faite en rabotant les APL), n’est pas à la hauteur du différend qui conduit au maintien de la grève à la SNCF et pas à la hauteur d’une société où l’on réduit sans cesse la sécurité de l’emploi (Voir la Poste, Orange, ...), au bénéfice de comptes et décomptes fort peu convaincants.


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP