rassemblement(s) pour Cédric Chouviat


article de la rubrique Toulon, le Var > Toulon
date de publication : jeudi 31 décembre 2020
version imprimable : imprimer


Le collectif Varois pour le retrait de la loi de sécurité globale appelle à un rassemblement commémoratif le 3 janvier à 10 h à Toulon


(Toulon, place de l’Opéra - Photo empruntée à Var Matin, 03-01-2021- Crédit +V.+W.) [1]

Mobilisation à Paris (03-01-2021) :

"Plus de 400 personnes ont participé au rassemblement. Cédric Chouviat est décédé à la suite d’un contrôle de police le 3 janvier 2020. Il avait été plaqué au sol avec son casque de moto sur la tête lors de ce contrôle, provoquant un malaise. Transporté dans un état critique à l’hôpital, il est mort le 5 janvier.

Quatre policiers ont participé à ce contrôle quai Branly près de la Tour Eiffel, à l’endroit où la marche doit s’achever. Trois ont été mis en examen pour "homicide involontaire", tandis qu’une quatrième policière a été placée sous le statut de témoin assisté. La suspension de ces policiers est "le plus important pour nous", a déclaré avant le départ de la marche son père, Christian Chouviat, soulignant que le fait qu’ils n’aient pas été suspendus "est un scandale". Et la décision "ne dépend que de Gérald Darmanin", a-t-il martelé.

Entourée d’autres familles ou proches de personnes mortes dans des dossiers où les forces de l’ordre sont mises en cause, comme Babacar Gueye ou Ibrahima Bah, la mère de Cédric Chouviat, Fatima, a elle aussi demandé leur suspension.

"Je ne peux pas accepter que la quatrième policière ne soit que témoin assisté", a-t-elle ajouté. Les policiers "travaillent encore et nous ne le comprenons pas". "On a cette chance que mon fils ait filmé sa mort, on est des privilégiés, si je puis dire, dans notre malheur", a-t-elle encore dit, "Cédric nous a laissé toutes les preuves pour le défendre".

Cette marche blanche entend aussi s’élever contre la proposition de loi "Sécurité globale" vivement contestée ces derniers mois lors de manifestations, notamment par les journalistes et les défenseurs des libertés publiques.

La veuve de M. Chouviat a également pris la parole pour demander une manifestation "digne", quitte à s’organiser pour "faire barrage aux casseurs". "C’est pas nous contre la police, nous contre l’Etat, c’est nous contre les personnes qui justifient ces crimes", a conclu sa fille." [2]

COMMUNIQUE du COLLECTIF VAROIS [3] POUR LE RETRAIT DE LA LOI DE SECURITE GLOBALE

« Nous voulons vivre libres ! »

Depuis plusieurs semaines, en plein « état d’urgence », des milliers de citoyennes et de citoyens manifestent dans toute la France pour exiger que la politique répressive et liberticide du gouvernement Castex-Macron s’arrête, pour que la proposition de loi sécurité globale ainsi que le nouveau schéma national du maintien de l’ordre, le projet de loi confortant les principes républicains » (précédemment intitulé « sur les séparatismes ») et les décrets relatifs au fichage généralisé des personnes en fonction de leurs opinions philosophiques, politiques, religieuses ou syndicales, soient retirés.

Alors que la proposition de loi sécurité globale sera examinée au Sénat en janvier, le collectif varois pour le retrait de la loi sécurité globale appelle d’ores et déjà à manifester le 3 janvier, le 09 janvier et le 16 janvier à 10h00 à Toulon, place de l’opéra.

Menotté et plaqué au sol sur le ventre par au moins trois policiers, Cédric Chouviat est mort le 3 janvier 2020, à l’âge de 42 ans, lors d’un banal contrôle routier. Victime d’une clé d’étranglement faite par un policier, Cédric Chouviat a crié à sept reprises « j’étouffe ! » avant de perdre connaissance. Il décède le 5 janvier soit 48h après, au service de réanimation de l’hôpital européen GeorgesPompidou..

Le collectif varois pour le retrait de la loi sécurité globale donne rendez-vous à celles et ceux qui ont à cœur de défendre les libertés, à l’occasion de la Marche blanche à Paris en mémoire de Cédric Chouviat, le : Dimanche 03 janvier 2021 à 10h 00 place de l’OPERA à Toulon."


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP