quand une grenade en remplace une autre


article de la rubrique justice - police > le tout-sécuritaire
date de publication : lundi 17 février 2020
version imprimable : imprimer


« Un faux geste sans changement de stratégie », dénonce la Ligue des droits de l’Homme (LDH).


 [1]

"« Un faux geste sans changement de stratégie », dénonce la Ligue des droits de l’Homme (LDH). Les raisons de ce scepticisme ?

Christophe Castaner a annoncé, le 26 janvier, le retrait immédiat de la GLI-F4, une grenade explosive composée notamment de 26 grammes de TNT. Cette charge explosive a valu à un zadiste et, d’après le décompte du journaliste David Dufresne, à cinq gilets jaunes, de perdre leurs mains, arrachées par l’explosion.

La France est le seul pays d’Europe à l’utiliser, selon un rapport commun de l’Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) et de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) publié en 2014. (...)

Le neurochirurgien Laurent Thines, chef de service au CHRU de Besançon, dénonce une intox du ministère de l’Intérieur. Le remplacement de la GLI-F4 par une autre grenade, la GM2L, avait déjà été prévu par les autorités françaises. (...) Selon lui cette grenade est « aussi dangereuse voire plus que le GLIF4  » (avec 48g d’un "explosif 1,6 fois plus puissant que la TNT).


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP