cercles de silence à Toulon (archives — 1er juin 2015)


article de la rubrique démocratie > les cercles de silence
date de publication : lundi 1er juin 2015
version imprimable : imprimer



Parce que la France doit redevenir une terre d’accueil, respectueuse des droits humains, nous dénoncerons une fois de plus les conditions inacceptables dans lesquelles les migrants sont reçus dans notre pays. Parce que nous ne pouvons tolérer une politique de l’immigration qui brise des vies humaines, nous vous invitons à manifester notre indignation par le silence ce samedi 24 janvier.
Ne rien faire serait cautionner ! Notre présence est donc indispensable pour marquer l’opinion publique de notre refus de ces atteintes à la dignité.

Chacun peut venir le temps qu’il souhaite, 5 minutes, 10 minutes, 1 heure ...
Merci de faire circuler l’information.

64ème cercle de silence
Le collectif appelait à un nouveau rassemblement samedi à Toulon

par Thierry Turpin, La Marseillaise, le 27 octobre 2014


« Parce que la France doit redevenir une terre d’accueil, respectueuse des droits de l’Homme, nous dénonçons les traitements inhumains réservés aux migrants et nous marquons notre indignation par le silence », commence Julien Carboni le coordinateur du Cercle de silence de Toulon.

Samedi [25 octobre 2014], 11h30, place de la Liberté. Les militants associatifs, syndicaux et politiques occupent symboliquement les lieux afin d’interpeller les citoyens sur les dérives d’un système sécuritaire qui crée chaque jour de nouvelles victimes.
« Tout l’été près des côtes espagnoles, marocaines, siciliennes, grecques, turques, des migrants venant d’Afrique ou du Proche-Orient, ont tenté désespérément de rejoindre l’Europe... de nombreux disparus en mer ; des blessés sous les clôtures de Ceuta, des demandeurs d’asile sans hébergement en France... »

« Nous sommes là pour revendiquer une politique plus digne plus humaine qui passe par la régularisation des sans-papiers », reprend le militant des droits de l’Homme. Le cercle à présent constitué ne laisse pas indifférent les passants, qui s’arrêtent, lisent les panneaux... essaient de comprendre. Pour peut- être entendre, « malgré le tumulte de la ville », la voix des sans droits. « L’immigration est le poumon des peuples », conclut Julien Carboni. En attendant, la respiration est grippée et les relents fétides... « Les Centres de rétention ne désemplissent pas, des exemples récents dans la région nous le montrent... »

JPEG - 24.5 ko
Le cercle de silence du 28 février 2009 (DR).

Il est important de nous retrouver pour exprimer d’une façon ou d’une autre notre inquiétude devant la situation des étrangers sans papiers en France et ailleurs.

Le RESF, la LDH et d’autres associations locales se démènent comme elles peuvent, mais, pour l’essentiel, les règlements n’ont pas changé depuis la dernière élection présidentielle : les Centres de rétention ne désemplissent pas, des exemples récents dans la région nous le montrent.

Tout l’été près des côtes espagnoles, marocaines, siciliennes, grecques, turques, des migrants venant d’Afrique ou du Proche-Orient, ont tenté désespérément de rejoindre l’Europe ... de nombreux disparus en mer, des blessés sous les clôtures de Ceuta, des demandeurs d’asile sans hébergement en France ...


Pour le collectif local

RESF 83(Réseau Education Sans Frontières,) Comité Catholique contre la faim,(CCFD), LDH (Ligue des Droits de l’Homme), LA CIMADE, ADAJETI, Emmaüs Var, FCPE83, Entraide protestante Sanary, EELV, PCF, Sud educ, Partit occitan, CGT, FSU, NPA, UNSA , les Indignés...

Par notre participation au cercle de silence,

Nous voulons dénoncer les traitements inhumains réservés aux migrants du seul fait qu’ils n’ont pas de papiers en règle.

Nous n’acceptons pas que soient prises en notre nom des dispositions qui brisent des vies humaines et font voler en éclat des couples et des familles.

Nous refusons les interpellations au faciès, l’enfermement d’hommes, de femmes et même d’enfants dans des centres de rétention administrative et leur expulsion.

Nous dénonçons les conditions de détention inhumaines dans les Centres de
Rétention Administrative et les zones d’attente des aéroports.

Nous n’acceptons pas que la France, en vertu de lois de plus en plus
contraignantes, refuse sa protection aux demandeurs d’asile qui sont exposés à de très graves dangers en cas de retour dans leur pays d’origine.

Nous dénonçons les obstacles administratifs qui visent à rendre de plus en plus difficile l’obtention d’un titre de séjour et contraignent des hommes, des
femmes, des familles entières à vivre et à travailler dans la clandestinité et la peur, privés de tout projet et de conditions de vie simplement décentes.

Nous refusons cette chasse aux étrangers qui inflige aussi des traumatismes profonds à ceux qui en sont les témoins, à la société tout entière, aux enfants particulièrement. Les atteintes à la dignité de quelques-uns blessent tous les hommes dans leur humanité.

Nous voulons que la France redevienne un pays d’accueil, sans cesse enrichi et transformé par des êtres humains venus du monde entier.

Nous sommes solidaires des retenus des Centres de Rétention Administrative.

Le Cercle de Silence est ouvert à tous
Nous en appelons à la conscience de chacun et vous invitons à nous rejoindre Place de la Liberté

- Resf 83 (Réseau éducation sans frontières du Var) : 06 10 73 82 68 et resf83@free.fr
- Ccfd (délégation diocésaine du Comité Catholique Contre la Faim et pour le Développement) ccfd83@ccfd.asso.fr
- Section de Toulon de la Ligue des droits de l’Homme : 06 21 63 40 88

Appel du SNUipp [1] (26 février 2008)

PARTICIPONS AU CERCLE DE SILENCE
samedi 28 février de 12 heures à 13 heures
sur la Place de la Liberté à Toulon

Dans de nombreuses villes de France, des citoyens, révoltés par le traitement réservé aux sans-papiers, organisent des Cercles de silence. L’objectif est de protester contre l’enfermement des étrangers dans des centres de rétention et leur expulsion au nom de la politique du chiffre initiée par le gouvernement Sarkozy.

A Toulon, la Ligue des Droits de l’Homme organise un cercle de silence chaque 30 du mois de 12 heures à 13 heures sur la Place de la Liberté. RESF 83 appelle conjointement avec la LDH à y participer samedi 28 février de 12 heures à 13 heures.

Le SNUipp est membre du Réseau Education sans Frontières dont des collectifs se sont constitués récemment dans le Var (Toulon, Saint Maximin).

Attention : les cercles du 30 novembre 2008, du 30 janvier 2009 [et celui du 30 mars 2009] ont été perturbés par des membres d’un groupuscule d’extrême-droite, le Parti populiste : il est donc nécessaire d’être nombreux et de montrer une détermination et un sang-froid exemplaires. Les citoyens présents n’ont pas répondu aux insultes proférées au porte-voix par les énergumènes et ont conservé une attitude conforme à l’esprit de la manifestation silencieuse. Les policiers présents ont laissé faire : des courriers ont été adressés au Préfet pour dénoncer la provocation.[Le 30 mars 2009 la police a formé un rang pour empêcher les militants d’extrême droite de pénétrer dans le cercle.]

Si nous sommes à Toulon à cette date, participons. Soyons nombreux et ne répondons pas aux provocations. Pas de drapeaux, seulement des affichettes montrant des étrangers en centres de rétention.

Défendons les libertés publiques !

Toulon, le 25 février 2009

Notes

[1Appel repris du site du SNUipp 83, le 26 février 2009.


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP