prisons en France, affaiblissement des moyens, recul des droits


article de la rubrique prisons > état des prisons
date de publication : jeudi 30 novembre 2017
version imprimable : imprimer


En mars 2017, la contrôleure générale des lieux de privation de libertés, Adeline Hazan, rendait son rapport sur l’état des prisons en France et notait un « recul important des droits fondamentaux ». Plus d’un an après, les sénateurs rejettent la proposition de crédits 2018 programmés pour la Justice au motif qu’ils sont très insuffisants.


(Document Ouest France, 28/04/2016)

Le 29 novembre 2017, à l’examen du "PLF pour 2018, la commission des lois du Sénat constatant que les engagements présidentiels de construction de 15 000 places de prison ne seront pas tenus, demande le rejet des crédits de la mission "Justice".

M. Alain Marc (Les Indépendants - Aveyron), a également dénoncé la forte baisse des crédits consacrés à la maintenance des établissements, de plus de 29,3 % par rapport à 2017, alors même que plus d’un tiers des cellules du parc immobilier carcéral sont considérées comme vétustes." [1]

"Au 1er avril 2016, on comptait 68 361 personnes détenues pour 58 659 places. 1 645 détenus dormaient sur des matelas par terre… Cette situation est inadmissible. Elle s’apparente à un traitement inhumain et dégradant au sens de l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme. Dans l’ensemble des maisons d’arrêt, le taux de surpopulation carcérale est de 137 %. Certains établissements atteignent des taux records de 200 % ! C’est le cas de Fresnes qui culmine à 195 %." Adeline Azan in [2]

"Autre symbole : « le nombre de détenus provisoires, donc présumés innocents, a pour la première fois dépassé le seuil de 20 000, en augmentation de 14 % par rapport à 2015. Ils représentent aujourd’hui un tiers des détenus, ce qui infirme complètement les propos de ceux qui affirment que la justice est laxiste », a martelé la contrôleure générale des prisons." A. Azan in [3]


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP