pour les médecins scolaires : des chiens renifleurs au collège, ce n’est pas de la prévention


article de la rubrique justice - police > le tout-sécuritaire
date de publication : mercredi 24 décembre 2008
version imprimable : imprimer


A la suite de l’opération anti-drogue au collège de Marciac (Gers), un syndicat de médecins scolaires avait déclaré qu’il ne s’agissait pas de prévention. On peut regretter que les médias n’aient pas donné à cette mise en garde l’écho qu’elle méritait...

Quelques jours plus tard une opération du même type était organisée devant un collège de Vendres (Hérault). Le commandant en second des gendarmes du département devait souligner le « cadre légal et justifié » de l’intervention et déclarer que « aucun parent, à part M. Guichard, n’a réagi.  »

A peu près simultanément, les gendarmes du Finistère s’apprêtaient à investir le lycée de Landerneau pour y procéder à un contrôle analogue, mais le conseil d’administration a su refuser cette opération.

Les parents d’élèves devraient veiller à ne pas laisser se reproduire de telles interventions dans des établissements scolaires : présentées comme des opérations de prévention de la consommation de drogue, elles tiennent plus d’une démonstration de force visant à intimider les adolescents que d’une action de prévention.


Les médecins scolaires : chiens policiers au collège, « pas de la prévention »

Dépêches de l’Education, jeudi 4 décembre 2008

Envoyer des « chiens policiers dans des collèges, comme cela a été fait le 19 novembre à Marciac (Gers), ce n’est pas de la prévention », a affirmé jeudi dans un communiqué le Syndicat national des médecins scolaires et universitaires (SNMSU-Unsa).

Le syndicat « dénonce formellement l’opération de soi-disant prévention contre la consommation de drogues au collège de Marciac ».

« La prévention par la terreur est inefficace et nuisible, pouvant créer de véritables chocs psychologiques préjudiciables à la santé de jeunes élèves », estime-il.

« La prévention, l’éducation et la promotion de la santé ne s’improvisent pas. Les médecins de l’Education nationale ont reçu une formation spécifique à ce sujet, ils sont conseillers techniques pour l’Education nationale sur les questions de santé. Il faut savoir utiliser leurs compétences, pour élaborer en équipe, des projets de santé dignes de ce nom dans les comités d’éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC) des établissements scolaires », conclut-il.

JPEG - 14.7 ko
A Vendres, le 15 décembre 2008.

Contrôle antidrogue au collège de Vendres (Hérault)

d’après Le Midi Libre édition du lundi 22 décembre 2008 [1]

Le 15 décembre, les gendarmes mènent un contrôle anti-stupéfiants au collège de Vendres, dans l’Hérault, sur réquisition du procureur de la République de Béziers. Deux cents collégiens sont placés contre un mur, des chiens reniflant leurs cartables. Choqué, le chanteur Daniel Guichard, qui accompagnait ses enfants, immortalise la scène et alerte jusqu’à l’Elysée. Une enquête interne est diligentée. « Tout s’est déroulé dans un cadre légal » , dit la gendarmerie. Déjà, en novembre, dans le Gers, des gendarmes accompagnés de chiens avaient mené des contrôles antidrogue au collège de Marciac. Le porte-parole du gouvernement avait alors critiqué l’opération et la ministre de l’Intérieur avait elle aussi demandé une enquête interne. [2]

« J’ai réagi en parent. » Daniel
Guichard est même allé jusqu’à interpeller la présidence de la République sur l’affaire du contrôle antidrogue du collège de Vendres dans l’Hérault. Tout est allé très vite. Trois jours à peine après cette opération - lors de laquelle rien n’a été saisi -, l’Elysée s’empare de ce couac et entre en contact avec le chanteur. Ainsi que le ministère de l’Intérieur, dont le directeur de cabinet du ministre, Michel Delpuech, confirme par écrit au chanteur que « le directeur général de la gendarmerie nationale diligente une enquête interne pour savoir si les moyens et les méthodes utilisés étaient bien adaptés au but à atteindre ».
[...] Le 2 décembre, la ministre de l’Intérieur a envoyé une circulaire à tous les préfets. Que dit-elle ? « Certaines actions de sensibilisation en milieu scolaire avaient pu être confondues avec des opérations de contrôle [...] De telles confusions sont de nature à nuire à la compréhension de l’action de nos services. Tout doit être fait pour éviter qu’elles se reproduisent. » Et de demander de veiller à ce que l’on se cantonne à un cadre « strictement préventif ».

Le procureur de la République de Béziers, Denis Mondon, était injoignable, hier. Le vice-procureur, M. Bec, n’était pas en mesure de commenter cette affaire « directement gérée par M. Mondon ». Enfin, le commandant en second des gendarmes de l’Hérault, Christian Abadie, explique : « Tout s’est déroulé dans un cadre légal et justifié. C’est nous qui avions demandé cette réquisition au procureur sur la foi d’indications précises : il y avait de la "fumette" de cannabis dans le secteur de Vendres. » Selon la version officielle, il n’y a pas eu d’enfants traumatisés. Les photos ? « Trompeuses. » Et les enfants n’étaient pas contre le mur mais à deux mètres pour que les chiens « puissent travailler ». « Ils étaient de profil et s’il y avait eu un grillage à la place du mur, cela n’aurait pas eu le même impact médiatique. La configuration des lieux ne donne pas, c’est vrai, la meilleure image de ce genre d’opération » , dit encore Christian Abadie. Selon lui, encore, « aucun parent, à part M. Guichard, n’a réagi.  » [...]

« Tout ceci a été monté en épingle », reprend Christian Abadie. « Nous avons fait ce genre d’opération dans d’autres collèges. Personne n’a rien eu à redire. »

Olivier SCHLAMA

Pas de contrôle antidrogue au lycée de l’Elorn à Landerneau

[Le Télégramme du 23 décembre 2008]

Le conseil d’administration du lycée de l’Elorn, à Landerneau, s’est prononcé contre un contrôle antidrogue « alliant prévention et répression », proposé par la compagnie de gendarmerie de Landerneau au sein de l’établissement.

C’est ce qu’annonçaient, hier matin [22 décembre], nos confrères de France Bleu Breizh Izel. L’opération du collège de Marciac, dans le Gers, était visiblement dans les esprits. Au groupement de gendarmerie du Finistère, le lieutenant-colonel Colombo a pris acte : « Cette proposition était faite en toute transparence dans le respect des formes juridiques. On cherchera d’autres solutions ».

Petit rappel : le 3 décembre, des gendarmes étaient entrés dans une classe de 3 e du collège de Marciac avec des chiens et avaient procédé à des fouilles. Des parents s’étaient indignés. C’est une opération du même type qui était suggérée à Landerneau. Le courrier à la proviseure précisait « qu’il était opportun d’associer au contrôle un ou deux parents d’élèves ». Mais la présidente du conseil local de la FCPE, Christiane Esquian, estime « qu’elle ne pouvait adhérer à une action alliant répression et prévention ». C’est aussi le sentiment de Pierre Jagot, le président de la FCPE du Finistère. Pour eux, le travail sur l’usage de stupéfiants « est très bien fait par la brigade de prévention de la délinquance juvénile du Relecq-Kerhuon ». Pour autant, ajoute Christiane Esquian, « les relations entre l’administration du lycée de l’Elorn et la gendarmerie de Landerneau sont établies en bonne intelligence ».

Notes

[1Article paru sour le titre « Hérault - Contrôle antidrogue au collège : l’Elysée s’en mêle » - http://www.midilibre.com/articles/2....

[2Dans un entretien paru le même jour, Daniel Guichard précise : « Je suis allé voir un officier en lui demandant ce qui se passait. Il m’a répondu d’une façon pas agressive mais ferme : “On fait notre travail”.
Le ton est un peu monté et je lui ai dit : “Ce n’est pas une façon de faire un contrôle !” [...] C’est là que je lui ai dit que j’allais faire une photo. L’officier m’a dit : “Si vous faites cela, je vous arrête.” Un autre m’a dit aussi : “Désolé, on obéit aux ordres” ».

Au journaliste qui lui demande si d’autres parents ont réagi, Daniel Guichard répond : « La plupart étaient choqués mais sont restés un peu figés face à cette situation. J’ai eu beaucoup de mails de parents et des témoignages d’enfants, plutôt choqués. »


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP