plusieurs dizaines de militaires et civils libérés de captivité, Ukraine


article de la rubrique international > l’Europe
date de publication : samedi 30 décembre 2017
version imprimable : imprimer


Dans le cadre de l’application des accords de paix de février 2015, on note une baisse d’intensité des combats, mais pas de règlement politique d’un conflit qui a fait plus de 10.000 morts et qui dure depuis près de 4 ans.


En février 2014, c’est le refus de signer un accord d’association avec l’Union européenne qui a déclenché les soulèvements sur la place Maïdan et entraîné, dans la foulée, la destitution du président Viktor Ianoukovitch. Petro Porochenko s’est alors fait élire en promettant de relancer les négociations avec les instances européennes.

Le 30 décembre 2015, deux décrets, entérinés par le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk ont suspendu, à partir du 2 janvier 2016, la zone de libre-échange avec la Russie et les tarifs préférentiels sur les échanges russo-ukrainiens, et introduisent, à partir du 10 janvier, l’interdiction d’importer du territoire russe certaines marchandises (viande, poisson, vodka, chocolat, cigarettes ou encore les équipements pour les chemins de fer).

La zone de libre-échange entre l’Ukraine et l’Union européenne est entrée en vigueur le 1er janvier 2016 et depuis le 11 juin 2017, les ressortissants ukrainiens n’ont plus besoin de visa pour circuler dans l’Union Européenne.

La libération de plusieurs centaines de prisonniers a eu lieu entre le 27 et le 28 décembre 2017. Certains ont passé plus de trois ans en captivité.

"Fruit de difficiles négociations impliquant le président russe Vladimir Poutine depuis plusieurs semaines, cette opération a concerné 73 prisonniers détenus dans les deux "républiques" autoproclamées par les rebelles et 233 détenus par les autorités de Kiev.

La chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron dont les pays sont coparrains du processus de paix en Ukraine, ont salué l’échange dans un communiqué commun tout en appelant à poursuivre ce processus "pour les prisonniers restants" dont le nombre varie selon des sources.

La libération des prisonniers constitue un point clé des accords de paix de Minsk signés en février 2015 avec la médiation franco-allemande." [1]

"De leur côté, les citoyens russes détenus en Ukraine (plus d’une quinzaine), devront attendre qu’un accord soit trouvé entre la Russie et l’Ukraine, cette dernière voulant échanger ces prisonniers contre des citoyens ukrainiens détenus en Russie." [2]

(Le président ukrainien Petro Porochenko accueille les militaires ukrainiens libérés de captivité lors d’un échange massif de prisonniers avec des rebelles prorusses, le 27 décembre 2017 près de Bakhmut ( Service de presse de la présidence ukrainienne/AFP / Mikhail Palinchak )


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP