plainte en diffamation contre M. Estrosi


article de la rubrique les étrangers > législation
date de publication : jeudi 15 novembre 2018
version imprimable : imprimer


Le procès en diffamation porte sur les écrits de M Estrosi sur sa page Facebook contre les solidaires alors même que ceux ci avaient été relaxés en janvier 2017.


Délit de Solidarité : Pierre-Alain Mannoni contre attaque en portant plainte en diffamation contre Estrosi

Le 6 janvier 2017 le tribunal de Nice déclarait publiquement l’innocence suite à un 1er procès pour Délit de Solidarité. Quelques heures plus tard, M. Estrosi écrivait sur sa page Facebook suivie par plus de 100.000 personnes les propos suivants :

"Relaxé alors qu’il aidait des migrants à passer la frontière : une insulte au travail des forces de l’ordre qui mettent leur vie en danger pour protéger la nôtre ! (...) Pierre-Alain Mannoni, Cédric Herrou,... Ils sont tous coupables de faire entrer illégalement des individus sur notre territoire. Avec ces agissements, ils favorisent le travail des passeurs. Ces actes sont une insulte au travail des forces de l’ordre qui mettent leur vie en danger pour protéger la nôtre. (…)

Certains djihadistes se sont fait passer pour des migrants pour rentrer sur le territoire national. Comment ces individus qui viennent en aide aux migrants peuvent-ils nous certifier qu’ils n’ont pas fait rentrer de terroristes sur notre sol en violant la loi comme ils le font ?

Par leur acte politique, ils ont potentiellement mis en danger la sécurité des Français. C’est impardonnable !"
https://www.facebook.com/estrosi.christian/posts/10155157710035579


Message de Pierre-Alain :

"J’ai pris la décision de porter plainte pour diffamation afin de dissuader ceux qui attaquent publiquement les personnes solidaires et qui font les mêmes amalgames nauséabonds qu’à d’autres époques bien sombres de notre histoire. Bien qu’accusé de Délit de Solidarité il ne m’a jamais été reproché de passer une frontière, j’ai apporté de l’aide à des jeunes femmes étrangères blessées sur le territoire Français. J’en suis à plus de 2 ans de procédure et ma relaxe en cassation devrait être prononcé le 12 décembre 2018.

Le fait que M. Estrosi publie de fausses informations avec mon nom est une volonté de me nuire personnellement et de me jeter en pâture à la haine alors que je n’ai jamais tenu des propos publiques contre lui. C’est aussi une tentative d’intimider ceux pour qui la Fraternité a un sens.

J’ai porté plainte car c’est aussi une opportunité de faire condamner un élu qui aurait pu prendre des mesures pour sauver des vies mais qui a préféré incriminer des citoyens exemplaires et ne s’est jamais ému de tous ces exilés morts dans sa région. La responsabilité d’un élu local est d’autant plus grande car plutôt que de monter ses administrés les uns contre les autres, il leur doit le respect et la possibilité de vivre ensemble en paix.

" L’amour est le fondement du monde. Là où il y a l’amour, il y a la paix, là où il y a égoïsme il y a misère et souffrance". Amma.

Le procès en diffamation se tiendra ce jeudi 15 novembre 2018 à 13h30 au Palais de Justice de Nice.


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP