« on n’ira pas sur leur aire ; d’ailleurs on ne nous a jamais consultés à ce sujet ! »


article de la rubrique roms et gens du voyage > gens du voyage dans le Var
date de publication : jeudi 7 août 2008
version imprimable : imprimer


La municipalité de Fréjus (Var) pensait être en règle : l’aire de grand passage pour les gens du voyage est maintenant terminée. La commune a réalisé la part du schéma départemental du Var pour l’accueil des gens du voyage du Var qui lui incombait...

Mais les gens du voyage refusent d’utiliser ce lieu « caillouteux », écrasé de soleil car dépourvu d’arbres. Ils n’attendaient pas qu’on leur fournisse un « terrain climatisé », mais ils ne veulent pas de ce « vilain site près de la déchetterie ».

On avait oublié l’essentiel : consulter les intéressés. Peut-être la réunion annuelle de la Commission départementale consultative des gens du voyage [1] pourrait-elle permettre aux maires de prendre conscience de l’existence des gens du voyage, de les rencontrer et de les écouter — plutôt que de se laisser aller à des dérapages verbaux à l’image de la lettre du maire de Bormes.

Aujourd’hui, l’aire de grand passage de Fréjus est fermée, et la ville est labourée...


Premier refus

par Emeric Charpentier,Var Matin éd. Fréjus-Saint Raphaël, le 6 juillet 2008 [2]


Le 23 juin dernier, une communauté d’évangélistes avait libéré l’espace vert de Sainte-Croix qu’elle occupait. Le site du futur pôle archéologique n’aura connu qu’un bref répit puisque dans la soirée de vendredi [4 juillet], vers 23 h, une quarantaine de caravanes de gens du voyage se sont à nouveau présentées sur place.

JPEG - 20.7 ko
Fréjus, quartier Sainte-Croix (photo prise le 6 août 2008 - DR)

Barrés par les gros blocs de pierres et la tranchée que la ville avait fait creuser entre-temps à l’entrée principale du terrain, les nomades n’ont pas fait marche arrière pour autant : ils ont tout bonnement enfoncé le portail de l’école Dolto et forcé l’issue de secours pour réussir à faire passer plusieurs caravanes. Cela avant que la police municipale n’intervienne et ne parvienne [...] à les empêcher de progresser plus avant. A leur tour sur place, le premier adjoint au maire Francis Tosi et Marc Botti, directeur de la sécurité pour la ville, ont tenté de calmer les esprits et d’orienter les gens du voyage vers l’aire de grand passage désormais ouverte dans la plaine du Reyran, après avoir reçu l’agrément de la préfecture du Var.

JPEG - 22.6 ko
Fréjus : labours et tranchée - pour protéger l’aqueduc ? (photo prise le 6 août 2008 - DR)

Le second acte s’est joué hier [samedi 5 juillet] matin : dès 8 h, Francis Tosi a reçu en mairie une délégation de ces évangélistes protestants qui lui ont opposé leur refus de s’installer sur l’aire de grand passage, aménagée sans qu’ils «  aient été consultés ». De fait, elle ne leur convient pas : trop caillouteuse, pas assez herborée et arborée, pourvue d’un point d’eau mais pas d’électricité...

Parking du marché des arènes : non plus

Dans l’attente d’une solution alternative, les gens du voyage ont alors décidé de bloquer avec leurs caravanes l’avenue du XVe Corps, du rond-point des Marsouins à l’entrée de la rue Sakharov.

Aucun incident n’a été à déplorer avec les fonctionnaires du commissariat intercommunal et les policiers municipaux de Fréjus, tous mobilisés pour encadrer les nomades et mettre en place des déviations.

JPEG - 13.9 ko
Blocage de l’avenue du XVe corps.

Dans l’après-midi, une fois qu’il eût été nettoyé, le parking du marché des arènes a été à son tour mis à disposition provisoire des gens du voyage, à échéance de vendredi prochain.

À Bellevue finalement

Mais là encore, la ville a essuyé un refus de la part des pasteurs responsables de la communauté. En soirée, la situation s’est finalement débloquée, les gens du voyage acceptant de prendre la direction d’un terrain à Bellevue. Non sans provoquer le courroux du sénateur-maire, Elie Brun : «  Avec la communauté d’agglomération nous avons respecté notre engagement d’une aire de grand passage dans le cadre du schéma d’aménagement départemental. À l’Etat de faire respecter
la loi. Que leur faut-il de plus à ces gens, une buvette, un tel terrain climatisé ?
 »

Et pour l’heure, de recommander aux Fréjusiens « la plus grande vigilance sur leurs propriétés compte-tenu de leur présence. Car ce ne sont pas les touristes qu’on attendait pour faire vivre l’économie locale... »

Emeric Charpentier


______________________________

JPEG - 14.9 ko
Seules quelques caravanes de gens du voyage, des particuliers, ont fait une halte sur l’aire de grand passage créée par la municipalité. (Ph. Rodolphe Goupil)

Aire de grand passage : un démarrage au ralenti

par Ch. R.,Var Matin éd. Fréjus-Saint Raphaël, le 24 juillet 2008


Un terrain nu, quasiment désert. Sur l’aire de grand passage de 150 places créée depuis un mois au quartier de La Palissade par la commune, quelques caravanes sont éparpillées. Des auvents ont été plantés histoire de faire un peu d’ombre sur ce terrain agricole de 22000 m² acquis par la municipalité et aménagé pour un budget global de 350 000 €, en vue de l’accueil des missions évangéliques.

« On remercie le maire de nous avoir fait une belle place. C’est impeccable », dit Brigitte, une mère de famille soulagée d’avoir trouvé un lieu pour se poser quelques jours avec mari et enfants. Ses voisins approuvent. « On a cherché toute la soirée d’hier après que les gendarmes nous ont fait partir de Puget-sur-Argens. Ici c’est bien, il y a l’eau et une benne à ordures. »

Les aménagements - sommaires... - de l’aire de grand passage
(photos prises le 6 août 2008 - DR)


Interdit aux particuliers

Un peu plus loin un fourgon s’est garé sur l’un des rares coins d’ombre. Michel, venu de Haute-Savoie pour faire les marchés nocturnes explique : « c’est le seul emplacement que j’ai trouvé pour stationner. Je n’ai pas un budget suffisant pour me payer un camping. Je me fais une moyenne de 30 € par jour. »

Lui aussi est ravi. Oui mais... Le hic, c’est que ce terrain est réservé non aux particuliers, mais exclusivement aux gens du voyage et de surcroît au grand passage, c’est-à-dire aux missions. Et la première mission évangélique qui aurait dû fouler le terrain a refusé de s’y installer (voir ci-dessus). La quarantaine de caravanes a préféré le terrain arboré de Bellevue, au grand dam du sénateur maire Elie Brun.

L’une des premières communes équipées

Côté municipalité, on accuse le coup. Marc Botti, chargé de mission à la sécurité affiche un certain découragement. Car en dépit de certaines faiblesses, perfectibles — le manque d’arbres et un point d’eau difficilement accessible en raison de son éloignement — la commune a joué le jeu. Elle est l’une des premières (avec Grimaud) dans le département à s’être équipée de ce type de plate-forme, stabilisée, sécurisée et équipée (un point d’eau potable, un compteur électrique, une cuve de stockage des eaux usées, une benne à ordures). De plus, pour faciliter l’accès, l’aire a été implantée à la croisée d’axes routiers tels que la RD8, nouvellement réaménagée et de la RN7 avec des dégagements rapides vers l’autoroute A8.

Comme tous les ans, durant la période estivale, les grandes missions vont transiter par la région. D’ores et déjà six grands passages sont attendus par la municipalité jusqu’au 10 août. Programmés avec les pasteurs, ces passages étaient initialement prévus sur l’aire créée à cet effet, conventions signées à la clé. Mais personne ne sait encore pour l’instant, si oui ou non, les prochaines missions accepteront d’occuper les lieux jugés « trop caillouteux et pas assez arborés  ».

A Bellevue, l’herbe est plus verte...

« On ne demande pas un château, juste un champ pour passer 25 jours. Et après on part ailleurs. » Installés depuis le 6 juillet dernier à Bellevue après avoir refusé d’intégrer l’aire de grand passage, les gens du voyage ne regrettent pas leur choix. Mieux, ils l’assument. « On n’ira pas sur leur aire. On n’en veut pas. D’ailleurs on nous a jamais consultés à ce sujet ! Pourtant, on est en démocratie. » Les raisons du refus ? La première tient à la fréquentation du site. « [...] La communauté est vaste :
330 000 gens du voyage. Il y a de tout, des Yougoslaves, des Roumains, il ne faut pas mettre tout le monde dans le même sac.
[...] »

JPEG - 25.2 ko
A Bellevue, l’herbe est plus verte...

L’autre raison, c’est la configuration même du site. « Là-bas, c’est caillouteux, il n’y a pas d’arbres, pas d’ombre. On veut toujours nous obliger à occuper des vilains sites près de la déchetterie ou d’une centrale nucléaire. Il faut arrêter, on n’est pas des bêtes ! »

Une convention entre la ville et leur mission évangélique Vie et Lumière représentée par le pasteur Bozard a été signée. Elle pose
les principes de délai (départ le 27 juillet à 14 h), de respect de l’environnement (interdiction de faire du bruit entre 22 h et 7 h), de sécurité (interdiction de faire du feu sous la pinède), d’hygiène (laisser le site propre). En contrepartie, la ville fournit une benne à ordures, l’électricité (payée à terme par les gens du voyage) et autorise le stationnement.

Aires d’accueil en gestation

Inscrite au schéma départemental, l’aire de grand passage fait partie d’un ensemble qui prévoit, dans le secteur, deux aires d’accueil d’une capacité de 30 places, à Roquebrune-sur-Argens et à Puget-sur-Argens.

Selon Caroline Cadou, sous-préfète chargée de la politique de la ville, « sur Roquebrune, le projet est à l’étude. Le préalable, c’est la création d’un giratoire qui fait encore l’objet de discussions ».

À Puget-sur-Argens, les appels d’offres en vue des travaux sont sur le point d’être lancés. L’ouverture de l’aire étant prévue pour le premier semestre 2009. Mais en raison du retard pris par les deux communes, le dispositif général produit des effets pervers. Il favorise la migration des gens du voyage (les particuliers) vers l’aire de Fréjus
destinée exclusivement aux grandes missions.

Et les agents de sécurité ont bien du mal faire comprendre aux familles que le terrain est réservé à cette utilisation.

______________________________

Un petit encart surprenant est paru le 3 août dans l’édition de Fréjus-Saint Raphaël du quotidien Var Matin :

GIF - 7.3 ko
Var Matin (édition Fréjus-Saint Raphaël, du 3 août 2008.)

En réalité il semble que ce soit la municipalité de Fréjus qui ait fait labourer et creuser des tranchées pour se protéger de ceux qui « ne sont pas les touristes qu’on attendait ».

L’aire de grand passage est maintenant fermée

JPEG - 21.8 ko
Photo prise le 6 août 2008 (DR)

Fréjus est labouré...

Les labourages préventifs de la mairie...

Notes

[1La dernière s’est réunie en préfecture le 11 juin dernier.

[2Cet article a été publié dans Var Matin avec l’intitulé « Fréjus : l’avenue du XVe Corps paralysée ».


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP