odieux sexisme


article de la rubrique discriminations > femmes
date de publication : samedi 24 juillet 2021
version imprimable : imprimer


« Une vision aussi macho de la femme appartient à une autre époque » [1]


En 2021 (juillet), "l’équipe féminine de Norvège de beach-handball a renoncé à jouer en bikini, bravant la réglementation. La commission de discipline de la Fédération européenne de handball (EHF) avait tranché lundi pour les condamner à une amende de 1 500 euros, soit 150 euros par joueuse, pour cette infraction aux règles internationales." (...)

Le ministre norvégien de la Culture, Abid Raja, en charge des questions sportives, s’est insurgé contre l’amende. "C’est complètement ridicule, a-t-il tweeté. Punaise, que de changements d’attitudes sont nécessaires dans l’univers international macho et conservateur du sport." [2]

"Là où l’absurde devient concret, c’est que les hommes jouent… en short ! « Pouvez-vous imaginer combien d’hommes seraient dissuadés de pratiquer ce sport s’ils devaient porter des budgy smugglers (sorte de string pour homme) ? » s’est étonné Rose Boyd, l’une des joueuses de l’équipe d’Australie". [3]

En 2020, c’est Larousse qui était accusé de sexisme. Sur la capture d’écran du site du Larousse, partagée par l’association, une “ présidente ” n’est pas définie comme “une personne qui préside une assemblée, une réunion, un tribunal”, comme c’est le cas pour le nom masculin “président”, mais comme la “ femme d’un président ”. [4]


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP