nouveau démantèlement d’un campement de Roms à Toulon


article communiqué de la section LDH de Toulon  de la rubrique roms et gens du voyage > à Toulon
date de publication : mercredi 11 juin 2014
version imprimable : imprimer


Jeudi 5 juin à 8h30, devant les bâtiments de l’ex EDF-GDF, quartier de la Loubière, à Toulon, les forces de l’ordre ont évacué les familles de Roms qui avaient trouvé refuge depuis plusieurs mois, en face, dans une friche industrielle – voir le reportage de La Marseillaise.

La section de Toulon de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) et le Réseau éducation sans frontières (RESF) du Var demandent le relogement des personnes chassées de leur campement, conformément à la circulaire interministérielle du 26 août 2012 que le ministre de l’Intérieur a récemment rappelée.

[Ajouté le 10 juin] : La situation n’ayant pas évolué, les deux associations ont demandé audience au préfet pour le mercredi 11 juin à 17h, et elles appellent à un rassemblement devant la préfecture à la même heure [1].

[Mis en ligne le 5 juin 2014, mis à jour le 7, puis le 11]



Voir en ligne : article 5949

Communiqué commun LDH Toulon et RESF Var

Nouveau démantèlement d’un campement de Roms à Toulon

Un groupe de quelques familles roms vient d’être chassé ce matin d’une friche industrielle, à Toulon dans le quartier de La Loubière, en application d’un référé à la demande d’ERDF. Ces familles qui vivent depuis plusieurs années dans la région toulonnaise, étaient installées sur ce terrain depuis quelques mois. Parmi eux une dizaine d’enfants sont scolarisés.

En contradiction avec les mesures prévues dans la circulaire interministérielle du 26 août 2012, aucune proposition de relogement ne leur a été faite, et aucune proposition d’hébergement, avant expulsion. Les familles, remises brutalement dans la rue, vont donc chercher un nouveau lieu d’accueil, ce qui ne fera que déplacer le problème.

Rappelons que les Roms sont des citoyens de l’Union européenne et qu’à ce titre ils bénéficient des mêmes droits que les autres Européens.

La section de Toulon de la LDH et RESF du Var demandent que leur soient proposées en urgence des solutions d’hébergement, conformément aux directives rappelées récemment par le ministre de l’intérieur.

Toulon le 5 juin 2014

Ajouté le 10 juin

Pour obtenir rapidement des solutions satisfaisantes pour les familles, ils demandent audience au préfet du Var pour le mercredi 11 juin à 17h et appellent à un rassemblement au même moment devant la préfecture pour soutenir la délégation qui devrait être reçue.

Ils invitent les organisations qui soutiennent cette démarche à relayer cet appel dans leurs réseaux et à venir renforcer ce rassemblement.

Toulon le 10 juin 2014

Ajouté le 7 juin 2014 :


Il y avait quatre familles.
L’expulsion des familles s’est déroulée "sans prévenir" jeudi matin vers 8h30.
L’association officiellement en charge de l’accompagnement des familles n’avait pas été informée.
Certains enfants sont retournés à l’école.
Maintenant la "sécurité" veille avec des chiens, pour éviter des éventuels retours.
Tous dorment dehors, sans eau...

Communiqué de presse de Marie-Christine Vergiat [2]

Expulsions à la Loubière : les familles ne doivent pas être laissées à la rue !

Le 5 juin, des familles Roms ont été expulsées d’une friche industrielle, dans le quartier de La Loubière à Toulon, site qu’elles occupaient depuis un an.
Cette expulsion est intervenue à la demande des propriétaires, au motif de la nécessité de dépolluer le site sur lequel un complexe immobilier de 93 bureaux, commerces et logements devrait être construit.
Une nouvelle fois, la Prèfecture du Var semble avoir ordonné une expulsion au mépris de la circulaire interministérielle du 26 août 2012 puisque notamment aucune proposition de relogement n’a été faite.

Ces familles se retrouvent une fois encore à la rue et on les laisse seules pour retrouver un nouveau lieu d’hébergement tout aussi précaire et qui sera sans doute suivie d’une nouvelle expulsion.

Ces méthodes ne règlent rien et sont indignes de notre République.
Quand les autorités politiques prendront-elles enfin leurs responsabilités et cesseront-elles de priviléger une réponse dure et courtermiste qui ne sert qu’à alimenter le lit de l’intolérance.
Quelques jours après le résultat désastreux des élections européennes, le gouvernement actuel ne pouvait donner pire réponse.

Il serait temps que la France inscrive ses politiques dans le cadre européen pour l’intégration des Roms et cesse de renvoyer à d’autres ce qui relève de sa responsabilité.
Au moment où le Président de la République rappelle la Charte de Philadelphie, il serait temps de mettre en oeuvre sur le sol français, l’une de ses valeurs fondamentales reprise dans l’article 1er de la Déclaration universelle des droits de l’Homme : celle du respect de la dignité humaine.

Le 6 juin 2014

Notes

[1Les organisations signataires de cet appel : LDH Toulon, RESF Var, EELV, PCF fédération du Var, FSU, Fondation Abbé Pierre, CCFD-Terre solidaire, RUSF83, SNESUP Toulon, SUD Education-Solidaires.
L’appel reste ouvert à la signature des organisations qui souhaitent s’y associer.


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP