ne pas oublier les Arméniens


article de la rubrique international > Hors Europe
date de publication : mercredi 25 novembre 2020
version imprimable : imprimer


Les Arméniens chassés de leurs terres, de leurs maisons, appellent à l’aide.


L’accord de paix signé avec l’Azerbaïdjan chasse les Arméniens du district de Kelbadjar ; ils ont jusqu’au 25 novembre 2020 pour quitter les lieux. Un déplacement de masse surveillé de près par des soldats russes déployés afin de faire respecter le cessez-le-feu conclu entre les deux pays (...) certains habitants ont mis le feu à leur maison avant de partir, pour éviter qu’elle ne tombe entre les mains de futurs occupants azéris. Des bâtiments publics ont également été incendiés.

"Les régions de Karvachar (Kelbadjar, en azéri), Agdam et Latchine doivent être vidées de leurs habitants arméniens avant le 1er décembre, pour laisser place libre aux Azerbaïdjanais, qui avaient fui la zone il y a un quart de siècle.

Mais comme l’illustre la locution “traîtres arméniens” laissée par les élèves, la société arménienne perçoit cet accord tripartite comme un fait de haute trahison de la part du Premier ministre Nikol Pachinian, que des protestations ininterrompues depuis le 10 novembre à Erevan appellent à la démission." [1]

L’Azerbaïdjan a récupéré mercredi 24 novembre, le contrôle du district de Kalbajar, avoisinant le Nagorny Karabakh, seconde des trois rétrocessions auxquelles l’Arménie doit procéder après le cessez-le-feu (15/11/2020), ayant mis fin à six semaines de combats dans cette région disputée. (AFP, publié le mercredi 25 novembre 2020 à 10h47)


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP