mort d’Hakim Ajimi : procès du 16 au 20 janvier 2012


article de la rubrique justice - police > violences policières
date de publication : vendredi 6 janvier 2012
version imprimable : imprimer


Les deux policiers de la Brigade anticriminalité (BAC), responsables de l’interpellation de Hakim Ajimi le 9 mai 2008, au cours de laquelle il est décédé, comparaîtront devant le tribunal correctionnel de Grasse pour homicide involontaire du 16 au 20 janvier 2012.

Les rapports d’expertise médicale concluent que la mort du jeune homme est due à une asphyxie mécanique consécutive à une compression thoracique et une clef de bras pratiquées par les policiers avec trop de force et durant trop longtemps.

En mai 2010, les juges d’instruction de Grasse en charge du dossier, avaient rendu une ordonnance de non-lieu partiel pour les deux fonctionnaires de la BAC. Suite à l’appel de cette décision par le parquet, ces deux policiers ont été renvoyés le 9 septembre dernier devant le tribunal correctionnel de Grasse pour homicide involontaire – voir cette page.

Dans le cadre du collectif qui compose le Comité Justice pour Hakim, la section Cannes-Grasse de la LDH appelle ses adhérents et ses sympathisants au rassemblement annoncé ci-dessous, avec pour seul mot d’ordre : JUSTICE POUR HAKIM !
Rassemblement : samedi 7 janvier 2012 à 14h, à Grasse, en haut du Bd Victor Hugo.

[Mis en ligne le 13 novembre 2011, mis à jour le 6 décembre 2012]

Voir en ligne : Amnesty International dénonce cinq décès dans les mains de la police française

JPEG - 22.6 ko
Manifestation pour Hakim Ajimi devant le palais de justice de Grasse en septembre 2010. (Xavier Giraud)

Un appel du comité Hakim Ajimi

Nous avons besoin de votre soutien actif !

Du 16 au 20 janvier 2012 se tiendra au tribunal correctionnel de Grasse le
procès de 7 membres des ’forces de l’ordre’ (sic) impliqués dans la mort
de Hakim Ajimi, le 9 mai 2008 à Grasse.

Deux policiers de la brigade anticriminalité (BAC) seront jugés pour « 
homicide involontaire », un policier municipal et quatre fonctionnaires de
Police secours pour « non-assistance à personne en danger. »
L’audience publique n’est pas certaine mais le Comité Vérité et Justice
pour Hakim Ajimi appelle d’ores et déjà à une forte mobilisation à
l’échelle nationale.

Un rassemblement, en mémoire de Hakim, en soutien à ses proches et pour
unir nos forces, aura lieu samedi 7 janvier 2012 à 14h à Grasse, en haut
du boulevard Victor Hugo, lieu de l’interpellation mortelle.

Pendant le procès, le Comité espère votre présence active devant le
tribunal de Grasse pour :
un rassemblement lundi 16 janvier à l’ouverture des audiences
un point-info chaque jour de cette semaine, de 16h à 18h
une mobilisation vendredi 20 janvier toute la journée.

Nous vous remercions de prendre note de ces nouveaux temps forts d’une
mobilisation qui dure depuis 4 ans afin que la famille Ajimi obtienne
justice.

le Comité Vérité et Justice pour Hakim Ajimi
comite_hakim_ajimi@riseup.net

Le procès en janvier à Grasse

Nice-matin, le 5 octobre 2011


Manifestation pour Hakim Ajimi devant le palais de justice de Grasse en septembre 2010 Manifestation pour Hakim Ajimi devant le palais de justice de Grasse en septembre 2010. Xavier Giraud

La date du procès de l’affaire Hakim Ajimi est désormais connue. L’audience de ce délicat dossier ayant connu plusieurs rebondissements est en effet fixée au mois de janvier prochain devant le tribunal correctionnel de Grasse.

Exactement du 16 au 20 janvier ont confirmé les avocats d’Hakim Ajimi et l’un des avocats des policiers [1]. Ce procès très médiatique se tiendra presque quatre ans après la mort de ce jeune Grassois de 22 ans, survenue le 8 mai 2008 à la suite d’une interpellation mouvementée.

Ce sont finalement sept membres des forces de l’ordre qui seront à la barre : deux policiers de la brigade anticriminalité, la BAC, seront jugés pour « homicide involontaire ». Un policier municipal et quatre fonctionnaires de police secours comparaîtront quant à eux pour « non-assistance à personne en danger. »

Les deux policiers de la Brigade anticriminalité avaient été mis en examen pour homicide involontaire fin 2009 et avaient été blanchis en mai 2010. Mais le parquet avait interjeté appel de cette décision et en septembre 2010, la cour d’appel d’Aix-en-Provence l’a suivi et décidé leur renvoi en correctionnelle.

Notes

[1Me Franck De Vita et Me Henri Leclerc pour la famille Ajimi et Me Joël Blumenkranz pour trois policiers dont les deux de la BAC.


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP