mission évangélique en quête d’une aire de grand passage


article de la rubrique roms et gens du voyage > gens du voyage dans le Var
date de publication : samedi 20 juin 2009
version imprimable : imprimer


Lundi 15 juin 2009, un convoi d’une centaine de caravanes représentant environ 500 personnes, s’est installé sur un terrain privé à Brignoles. Venue d’Istres, la communauté a prévu de séjourner une semaine ou deux sur ce terrain du quartier du Vabre.

Une semaine auparavant, inaugurant une aire d’accueil pour les gens du voyage, le maire de Brignoles s’était réjoui de la mise en conformité avec la loi. Faisant allusion aux événements qui se déroulaient alors à La Garde, il avait exprimé l’espoir que « Brignoles et la communauté de communes n’auront plus à gérer des situations d’installations sauvages telles que le Var en connaît encore ces jours derniers ».

[Première mise en ligne le 18 juin, mise à jour le 20 juin 2009]



Jeudi 18 juin, le préfet du Var a pris un arrêté mettant en demeure la mission évangélique Vie et lumière d’évacuer le terrain qu’elle occupait depuis quatre jours à Brignoles. Ayant déposé un recours, les gens du voyage bénéficient d’un délai supplémentaire de 72 h : l’affaire sera jugée au tribunal administratif de Toulon, lundi à 9h30.

JPEG - 17.1 ko
Les évangélistes : « nous sommes là pour prêcher » (Yves Gargowitch est troisième en partant de la gauche) (ph. Franck Muller)

Yves Gargowitch : « Des aires de grand passage doivent être réalisées. Comme ce n’est pas le cas, nous nous installons où nous trouvons de la place ».

par Alain Revello, Var Matin, le 16 juin 2009 [1]


Selon les responsables de la communauté installée à Brignoles, «  il y a cinquante, voire soixante missions évangélistes qui sont sur les routes de Fronce entre mai et août. La loi oblige les départements à construire des aires de grand passage pour nous accueillir. Malheureusement, ce n’est toujours pas le cas dans le Var. » Yves Gargowitch [porte-parole de la mission] se veut respectueux des personnes qui entrent dans son camp. « Notre objectif est de nous entendre avec les populations que nous côtoyons.

Nous sommes respectueux de l’environnement que nous fréquentons, et je peux vous assurer qu’après notre départ vous éprouverez des difficultés pour trouver trace de notre passage ».

Hier, les hommes de la mission ont monté le chapiteau sous lequel, tous les soirs, des prières seront-prononcées « afin de venir en aide aux malades ». Convertis à l’évangile, Yves Gargowitch et les siens «  vivent dans la crainte de Dieu. Chez nous, pas de vols, d’alcool ou de drogue. Nous vivons des menus travaux que nous pouvons effectuer ici et là ».
Et si l’un des disciples ne respecte pas les règles, « il est exclu sur le champ. »

Gens du voyage : la polémique gagne du terrain

par Alain Revello, Var Matin, le 16 juin 2009 [1]


Une centaine de caravanes s’est installée dimanche sur une parcelle privée à Brignoles.  [2]

Trois semaines avant la caravane du Tour de France, celle de la mission évangélique tzigane Vie et lumière a décidé de faire étape à Brignoles. Dimanche après-midi, une centaine de véhicules ont investi une parcelle privée au quartier du Vabre. Prévenu par la gendarmerie, le maire, Claude Gilardo, s’est rendu sur les lieux, ne pouvant que constater les faits : « Je suis arrivé avec deux gendarmes, ils avaient déjà pénétré sur le site. Il était impossible de faire quoi que ce soit ».

Cette installation sauvage n’est pas du goût des représentants de la communauté de communes du Comté de Provence. Le 8 juin, dans le sillage de Claude Gilardo, les douze maires ont inauguré l’aire d’accueil offrant quarante emplacements. Au moment de couper le ruban, le président de l’intercommunalité souhaitait « ne plus avoir à gérer des situations d’installations illicites comme le Var en connaît actuellement ».

Patatras... Une semaine plus tard, la mission évangélique se présente sur les bords du Caramy, prétextant que l’aire d’accueil construite au pied du Candelon ne la concerne pas. Selon Yves Gargowitch, l’un des cinq prédicateurs responsables de la mission, « nous sommes à peu près cinq cents personnes. Nous venons d’Istres et nous avons l’intention de rester ici une semaine ou deux avant de prendre la route des Alpes. Il est impossible que nous occupions l’espace réalisé sur la route de Toulon, il est trop petit. Ce que nous voulons, c’est une aire de grand passage ». [...] « Dans le Golfe certains se sont installés depuis deux mois. Il n’ y a plus de places et nous sommes contraints d’occuper des espaces sauvages ».

Yves Gargowitch s’appuie sur les textes de loi afin d’offrir aux siens des lieux de vie décents. Pour sa part, Claude Gilardo souhaite que sa ville, sa région, ne soient pas pénalisées. « Nous avons accompli notre devoir. Aux autorités de prendre leurs responsabilités ». Aussi, hier matin, le maire de Brignoles à écrit au préfet du Var. « Je vous demande instamment de mettre en demeure ces occupants illégaux de quitter les lieux dans les 24 heures ». Et Claude Gilardo de souligner les dangers encourus. « Cette utilisation des lieux peut engendrer des risques pour le milieu naturel, l’environnement. De surcroît, le campement se situe à proximité des serres municipales où des produits dangereux sont stockés. Il existe là des risques réels que vous devez faire cesser ».

En préfecture, le dossier des gens du voyage est particulièrement sensible. Aussi, hier, les services préfectoraux et particulièrement ceux de l’arrondissement de Brignoles n’ont pas tenu à communiquer sur l’installation sauvage des évangélistes sur le terrain du Vabre.
En fin de journée, par le biais du service communication, on apprenait que « l’on suivait l’affaire, on fait en sorte qu’elle soit résolue le mieux possible ».

Une position pour le moins évasive en attendant des informations plus précises dans les jours à venir.

Dans le même temps, en mairie, on soulignait que les services préfectoraux avaient réagi plus rapidement sur le dossier du service minimum dans les écoles...

Alain Revello


Cogolin : cinquante caravanes sur un terrain privé

[Var Matin, le 10 juin 2009]


Le golfe de Saint-Tropez accueille des gens du voyage depuis une semaine. Après Gassin , une cinquantaine de caravanes a trouvé refuge, hier, sur le terrain privé des Aubrettes à Cogolin Cette installation sauvage est un problème récurrent et difficile à régler, les communes n’ayant pas d’aires de grand passage. Selon la sous-préfète de l’arrondissement de Draguignan « deux communes ont des terrains. Bien qu’en zone inondable, nous allons tout faire pour rendre ces aires de Grimaud et Cogolin officielles ».

Hyères : Les élus opposés à l’accueil d’un nouveau groupe

[Var Matin, le jeudi 4 juin 2009]


Pour Hyères, c’est non. Les élus refusent en bloc l’installation d’un nouveau groupe de 200 caravanes au Ceinturon [3], sachant que 200 autres véhicules occupent déjà illégalement un terrain privé, sur le plateau de Costebelle.
« Il y a actuellement 600 gens du voyage sur le territoire de TPM [la communauté d’agglomération Toulon Provence Méditerranée], a dit le maire Jacques Politi. Hyères a certes du foncier, mais n’a pas vocation à accueillir les deux tiers d’entre eux. Que TPM et le maire de La Garde prennent leurs responsabilités, en faisant preuve de solidarité. »

______________________

Un curieux sondage

Que penser du « sondage » suivant, datant du 12 juin 2009 [4], qui ne cite pas la loi Besson et ne mentionne pas le fait que le Var ne la respecte pas ?

GIF - 29.7 ko
Var Matin, 13 juin 2009.

Le résultat de ce « sondage », publié dans l’édition du 13 juin de Var Matin, donne 34 % de OUI et 66 % de NON, pour un total de 6 votes exprimés (sauf erreur) – ce qui correspond à 2 OUI face à 4 NON ...

Notes

[2Le dossier de Var Matin comportait un dernier article consacré aux dégâts causés par le passage d’une mission évangélique à La Garde – voir cette page.

[3L’aire de grand passage au Ceinturon devait être opérationnelle en juin. Mais la mairie déplore l’absence d’autorisation des services de l’État (DIREN) pour engager les travaux.


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP