liberté de la presse, intimidation, Yemen


article de la rubrique libertés > censure
date de publication : mercredi 15 mai 2019
version imprimable : imprimer


Deux journalistes auditionnés par la DGSI pour avoir enquêté sur la vente d’armes par la France.


15/05/2019 : "Geoffrey Livolsi et Mathias Destal, journalistes et cofondateurs de Disclose, ont été auditionnés mardi 14 mai 2019 « à titre personnel et sous le régime de l’audition libre par la Direction générale du renseignement intérieur » (DGSI), à la suite de la publication mi-avril d’une enquête comportant des documents « confidentiel défense » relatifs aux armes françaises utilisées par l’Arabie saoudite et les Émirats Arabes Unis dans la guerre au Yémen.

Les deux journalistes du site d’investigation Disclose ayant enquêté sur l’utilisation d’armes françaises au Yémen ont dénoncé mardi le « cadre procédural » de leur audition par les services de renseignement français et regretté une « tentative d’intimidation ». [1]

 [2]

15/04/2019 : "La fuite d’une note du renseignement militaire dressant la liste des armements français déployés au Yémen par l’Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis, deux gros clients de l’industrie nationale de défense, remet sur le tapis un dossier très embarrassant pour Paris.

Certes, l’affaire est bien connue : de nombreuses ONG internationales dénoncent régulièrement les ventes d’armement français à destination de Ryad et d’Abou Dhabi, engagés dans une guerre qui a fait au moins 10.000 morts depuis 2015 et poussé des millions de Yéménites au bord de la famine.

Et invariablement, la réponse officielle de la France est la même : (...) "Je n’ai pas connaissance du fait que des armes (françaises) soient utilisées directement dans ce conflit", déclarait encore fin janvier la ministre des Armées, Florence Parly, sur France Inter." [3]

Les importations d’armement du Moyen-Orient ont quasi doublé ces cinq dernières années :
"Les importations d’armement des États du Moyen-Orient ont augmenté de 87 % entre 2009-13 et 2014-18 et représentent 35 % des importations mondiales d’armement en 2014-18. L’Arabie saoudite est devenue le premier importateur d’armement au monde en 2014-18, avec une augmentation de 192 % par rapport à 2009-13." (...) [4] [5]

P.-S.

a) Lire ou relire : http://section-ldh-toulon.net/Yemen-violations-du-droit-humanitaire.html

b)La base de données du SIPRI sur les transferts d’armement contient des informations sur tous les transferts internationaux d’armes majeures (y compris les ventes, les dons et les licences de production) aux États, aux organisations internationales et aux groupes armés non-étatiques, de 1950 à l’année civile complète la plus récente, 2018.


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP