les "invisibles" demandent un peu d’humanité


article de la rubrique démocratie > coups de gueule
date de publication : dimanche 1er août 2021
version imprimable : imprimer


« Au vu du nombre croissant de personnes qui ne trouvent pas de solution d’hébergement, il faut le faire savoir » (Léa Filoche)


30-07-2021 : "Les opérations de mise à l’abri de 600 sans-abri - (ils étaient 800 au total - Selon nos informations, 150 à 180 hommes seuls ont été reconduits sous escorte policière par groupe de quinze, en direction de la bouche de métro Chemin Vert) - , présents place des Vosges "ont commencé" vers deux gymnases et un hall d’exposition, a annoncé à l’AFP Léa Filoche, adjointe à la maire de Paris chargée des solidarités, renvoyant vers l’Etat la responsabilité de trouver une "solution pérenne" de logement. "Les sans-abri vont être renvoyés vers deux gymnases et le Paris Event Center", une halle d’exposition de la Villette transformée en structure d’accueil d’urgence, a expliqué Mme Filoche. (...) Jeudi à 13H00, en quelques minutes seulement, 300 tentes avaient été installées sur les pelouses de la place des Vosges, réparties en trois espaces "familles", "hommes seuls" et "mineurs".

"Nous avons choisi ce lieu car c’est un lieu touristique. Nous voulons montrer une autre face de Paris. Rendre visibles les invisibles, aussi dans les quartiers chics", avait expliqué à l’AFP Pierre Mathurin, coordinateur d’Utopia 56 Paris, une des associations composites du "Collectif Réquisitions". " [1]

Novembre 2020 : Le dispositif – des tentes et des couvertures – n’aura tenu qu’un peu plus d’une heure avant d’être mis à sac par les forces de l’ordre, place de la République. Sous l’oeil impuissant de dizaines d’élus, d’avocats et de journalistes, tous pris à partie pendant une soirée marquée par des violences au coeur de Paris. Les vidéos et images de policiers secouant des tentes pour en faire tomber leurs occupants – des exilés privés d’hébergement –, de croche-pieds injustifiés et de matraquages ont même conduit le ministre de l’Intérieur à réagir en fin de soirée pour accorder cette fois du crédit aux images filmées d’une opération policière en pleine polémique sur la proposition de loi pour la sécurité globale.

« Certaines images de la dispersion du campement illicite de migrants place de la République sont choquantes. Je viens de demander un rapport circonstancié sur la réalité des faits au Préfet de police d’ici demain midi. Je prendrai des décisions dès sa réception », a fait savoir Gérald Darmanin. [2]


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP