les gens du voyage font un bref passage à La Seyne


article de la rubrique roms et gens du voyage > gens du voyage dans le Var
date de publication : mercredi 14 février 2007
version imprimable : imprimer


Dimanche, la circulation a été bloquée par une trentaine de caravanes. Des gens du voyage ont tenté de s’installer sur un terrain à l’entrée de la zone Grimaud avant de repartir.

« Ce n’est quand même pas normal qu’une grande ville comme La Seyne n’ait pas au moins un ou deux terrains à la disposition des gens du voyage »


JPEG - 11.6 ko
Dimanche, la circulation a été bloquée par des gens du voyage qui voulaient s’installer à l’entrée de l’espace Grimaud.

Dimanche dernier, en fin d’après-midi, la circulation était complètement bloquée à l’entrée de la zone d’activités de Grimaud, juste après le rond-point de l’IUFM. Une trentaine de caravanes des gens du voyage a en effet tenté de s’installer en force sur le terrain de « Quo Vadis ».
Mais, stoppés à l’entrée, ils se sont retrouvés en file indienne au milieu de la route. Les services de police sont rapidement intervenus pour dégager la voie. A 18h00, les gens du voyage étaient encore là et la police cherchait un terrain (d’entente) où les envoyer.
Selon le service communication de la ville, les caravanes n’auraient pas attendu qu’une solution soit trouvée et auraient repris la route. Hier, ils n’étaient déjà plus là.

« Pas normal ».

Arrivés de Narbonne, les gens du voyage avaient l’intention de rester une semaine à La Seyne avant de repartir. « Nous avons une dame qui doit rentrer à l’hôpital jeudi, il nous faut une place pour la semaine », explique un homme qui ne veut pas dire son vrai nom, mais se désigne comme le porte-parole du groupe.

« Chaque année, nous venons ici et ce n’est quand même pas normal qu’une grande ville comme La Seyne n’ait pas au moins un ou deux terrains à la disposition des gens du voyage », poursuit-il, rappelant que « les communes ne respectent pas la loi ». « Pourtant, on est des gens comme les autres, on est propre, on a des voitures », explique une dame, qui veut tordre le coup aux préjugés. « On a des groupes électrogènes et nos enfants sont inscrits à l’école par correspondance », reprend l’homme.

Depuis 2003, un schéma départemental d’accueil des gens du voyage a été élaboré afin de créer des aires dans les communes de plus de 5.000 habitants (37 communes varoises concernées). Avec ce plan, les communes étaient priées de réaliser des espaces dans les deux ans suivant la signature du schéma – soit en 2005 –, sans quoi l’Etat se réservait le droit d’acquérir les terrains nécessaires, de réaliser les travaux et d’envoyer la facture aux municipalités concernées. On est loin du compte.

Marielle Valmalette

Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP