les Roms ont des droits, à Toulon aussi


article de la rubrique roms et gens du voyage > à Toulon
date de publication : lundi 16 juin 2014
version imprimable : imprimer


Un rassemblement s’est tenu, mercredi 11 juin 2014 à 17h, devant la préfecture du Var, à l’appel de la LDH et de RESF pour demander qu’un hébergement décent soit proposé aux quatre familles Roms expulsées de leur squatt la semaine dernière à La Loubière (Toulon).

Une cinquantaine de personnes s’étaient déplacées pour soutenir notre démarche [1]. Nous n’avons pas été autorisés à pénétrer dans la préfecture, mais nous avons fait remettre au préfet un dossier comportant notamment un exemplaire du guide pratique intitulé Les Roms ont des droits. Et nous avons écrit au préfet pour lui rappeler nos demandes.

Rien du côté des pouvoirs publics ... Entre lassitude et colère, les familles sont à bout ...

[Mis en ligne le 13 juin 2014, mis à jour le 16]



Dernière minute

Conférence de presse, mercredi 18 juin, à 11h, au café de la Rade, à Toulon pour :

  • dénoncer l’absence de réponse rapide aux familles (sous la pluie…) ;
  • obtenir une solution, un hébergement d’urgence, par réquisition ou autre moyen dont disposent les autorités préfectorales ou locales ;
  • demander la convocation sans délai en préfecture du comité de suivi prévu dans la circulaire du 26 août 2012, avec pour objectif de trouver des solutions pérennes.

Toulon, le 14 juin 2014

JPEG - 24.3 ko
L’expulsion le 5 juin 2014 (Photo Bruno Isolda/La Marseillaise)

Que les directives soient respectées !

par L. A., La Marseillaise, le 13 juin 2014


Démantèlement d’un squat à Toulon : associations de défense des droits de l’homme et Front de gauche mobilisés.

Les quatre familles roms qui vivaient – depuis près de dix ans et dont la dizaine d’enfants est scolarisée – dans un squat de La Loubière, à Toulon, sont toujours sans-abri. Ce depuis le démantèlement de leur squat la semaine dernière pour libérer les terrains de GDF-Suez (notre édition du 7 juin).

La Ligue des droits de l’homme et Réseau Éducation sans frontières (avec le soutien de CCFD Terre solidaire, de la Fondation Abbé-Pierre et du Front de gauche) appelaient donc à la mobilisation, ce mercredi en fin d’après-midi devant la préfecture, au moment où les deux associations avaient sollicité une « audience » auprès du préfet, simplement pour que soient respectées les directives du ministre de l’Intérieur et la [circulaire] du 26 août 2012. A savoir que des solutions d’hébergement d’urgence doivent être proposées.
Une cinquantaine de personnes se sont rassemblées, mais les services de la préfecture n’ont pas donné suite.

« Nous avons pu faire passer notre manuel », précise toutefois François Nadiras (LDH). Ce « guide pratique, intitulé Les
Roms ont des droits
, propose « des pistes d’actions aux collectivités », « conseils techniques et des outils méthodologiques » s’appuyant sur un travail de terrain et étant illustré par des exemples d’actions menées.

Reste que, dans le cas présent, indique Christiane Vincents (RESF), c’est l’association Sichem (Union diaconale du Var) qui a délégation de service public pour œuvrer à la prise en charge de Roms, et faire en sorte que leurs « droits de bases soient respectés ». Les familles de La Loubière ont pu entreposer quelques affaires dans les locaux du Sichem, rapporte la bénévole, mais elles sont dehors. L’association n’aurait pas été avertie de leur expulsion (elle n’a pas répondu à notre demande d’interview).

En attendant, un tel dénouement indigne les politiques varois du Front de gauche.
Le conseiller général Luc Léandri (PG) réagit ainsi en réclamant « une solution immédiate » et promet d’« [user] de tous les pouvoirs que lui ont donné les électeurs » pour cela.
Et, faisant d’abord remarquer que « le Var est régulièrement le théâtre d’expulsions, iniques sur la forme », le secrétaire fédéral du Var du PCF, également conseiller régional, Alain Bolla, s’élève aussi, au nom de son parti « contre toute expulsion qui serait prononcée sans un traitement de la situation juste et digne » et « appelle à placer l’humain au coeur des préoccupations ».

L. A.


Notes

[1Appel à rassemblement signé par : RESF83, RUSF83, LDH Toulon, la fondation Abbé Pierre, le CCFD Terre Solidaire, le PCF, EELV, la FSU (SNES et SNESup), Sud-Education-Solidaires.


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP