journée nationale de la résistance, 27 mai


article de la rubrique Toulon, le Var > Toulon
date de publication : jeudi 28 mai 2020
version imprimable : imprimer


Le président de l’ANACR, Gérard Estragon, a tenu à rappeler la nécessité de l’esprit de résistance face aux injustices sociales, terreau de tous les drames, face aux discours de l’extrême droite, ...


(à droite sur la photo, Gérard Estragon, président de l’ANACR)

27 mai 2020- Journée nationale de la Résistance.

"La création du CNR le 27 mai fut un acte déterminant. Dans un premier temps les mots d’ordre étaient simples. Gagner la guerre contre l’Allemagne Nazie, libérer le territoire de la Patrie, restaurer la République.

Le CNR constitué de TOUTES les composantes politiques et syndicales, à l’exception de la droite fascisante et des mouvements collaborateurs, devait poursuivre ses réflexions et après un travail, rendu difficile par la clandestinité et l’assassinat de Jean Moulin, élaborer le programme du CNR, né de l’analyse des causes qui avaient amené l’EUROPE à vivre cette terrible tragédie que fut la 2eme guerre mondiale.

Nos camarades Résistants varois disparaissent, ces trois derniers mois nous avons perdu 6 d’entre eux et non des moindres. Nous reviendrons sur ces tristes disparitions et dès que ça sera possible nous leur rendrons un hommage collectif.

Plus que jamais, les amies les amis de l’ANACR vont devoir rappeler le constat que nos camarades Résistants avaient fait après les combats dans lesquels ils s’étaient illustrés :
la nécessité de l’Esprit de Résistance face aux injustices sociales, terreau de tous les drames, face aux discours de l’extrême droite, face aux résurgences du Fascisme, du Nazisme et de tous les totalitarismes, face au Racisme et à la xénophobie.

Jean Moulin fut le catalyseur de ces volontés dispersées, parfois opposées mais dont le désir d’efficacité des grands serviteurs de la République fit une des pages les plus emblématiques de l’Histoire de notre Patrie."

Gérard ESTRAGON (27 mai 2020)

****
 [1]

27 mai 2020, journée nationale de la résistance : la délégation aux droits des femmes du sénat rend hommage aux résistantes

"Quelques semaines après le 75e anniversaire de la libération des camps de concentration, la Journée nationale de la Résistance de 2020 revêt une signification particulière.

Malgré la crise sanitaire qui a conduit à l’annulation de l’événement prévu au Sénat pour saluer la mémoire des femmes déportées dans le camp allemand de Ravensbrück, la délégation tient à rendre hommage aux résistantes qui connurent un sort terrible dans ce camp allemand des bords de la Baltique, parmi lesquelles de nombreuses Françaises, dont Geneviève de GAULLE-ANTHONIOZ, Germaine TILLION, Anise POSTEL‑VINAY, Charlotte DELBO et Marie-Claude VAILLANT-COUTURIER… (...)

Il y a six ans, le 27 mai 2014, le Sénat, à l’initiative de la délégation, célébrait la mémoire de ces « combattantes de l’ombre » et inaugurait une plaque en hommage aux sénatrices issues de la Résistance. « Nous n’étions pas des citoyennes à part entière, nous n’avions pas le droit de vote, il faut toujours le rappeler, mais nous avions une conscience politique et nous avons lutté contre l’oppression nazie, pour la patrie et les valeurs républicaines de liberté, de justice, de fraternité » : cette phrase de Marie-José CHOMBART de LAUWE, présidente de la Fondation pour la mémoire de la déportation et survivante de Ravensbrück, gravée sur la plaque installée à l’entrée de l’hémicycle, rappelle le sacrifice de femmes qui ont risqué leur vie pour leur pays alors qu’elles n’avaient pas les mêmes droits que les hommes." [2]

Notes

[1Photographie de la plaque inaugurée le 27 mai 2014 « en hommage aux résistantes qui ont siégé dans l’hémicycle du Sénat depuis la fin de la Seconde guerre mondiale » (© Sénat).


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP