inauguration du carrefour "général Salan"


article de la rubrique extrême droite > Toulon : la stèle, le carrefour
date de publication : avril 2001
version imprimable : imprimer



[ Var-Matin, dimanche 4 mars 2001.]

Carrefour Raoul-Salan : hommage à un certain passé

Le maire [1] a salué, hier, la carrière controversée du général en lui dédiant une intersection de la ville. La cérémonie a été troublée, non par des opposants, mais par un militant du Front national

GIF - 10.4 ko
Inauguration du carrefour "général Raoul Salan", le 3 mars 2001.

Hier matin, le maire de Toulon, en présence d’une vingtaine de porte-drapeaux d’associations d’anciens combattants, de nombreux adjoints, de plusieurs personnalités et de membres de la famille du chef militaire, a donné officiellement le nom de « Carrefour Général Raoul-Salan » à l’intersection du boulevard Ste-Anne et de la corniche Escartefigue. Jean-Marie Le Chevallier rendait un hommage appuyé à un « illustre soldat » présenté comme le valeureux artisan de la libération de la ville, en août 1944, à la tête du 6e régiment de tirailleurs sénégalais (il n’était alors que colonel...). L’histoire, et avec elle la communauté des rapatriés d’Afrique du Nord, ont de longue date, pour leur part, choisi de retenir l’adhésion du général à « l’Algérie française », sa participation au putsch d’Alger en 1961 et son passé de chef de l’O.A.S.. Ce que n’ignore pas le candidat aux municipales.

Devant la banderole du Cercle national des rapatriés de Toulon, le maire retraçait, avant de dévoiler la plaque commémorative, la longue carrière militaire de Salan, saluant en conclusion « sa fidélité, sa loyauté envers la nation, et ses convictions profondément républicaines ». Arguments censés répondre à la contestation des Verts et de la Ligue des droits de l’Homme, opposés à cette consécration municipale d’un « général factieux », habilement située à quelques jours des élections.

Mais le trublion de la fête ne fut pas de ceux qu’attendaient les renforts de police dépêchés sur les lieux : la cérémonie fut sur la fin perturbée par les cris d’un militant du Front national, réclamant que soient lus les noms des morts pour la France en Algérie. Repoussé par les participants, il fut aussitôt immobilisé par les policiers et embarqué au poste.

Après l’inauguration du square du 4e R.I.Ma., un cortège de deux cents personnes a remonté le boulevard Ste-Anne pour le baptême du carrefour Raoul-Salan. Une cérémonie controversée et dont l’ordonnancement a été troublé par un extrémiste du F.N., vite refoulé par les participants et embarqué au poste de police. (Photo François Baille)

M.V.

P.-S.

Dès décembre 2000, la section de Toulon de la LDH avait protesté contre le nom attribué à ce carrefour. Le 4 janvier 2001, Hubert Falco, répondant à un de nos courriers, avait exprimé "le souhait, pour retrouver la concorde, que cette dénomination fasse l’objet d’une décision collégiale du futur conseil municipal".

Hubert Falco est maire de Toulon depuis mars 2001 ... Le carrefour n’a pas changé de nom ... Nous attendons ...

Notes

[1Jean-Marie Le Chevallier, avait été élu maire en Juin 1995 à la tête d’une liste FN. Il devait être battu lors des élections municipales des 11 et 18 mars 2001


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP