dans les Hautes-Alpes comme partout, la solidarité n’est pas un crime


article  communiqué de la LDH  de la rubrique les étrangers > immigration : histoire(s) et faits
date de publication : jeudi 14 avril 2011
version imprimable : imprimer


Le collectif Mariage Aspres sur Buech, la solidarité n’est pas un crime
s’insurge contre la mise en cause de personnes qui ont permis à Cindie et Farid de se marier. En effet le droit de se marier est affirmé à l’article 12 de la Convention européenne des droits de l’homme, et faire respecter un droit ne peut pas devenir un délit !

La Ligue des droits de l’Homme leur apporte son soutien et appelle à signer la pétition que vous trouverez en cliquant.

JPEG - 16.3 ko
Photo parue dans Le Dauphiné libéré du 12 novembre 2010

Communiqué LDH

Paris, le 13 avril 2011

Que faire d’un gouvernement qui n’aime ni l’amour, ni les étrangers, ni la solidarité ?

Le 25 octobre 2010, dans le village d’Aspres-sur-Buëch, Hautes-Alpes, Cindie et Farid, futurs parents, devaient se marier. Mais Farid est sans papiers. Et malgré l’appui d’un rassemblement d’amis et de militants, la police s’oppose à la tenue du mariage et Farid doit s’échapper par les toits. Le 10 novembre 2010, une soixantaine de citoyens, de militants associatifs, syndicaux et politiques, entourent les futurs mariés et franchit un imposant dispositif de gendarmerie à chaque entrée de ce village de 780 habitants. Sept agents de la police aux frontières sont également là pour l’arrestation de Farid et tentent de s’opposer, par l’utilisation de gaz lacrymogènes, à l’accès de la salle des mariages. Mais grâce à la détermination calme de tous, le mariage a lieu et, comme Farid s’y était engagé, il repart dès le lendemain du mariage en Algérie.

Quatre mois plus tard, le vendredi 4 mars 2011, Armand Giangreco le grand-père de la mariée, et Joël Brochier, un militant connu localement pour son engagement syndical et à la LDH, sont convoqués à la brigade de gendarmerie de Gap pour une pré-enquête avec comme motif « outrages, menaces, violences à agents de la force publique », accompagnée d’un prélèvement ADN dont le refus constitue un délit supplémentaire.

Le mercredi 9 mars 2011, Farid est de retour en France. Et tous les acteurs de l’affaire, héros du mariage et hérauts de la solidarité, attendent de savoir si le procureur décidera de les poursuivre en les considérant comme de dangereux criminels.

La LDH invite chacun(e) à signer la pétition de soutien. Elle demande au procureur de ne pas poursuivre. Elle attend du gouvernement qu’il ne sombre pas dans le ridicule d’un acharnement contre des amoureux et des citoyens solidaires. Quelle sécurité publique est en danger ? Quelle politique peut justifier de faire de la solidarité un délit ? A force de voir des étrangers partout, dominé par la vision eschatologique d’une sauvage invasion, le gouvernement dérive vers une extrême droite qui n’attend que le moment de récolter les fruits de cet échec politique. En bafouant les principes de la République, il s’est mis à la remorque des pires ennemis de celle-ci.

La LDH soutient toutes celles et tous ceux qui pourraient être inculpés dans une affaire où il n’y a qu’un coupable : le gouvernement responsable de la politique de l’immigration. Tragique, quand elle provoque la mort de personnes trop démunies pour en avoir peur. Inhumaine quand elle rafle y compris des familles entières pour les confiner dans des centres fermés à tout droit. Ridicule quand elle s’oppose à un tout simple mariage entre deux êtres humains.

Face à un Front national qui campe à l’orée du bois, face à un gouvernement aux abois et en échec social et politique, la LDH en appelle à l’intervention de tous les citoyen(ne)s et à la mobilisation de leurs organisations associatives, syndicales, politiques.

Communiqué de presse N° 2

La solidarité n’est pas un crime

Gap le 04/03/2011

Suite à la convocation à la gendarmerie ce jour vendredi 4 mars et après trois
heures d’interrogatoires, un militant et le grand père de Cindy restent accusés,
d’outrages, menaces et violences à agents de la force publique suite au
mariage de Cindy et Farid à Aspres-sur-Buëch en novembre 2010.

Tous les participants présents à ce mariage sont indignés par cette répression.
Ils soutiennent plus que jamais les deux accusés et dénoncent fermement le
caractère mensonger des déclarations des policiers de la PAF.
Ils affirment haut et fort que c’est la PAF qui a bousculé les militants présents
et fait un usage abusif de la force.

Le collectif « Mariage Aspres sur Buech, la solidarité n’est pas un crime »
appelle les militants, les citoyens et les organisations signataires du
communiqué de presse de soutien à rester mobilisés.

Une prochaine réunion sera organisée, après consultation d’un avocat, pour
déterminer collectivement et solidairement les suites à donner.
Une cinquantaine de manifestants étaient présents à 8h30 devant la gendarmerie de Gap pour soutenir nos camarades.

Les organisations signataires du communiqué de presse de soutien :

ATTAC 05, CFDT 05, CGT 05, Europe Ecologie les Verts, FSU 05, la Ligue des Droits de l’Homme de Gap et des pays Gapençais, NPA 05, PCF05, Parti de Gauche 05, Parti Occitan 05, Pour une Alternative Citoyenne à Gauche, Mouvement de la paix 05, RESF 05, Solidarité Maroc05, SOLIDAIRES 05, UNSA 05, SUD éducation05.

Communiqué de presse N° 1

Ici comme ailleurs, la solidarité n’est pas un crime

Gap le 2 mars 2011

Une convocation à témoin pour le vendredi 4 mars 8H30, dans le cadre d’une enquête préliminaire a été remise par la gendarmerie de Gap à un militant présent lors du mariage de Cindy et Farid à Aspres-sur-Buëch en novembre 2010. La convocation qui fait état d’outrages, menaces et violences à un agent de la force publique ne précise pas les circonstances mais tout semble indiquer qu’il s’agit de cet évènement militant.

Lors du mariage à Aspres Sur Buëch, ce sont les policiers de la PAF qui ont bousculé les manifestants et fait usage de gaz lacrymogènes. Tous les participants peuvent en témoigner tout comme la photo publiée dans le Dauphiné Libéré du 12/11/10 [voir ci-dessus]. Les fauteurs de violence, ce sont eux et non les militants présents !


Les organisations signataires appellent à un

RASSEMBLEMENT DE SOUTIEN
DEVANT LA CASERNE DE GENDARMERIE DE FONTREYNE A GAP
VENDREDI 4 MARS à 8h20

ATTAC 05, CFDT 05, CGT 05, Europe Ecologie les Verts, FSU 05, la Ligue des Droits de l’Homme de Gap et du pays Gapençais, NPA 05, PCF05, Parti de Gauche 05, Parti Occitan 05, Pour une Alternative Citoyenne à Gauche, Mouvement de la paix 05, RESF 05, Solidarité
Maroc05, SOLIDAIRES 05, UNSA 05.


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP