confinement, violences conjugales - Rendez-vous le 25 novembre


article de la rubrique discriminations > femmes
date de publication : samedi 31 octobre 2020
version imprimable : imprimer


Anticipons le 2e confinement, rendez-vous le 25 novembre, journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes.


Au 28 octobre 2020, selon le collectif Féminicides par compagnons ou ex, depuis le 1er janvier, 76 femmes sont mortes tuées par leur conjoint ou ex-conjoint.


La journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes est célébrée le 25 novembre (journée soutenue par l’Organisation des Nations unies).

******
30-04-2020 : Communiqué LDH - Extraits [1]

" En France et comme dans la plupart des pays du monde touchés par la pandémie du Covid-19, les violences sexistes et intrafamiliales sont en hausse.

Dès la fin mars 2020, l’augmentation de la violence conjugale ayant fait l’objet d’un signalement était de 30%. Encore ce chiffre n’est-il que la partie visible d’une réalité largement obscurcie par le confinement. De nombreuses femmes ne sortent plus de chez elles et peuvent se retrouver sous une surveillance constante. Le 22 avril dernier, le secrétaire d’Etat chargé de la Protection de l’enfance annonçait, lui, que les appels au 119 avaient augmenté de 89% en une semaine. (...)

Les enfants sont soit les victimes collatérales d’une violence envers les femmes qui ne s’exerce pas physiquement sur eux, soit les victimes de la violence directe de parents.

Depuis le début du confinement, les structures d’accompagnement ont, tant bien que mal, continué de fonctionner (...) force est de constater que certaines questions récurrentes restent posées avec une vigueur inégalée. Notamment le nombre et la formation des personnels susceptibles de recueillir la parole des victimes et de les aider ainsi que les conditions, fondamentales, d’une mise à l’abri des personnes vulnérables. La plupart des centres d’hébergement pour les femmes sont complets et les structures d’accueil continuent de faire défaut, les laissant avec leurs enfants à la merci de leurs tortionnaires."


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP