accueil des gens du voyage : zéro pointé pour le département du Var


article de la rubrique roms et gens du voyage > gens du voyage dans le Var
date de publication : samedi 9 août 2008
version imprimable : imprimer


Alors que, à l’échelle nationale, la moitié environ des places prévues pour l’accueil des gens du voyage ont été réalisées à ce jour [1], le département du Var continue à se faire remarquer : cinq ans après l’adoption de son schéma départemental, le Var ne peut offrir aucune aire aménagée conforme aux spécifications de la loi Besson.

Les ouvertures prévues d’ici la fin 2008 de l’aire de Brignoles (elle est évoquée ci-dessous) et de celle du Luc devraient mettre fin à cette situation scandaleuse.
Il reste que, cet été encore, le département ne peut proposer aucune aire aménagée aux gens du voyage.

Il est vrai que certains élus locaux, tel le maire de Bormes-les-Mimosas, cherchent avant tout à éviter le passage chez eux de «  ce type de populations ».


Le schéma départemental d’accueil des gens du voyage

Le schéma départemental du Var, approuvé le 17 avril 2003, partage le département en huit bassins d’habitat, avec, pour chacun d’eux, une évaluation du nombre de places-caravanes à réaliser sur des aires d’accueil aménagées pour les familles itinérantes — les communes inscrites au schéma (celles qui comptent plus de 5 000 habitants) figurent entre parenthèses.
 [2]

  • Brignoles/Saint Maximin, Ouest Var (Brignoles, Saint Maximin) :
    70 places sur deux aires et 20 places sur aires de petit passage.
  • Fréjus/Saint Raphaël (Fréjus, Le Muy, Puget-sur-Argens, Roquebrune-sur-Argens, Saint-Raphaël) : 60 places sur deux aires.
  • Draguignan, Centre Var (Draguignan, Le Luc, Les Arcs-sur-Argens, Lorgues, Vidauban) : 50 places environ sur deux aires.
  • Fayence, Est Var (Fayence, Montauroux) :
    20 places environ sur la commune de Fayence.
  • Golfe de St Tropez (Cavalaire, Cogolin, Sainte-Maxime, Saint-Tropez) : 80 places environ sur trois ou quatre aires.
  • Toulon 1ère couronne (Carqueiranne, Hyères, La Garde, Le Pradet, La Seyne-sur-Mer, La Valette-du-Var, Ollioules, Saint-Mandrier-sur-Mer, Six-Fours les Plages, Toulon) :
    deux aires d’une trentaine de places et réhabilitation du terrain d’Ollioules (8 places).
  • Toulon 2ème couronne Est (Bormes-les-Mimosas, Cuers, La Crau, La Farlède, La Londe-des-Maures, Le Lavandou et Solliès-Pont) :
    trois aires d’une vingtaine de places.
  • Toulon 2ème couronne Ouest (Bandol, Le Beausset, Saint-Cyr-sur-Mer, Sanary) : deux aires d’une trentaine de places.

Si la dernière réunion de la Commission départementale consultative des gens du voyage, le 11 juin 2008, a mis en évidence l’absence dans le Var de toute aire d’accueil aménagée, elle a permis d’entrevoir la fin prochaine de cette situation [3]
 :

Les prochaines ouvertures d’aires d’accueil dans le Var

  • Brignoles disposera d’ici la fin 2008, d’une aire comportant 30 + 10 places.
  • Le Luc ouvrira d’ici fin 2008 d’une aire avec 38 places.
  • Et début 2009, une aire de 30 places devrait être mise en service à La Farlède.

En centre Var :

Brignoles : les gens du voyage bientôt dans une nouvelle ère

par P. J., Var Matin le 7 juillet 2008

L’aire d’accueil devrait être opérationnelle au mois de novembre au Candelon, comprendra un volet social et s’entourera d’un strict règlement

Photo : Rina Uzan (<i>Var Matin</i>, le 7 juillet 2008)
Claude Gilardo et la première adjointe, Sylvie Massimi, sur le site du Candelon en compagnie de Ludovic Hiver et Lydie Grégoraci, directeur et chef de projet à la communauté de communes. (Ph. Rina Uzan - Var Matin)

Les pérégrinations administratives et judiciaires enfin terminées, les travaux de l’aire d’accueil des gens du voyage ont démarré, à l’automne déjà. Si tout va bien, la structure sera opérationnelle en novembre prochain, avec une capacité de 40 emplacements de 100 m2, une maison de gardien et un espace de vie et de rencontre (350 m2). L’ensemble est implanté au pied du Candelon, sur une emprise foncière de 14 500 m2.

Dans la légalité

Ce projet, imposé par l’État et porté par la communauté de communes du comté de Provence (CCCP) devrait résoudre au moins partiellement, le problème de l’occupation sauvage du terrain du Vabre et des villages alentours. De fait, les maires des 14 communes concernées pourront avoir recours à la force publique en cas d’implantation illégale des gens du voyage.

Mais, avant d’envisager une telle hypothèse, le président de la CCCP et maire de Brignoles, Claude Gilardo, s’est rendu sur les lieux en compagnie de sa première adjointe, Sylvie Massimi de Ludovic Hiver et Lydie Gregoraci, respectivement directeur et chef de projet au Comté de Provence.

Et si le chantier n’est que la prolongation d’un dossier mené à bien par l’équipe Guercin, M. Gilardo glissait qu’avant d’être évincée de la mairie en 2002, un autre projet avait été ficelé, route de Camps. « S’il n’avait pas été rejeté, l’aire serait opérationnelle depuis longtemps », lançait-il...

Structure modèle

Mais fi des querelles et le premier magistrat reconnaissait volontiers que « la CCCP est sans doute la seule dans le Var à posséder une structure répondant parfaitement aux exigences de l’État avec W-C, douches, salle de vie et gardiennage ».

D’autant que le projet a été conçu avec un volet social puisqu’à échéances régulières des travailleurs sociaux tels qu’un médecin de la protection maternelle infantile ou une conseillère en économie sociale et familiale consulteront sur place.

« Il s’agira aussi d’engager des actions en faveur des jeunes ou de favoriser leur insertion professionnelle en assurant des passerelles avec les établissements scolaires », indiquait C. Gilardo. [...]

P. J.

A La Garde, en revanche...

Bras de fer entre la municipalité de La Garde et les gens du voyage

[Compte-rendu sommaire réalisé à partir d’articles de Var Matin]

Comme l’année dernière à pareille époque, des gens du voyage appartenant à la mission évangélique « Vie et Lumière » se sont présentés à La Garde en juin 2008, demandant à installer leur centaine de caravanes sur « une aire aménagée correcte ». Mais, comme devait le déplorer le pasteur de la communauté : « C’est stupéfiant mais il n’y a pas une seule aire de grand passage aménagée […] entre Aix et Nice ! ». [4]

Cependant, cette année, Jean-Pierre Haslin, adjoint au maire de La Garde en charge de la sécurité, n’est pas parvenu, comme en 2007, à les envoyer vers l’aire de La Chaberte, « un lieu destiné à recevoir ce type de population. Cette fois, ils ont refusé sous prétexte que les conditions d’accueil n’étaient pas respectées... » [5].
« Et pour cause : rien n’est aménagé. Des rats courent partout et il y a des carcasses de voitures », lui ont répondu les représentants de la mission. « Nous sommes même prêts à installer des containers, un point d’eau, faire des aménagements... », a alors concédé Jean-Pierre Haslin. [4]

En fait, la commune de La Garde fait partie de la communauté d’agglomération Toulon Provence Méditerranée (TPM) [6]. Et TPM a inscrit l’aménagement et la gestion des aires d’accueil et de grands passages des gens du voyage parmi les actions d’intérêt communautaire relevant de sa compétence [7].

L’élu gardéen pouvait donc déclarer : « La commune a donné le terrain de La Chaberte pour aménager une aire d’accueil — nous avons déjà fait preuve de bon sens » [8]. « Je leur ai expliqué que La Garde mettait à disposition de l’agglomération 5 000 m² à La Chaberte. Fin 2008, début 2009, une fois les aménagements réalisés, il sera disponible. » [9].

La mission évangélique a tourné dans la région, tentant à plusieurs reprises de s’installer sur le terrain du lieu-dit « La Bouilla » (où ils étaient déjà venus dans le passé). La détermination de Jean-Pierre Haslin — «  Les Gardéens en ont assez et on les comprend ! Le terrain convoité ne sera pas ouvert pour eux » [4] — et la présence de la police municipale de La Garde devaient finir par les décourager... Pour combien de temps ?.

JPEG - 13.5 ko
Jean-Pierre Haslin et les forces de police en position à l’entrée de La Bouilla le 13 juillet, jusqu’à 2h du matin. (Photo R. B.)

Comme en 2005, la mairie a mis en avant le fait que le terrain était « en zone inondable, rouge, et pas du tout aux normes » [4].
Anticipant ces difficultés, Jean-Louis Masson, maire de La Garde, avait fait voter par son conseil municipal unanime une motion demandant au préfet « de prendre les dispositions nécessaires afin de prévenir la sécurité des biens, la zone en question étant appelée à devenir un parc nature, et la sécurité des personnes puisque ce secteur est inondable. » [5]

Merci, Monsieur le maire, de veiller à ce que les gens du voyage ne prennent pas le risque d’une inondation !

Notes

[2Le schéma départemental du Var est téléchargeable sur le site de la DDE du Var : http://www.var.equipement.gouv.fr/I....

[3Il faut rappeler que l’article 138 de la loi du 24 décembre 2007 donne aux communes et EPCI la possibilité de mener à terme leurs projets d’aires d’accueil jusqu’au 31 décembre 2008 — avec un taux de subvention de 50% (Référence
http://www.collectivites.vienne.equ...).

[4« La Garde : le bras de fer continue entre les élus et les gens du voyage », par Fred Dumas, Var Matin le 3 juillet 2008.

[5« Unanimité contre l’arrivée massive des évangélistes », Var Matin, le 19 juin 2008.

[6La communauté d’agglomération Toulon Provence Méditerranée rassemble 11 communes : Carqueiranne, La Garde, Hyères, Ollioules, Le Pradet, Le Revest-les-Eaux, Saint-Mandrier-sur-Mer, Six-Fours-les-Plages, La Seyne-sur-Mer, Toulon, La Valette-du-Var.
Son territoire s’étend sur une superficie de 328 km² et rassemble plus de 400 000 habitants.

[7Par une délibération en date du 7 février 2003.

On peut d’ailleurs lire ceci sur le site Internet de TPM (référence : http://www.tpm-agglo.fr/jahia/Jahia...) :

L’aménagement et la gestion des aires d’accueil et de grands passages des gens du voyage fait partie des actions déclarées d’intérêt communautaire.

TPM est donc tenue de réaliser les différentes aires d’accueil dans les meilleurs délais (jusqu’en 2007) sur son territoire.

Un accueil « en réseau »est actuellement mis en place sur l’agglomération. Il consiste à mettre en commun, à l’échelle intercommunale, la réalisation et la gestion des aires d’accueil.

[8« La municipalité engage le bras de fer », Var Matin, le 30 juin 2008.

[9Var Matin, le 15 juillet 2008.


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP