Ukraine, Crimée, quel avenir pour la paix ?


article de la rubrique international > l’Europe
date de publication : mardi 11 juillet 2017
version imprimable : imprimer


Emmanuel Macron a proposé le 26 juin que les participants [1] soumettent, avant fin juin, une liste de préconditions (retrait des forces militaires, solution pour les prisonniers, ...). Le 9 juillet, le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson a appelé la Russie à "faire le premier pas en faveur de la désescalade" dans l’est de l’Ukraine. Le sommet du G20 vient de s’achever à Hambourg sans avancée pour la paix.


Le conflit entre dans sa 4e année :

Plus de 10.000 personnes, civils et militaires des deux camps, ont trouvé la mort dans l’est de l’Ukraine depuis le déclenchement du conflit entre forces de Kiev et séparatistes prorusses en 2014.

"Il est nécessaire pour la Russie de faire le premier pas en faveur de la désescalade de la situation dans l’est de l’Ukraine, en particulier en ce qui concerne le cessez-le-feu et le retrait du matériel militaire", a déclaré M. Tillerson au cours de sa première visite officielle à Kiev le 24 juin.

"La France est attachée à la souveraineté de l’Ukraine dans ses frontières reconnues", a ajouté le président français, Emmanuel Macron, au terme d’une rencontre d’une heure avec le chef de l’Etat ukrainien, Petro Porochenko, le 26 juin.

"Le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (OHC) vient de publier son 18e rapport trimestriel et s’inquiète de la situation des droits de l’homme en Ukraine. [2]

Tirs, bombardements, violences sexuelles, blocus :

Malgré le cessez-le-feu de 2015, la population de l’est de l’Ukraine est toujours victime de tirs sporadiques et soumise à un blocus économique. Un rapport de l’ONU souligne la responsabilité de Kiev et des séparatistes.

"Un chiffre est occulté est celui des victimes de violences sexuelles commises par les forces pro-russes et pro-ukrainiennes. Humiliations, viols et mutilations génitales se sont installés au cœur des centres de détention clandestins et des bases militaires de fortune." [3]

Sanctions :

"Les Etats-Unis et leurs alliés européens, qui ont imposé des sanctions à la Russie, réclament l’application des accords de paix de Minsk conclus en 2015 et censés instaurer une trêve des combats, mais qui pour l’instant n’ont jamais permis de mettre un terme au conflit, avant de lever ces sanctions." [4]

A quoi a servi le G20 ? :

"A Hambourg, la situation en Ukraine a été abordée par les trois dirigeants, en marge du sommet du G20. Une énième trêve a de nouveau volé en éclats fin juin.

Nous avons eu une bonne discussion mais c’est un processus en cours et vous connaissez les points de blocage", a dit Emmanuel Macron, s’adressant en anglais à la presse allemande à l’issue de la rencontre. Nous avons décidé du processus et de quelques étapes pour les prochaines semaines.

Une réunion en format Normandie (France, Allemagne, Ukraine et Russie-NDLR), est annoncée comme probable, dans les prochaines semaines." [5]

P.-S.

LIRE : Non, à la guerre en Ukraine ! protestations en Russie contre l’agression russe en Ukraine – article publié mercredi 5 mars 2014 - http://section-ldh-toulon.net/non-a-la-guerre-en-Ukraine.html


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP