Shlomo Sand censuré à Nice


article communiqué de la LDH de Nice  de la rubrique libertés > censure
date de publication : mercredi 19 novembre 2014
version imprimable : imprimer


L’Université Inter-âges de Nice avait prévu pour le 19 novembre prochain une conférence sur le thème “Actualité du conflit Israélo-Palestinien”, avec l’intervention de l’universitaire israélien Shlomo Sand. Cette rencontre vient d’être d’être annulée, suite à l’intervention d’un professeur émérite de l’université de Nice Sophia-Antipolis mettant en garde les organisateurs contre l’invitation «  d’un historien contestable et contesté sur un sujet particulièrement sensible lié au conflit israélo-palestinien  » et qui «  remet en cause la création de l’État d’Israël  ».

Cette dernière affirmation est inexacte mais elle a suffi pour provoquer l’annulation de la rencontre. Une décision qui a suscité de nombreuses protestations dont celle de la section de Nice de la Ligue des droits de l’Homme.

[Mis en ligne le 16 novembre 2014, mis à jour le 20]



Communiqué de la LDH de Nice

Nice, 14 novembre 2014

M. Shlomo Sand professeur d’histoire à l’université de Tel Aviv, auteur, en particulier, de l’ouvrage Comment la terre d’Israël fut inventée ? (Flammarion, Septembre 2012), vient d’être censuré par l’association « Université Nice inter âges » (UNIA), association liée à la municipalité de Nice.

L’UNIA avait programmé pour le mercredi 19 novembre, une conférence intitulée “Actualité du conflit Israélo-Palestinien”, organisée et animée par Yvan Gastaut professeur d’histoire contemporaine, conférence dans laquelle devait intervenir le professeur Sand, universitaire de renommée internationale. Cette conférence vient d’être déprogrammée sine die.

La conférence a été annulée, selon nos informations, sur intervention, en particulier, d’un professeur honoraire qui estime que M. Sand, de nationalité israélienne, « remet en cause l’existence de l’Etat d’Israël ». Or M. Sand a toujours affirmé et écrit qu’il était partisan de la coexistence de deux Etats : Israélien et Palestinien.

Ce que remettent en cause les responsables de l’Unia – et, derrière eux, quel groupe de pression est à la manœuvre ? – c’est la libre discussion, le débat, la confrontation des idées et des arguments. Il faut qu’ils soient bien peu sûrs de leurs arguments pour opposer la censure au débat. M. Sand a déjà été censuré à Nice en 2012, le maccarthysme est à l’œuvre dans notre ville et cela est intolérable !

Deux professeurs de l’Université de Nice, alertés, ont immédiatement exprimé leur indignation :

  • Jean-Marc Lévy-Leblond (extraits) : "Les thèses de S. Sand sont certes discutées, mais cela ne fait nullement de lui un historien discutable, sa position académique en témoigne assez... Non, Sand ne remet nullement en cause l’existence de l’Etat d’Israël, dont il est d’ailleurs citoyen... L’UNIA a vocation à développer (plutôt que dispenser…) la culture, dans la convivialité je le souhaite, mais dans l’harmonie je n’y crois guère, tant une culture n’est vivante que par et dans les confrontations".
  • André Tosel (extraits) : "Je connais et j’ai lu cet historien de grand talent intellectuel et de courage moral. Cette décision fait censure et entache la dimension universitaire dont l’UNIA se prévaut. La vie intellectuelle n’est pas faite de béndictions et de dérobades. Les contradictions de l’histoire doivent être affrontées avec loyauté dans l’argumentation et respect dans la discussion des analyses, non pas neutralisées par les préjugés expressifs de l’ordre moral qui est hélas une spécialité niçoise".

_________________________

Une conférence annulée sème le trouble à l’Unia

par Amélie Maurette, Nice-Matin, le 19 novembre 2014


L’historien controversé Shlomo Sand devait s’exprimer aujourd’hui sur le conflit israélo-palestinien dans le cadre de l’Université inter-âges. Suscitant la polémique, l’intervention a été déprogrammée

Jean-Michel Galy, président de l’Université inter-âges, a annulé la venue du professeur israélien Shlomo Sand au Centre universitaire méditerranéen, prévue aujourd’hui.

Actualité du conflit israelo-palestinien... C’était l’intitulé d’une conférence programmée ce mercredi au Centre universitaire méditerranéen par l’Université Nice inter-âges (Unia). Qui n’aura finalement pas lieu. Annulée pour cause de polémique annoncée.

Sujet trop sensible ? Évidemment, en témoignent encore les terribles nouvelles d’hier. Trop sensible également, l’invité.

Animée par un professeur d’histoire contemporaine, chargé de la programmation des interventions d’actualités de l’Unia depuis trois ans, cette conférence devait donner la parole à
l’historien Shlomo Sand. Professeur émérite de l’Université de Tel-Aviv, auteur récompensé qui a également vivement suscité la controverse avec des ouvrages comme Comment la
terre d’Israël fut inventée ?
(Ed. Flammarion) ou Comment le peuple juif fut inventé ? (Ed. Fayard).

« Censuré »

« M. Shlomo Sand vient d’être censuré par l’association "Université inter-âges", association liée à la municipalité de Nice », pointe la section niçoise de la Ligue des Droits de l’Homme dans un communiqué.

Un terme de « censure » également repris par plusieurs associations ces derniers jours sur leur site internet [1].

« La conférence a été annulée sur intervention, en particulier, d’un professeur honoraire qui estime que M. Sand, de nationalité israélienne, "remet en cause l’existence de l’État d’Israël", poursuit la LDH. Ce que remettent en cause les responsables de l’Unia, c’est la libre discussion, le débat, la confrontation des idées et des arguments. »

Autant d’accusations rejetées par le président de l’Unia et adjoint au maire de Nice, Jean-Michel Galy, « désolé d’avoir été contraint d’annuler ». Pour lui, c’est « de la polémique
qu’est née l’annulation, et non l’inverse
 ».

«  Tout universitaire peut venir s’exprimer à l’Unia martèle Jean-Michel Galy. Mais s’il confirme avoir reçu un premier mail d’un professeur niçois, « demandant d’annuler cette conférence », il insiste sur la suite des événements : « Son mail a été suivi d’autres émanant d’autres collègues. »

« Foire d’empoigne »

Et la situation s’est envenimée. « La critique acerbe a vite fait place à l’injure, et l’injure à l’anathème. De part et d’autre, on a mobilisé les siens et le conflit s’est élargi à nos étudiants- adhérents dont certains, à leur tour, se sont lancés dans la bataille des mails. » La discorde a ainsi retenti bien au-delà des murs de l’Unia. « À Nice, et ailleurs, même à l’étranger, au gré des réseaux. Certains se disaient prêts à venir "porter le fer" lors de la conférence » rapporte Jean-Michel Galy. Qui redoutait que la conférence tourne à «  la foire d’empoigne. »

« Aucune opinion ne peut librement être exposée dans le tumulte » dit-il. « J’ai donc décidé, après avoir consulté les membres du bureau de l’Unia, d’annuler la conférence. »

Shlomo Sand : « Dommage pour les Niçois »

L’intéressé, pourtant habitué aux vives réactions provoquées par ces prises de position, se dit « très étonné » par cette annulation. «  En Israël, aux USA, en Angleterre, à Paris, à Marseille... Je suis invité partout. C’est hélas, à Nice, la première fois qu’une de mes interventions est annulée », fait remarquer Shiomo Sand. Qui n’avait, volontairement, pas commenté le sujet jusqu’à présent.

« Ce n’est pas mon affaire. Mais c’est dommage pour les Niçois », dit-il. «  Déçu » par cette ville qu’il «  aime, où (il vient) sauvent travailler, écrire ». Shlomo Sand répond également aux accusations : «  Pour m’expliquer, on m’a fait passer un courrier dans lequel un professeur niçois m’accuse de nier l’existence de l’État d’Israël. Ce qui est faux. J’ai toujours été pour la reconnaissance des deux. Palestinien et Israélien.  »

Amélie Maurette


Notes

[1Notamment France Palestine Solidarité (AFPS 06), EuroPalestine et l’Union juive française pour la paix.


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP