Sarkozy drague l’“électorat pied-noir”


article de la rubrique démocratie > Sarkozy : campagne 2012 et bilan
date de publication : lundi 30 janvier 2012
version imprimable : imprimer


Le 29 janvier 2012, au cours du congrès annuel du Cercle algérianiste, un « Centre dédié à la présence des Français en Algérie de 1830 à 1962 » a été inauguré à Perpignan. Nicolas Sarkozy avait envoyé un message que le ministre de la Défense, Gérard Longuet, a lu devant plusieurs centaines de rapatriés rassemblés.

Un message dans l’esprit de la loi du 23 février 2005 « portant reconnaissance de la nation [...] en faveur des Français rapatriés » et du discours de Toulon le 7 février 2007. Nicolas Sarkozy parviendra-t-il à reconquérir le vote des nostalgiques de l’Algérie française ?


JPEG - 21.7 ko
Gérard Longuet à Perpignan (photo Raymond Roig afp.com)

[AFP – 29 janvier 2012] - Le ministre de la Défense Gérard Longuet a affronté dimanche à Perpignan la colère des rapatriés d’Algérie contre 50 ans de politique gouvernementale, augure d’un âpre combat entre UMP et Front national pour le vote d’un groupe largement acquis à la droite et l’extrême droite.

M. Longuet avait fait le voyage pour inaugurer un centre dédié à la présence des Français en Algérie de 1830 à 1962 et délivrer un message du président Nicolas Sarkozy à plusieurs centaines de rapatriés réunis en congrès.

La présidente du Front national Marine Le Pen tenait meeting le même jour à Perpignan pour parler d’emploi dans l’une des grandes villes les plus pauvres de France. Une pure coïncidence selon le Front national, en cette année à la fois de présidentielle et de 50ème anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie.
M. Longuet a essuyé cris et sifflets quand il a cité le nom du général de Gaulle, homme des accords d’Evian, avec celui du chancelier allemand Konrad Adenauer pour dire la nécessité d’une réconciliation franco-algérienne comme il y eut une réconciliation franco-allemande.

Haussant la voix sans se démonter, il a aussi provoqué de vives protestations quand il a évoqué le message qu’il s’apprêtait à lire de la part de M. Sarkozy, accusé par nombre de pieds-noirs et de harkis d’avoir, comme ses prédécesseurs, manqué à ses promesses à leur endroit.

Une fois lu, le message de M. Sarkozy a été largement applaudi.
"Je vous affirme que cette année 2012, cinquantenaire de la fin de la guerre d’Algérie, sera l’année du souvenir et du recueillement, et sûrement pas celle de la repentance", dit M. Sarkozy dans son message.
"Les hommes et les femmes qui sont partis s’installer en Afrique du Nord (...), loin d’être frappés d’opprobre, méritent notre reconnaissance. En développant l’économie de ces nouveaux territoires, ils ont oeuvré à la grandeur de la France", dit-il.

M. Sarkozy exclut dans son message que le 19 mars 1962, date du cessez-le-feu, devienne une journée officielle de commémoration, comme le voudrait la Fnaca, grande organisation d’anciens combattants. Cette date symbolise pour une grande partie des rapatriés l’exode de centaines de milliers d’entre eux et le début des représailles et des massacres contre les Français et les harkis.

M. Longuet a regagné les faveurs du public en évoquant la nécessité que "nos compatriotes de métropole sachent ce qu’a été cette formidable aventure" de la présence française en Algérie. Mais c’est quand il a reconnu que la France n’avait pas tenu la parole faite aux rapatriés qu’il s’est attiré une ovation.
Le message de M. Sarkozy "ne répond pas aux attentes" des pieds-noirs et des harkis, a dit après coup Thierry Rolando, président du Cercle algérianiste, l’organisation qui tenait congrès à Perpignan et que ses détracteurs taxent de nostalgique de l’Algérie française.

Les rapatriés réclament non seulement la reconnaissance de leurs souffrances, mais celle de sa responsabilité par l’Etat français, sans parler de l’Etat algérien, a-t-il dit.
Or, depuis le discours prononcé par M. Sarkozy à leur attention à Toulon le 7 février 2007, "le message, en cinq ans, n’a pas été délivré", a dit M. Rolando.
M. Sarkozy dit dans son message qu’il s’adressera directement aux rapatriés au cours d’un déplacement dans quelques semaines.

Mais le Front national se pose en meilleur garant de la défense des rapatriés. Mme Le Pen leur avait quasiment réservé sa rentrée politique en août non loin de Perpignan quand elle s’était engagée, si elle était élue, à solder l’héritage de la guerre d’Algérie.
Selon une analyse récente de l’Ifop, Mme Le Pen recueille 28% d’intentions de vote chez les pieds-noirs, 8,5% de plus que sur l’ensemble des électeurs. En Languedoc-Roussillon ou en Provence-Alpes-Côte-d’Azur où ils sont nombreux, Mme Le Pen ferait 30% des voix chez les pieds-noirs et leurs descendants.

Message du président de la République [1]

lu par M. Gérard Longuet, Ministre de la Défense et des Anciens Combattants, le 29 janvier 2012, lors de l’inauguration du

Centre de Documentation des Français d’Algérie à Perpignan

Mes chers compatriotes, mes chers amis,

J’aurais aimé être parmi vous ce matin alors qu’est inauguré le musée consacré aux souvenirs des Français d’Algérie, dans cette ville de Perpignan, qui a su accueillir chaleureusement tant de rapatriés et s’est toujours trouvée à vos côtés. Les circonstances m’en ont empêché. La crise grave qui frappe notre pays comme l’ensemble des pays européens me contraint à préparer et à mettre en place sans attendre des mesures énergiques pour y faire face. Vous comprendrez, j’en suis sûr, que je ne pouvais quitter Paris aujourd’hui. Mais soyez-en assurés, notre rendez-vous n’est que différé.

J’aurais voulu vous affirmer, à vous dont la plupart se trouvaient avec moi à Toulon il y a cinq ans, le 7 février 2007, que je ne changerais pas un mot, pas une virgule à ce que je vous avais dit alors.

Je m’étais engagé auprès des rapatriés à tout faire pour que soit rétablie la vérité sur leur histoire, et que cette histoire, l’oubli ne vienne jamais l’ensevelir.

Vous le savez, je me suis toujours opposé à toute forme de repentance. Les hommes et les femmes qui sont partis s’installer en Afrique du Nord pour y travailler et fonder des foyers, loin d’être frappés d’opprobre, méritent notre reconnaissance ; en développant l’économie de ces nouveaux territoires, ils ont œuvré à la grandeur de la France.

Ils ont bâti des routes, des ponts, des écoles, des hôpitaux, ils ont cultivé des sols arides, ils y ont planté. Poursuivant leur œuvre, leurs descendants ont tout donné à la terre sur laquelle ils étaient nés.

Leurs mérites je les connais et j’ai toujours veillé à mener une politique qui en soit respectueuse, en demandant notamment à la Mission interministérielle aux rapatriés de rester en permanence à l’écoute de vos grandes associations nationales.

La loi du 23 février 2005, voulue par un gouvernement auquel je participais, si décriée par les adeptes de la repentance, a permis de prendre en compte les attentes justes, exprimées depuis longtemps par les rapatriés.

Je puis ainsi vous affirmer que le 5 décembre est et restera l’unique date de commémoration et d’hommage de la Nation à tous ses enfants tombés pour la France en Afrique du Nord, avant et même après le cessez-le-feu. Vous le savez j’ai voulu, comme vous me l’aviez demandé, que les victimes civiles, notamment celles de la rue d’Isly, ainsi que tous les disparus, soient justement associés à cette journée nationale.

Vous gardez dans votre chair, vous, rapatriés et harkis, le souvenir douloureux de cette année 1962. Je veux que l’ensemble des Français, notamment les plus jeunes, sachent ce qu’ont été les épreuves, l’exil et le déchirement des Français d’Afrique du Nord au moment de leur rapatriement en métropole.

Je veux que la mémoire de ceux qui ont dû quitter, au prix d’une douleur et d’une souffrance indicibles, la terre qui les avait vus naître, soit préservée, respectée et défendue. Aussi ai-je attaché beaucoup d’importance à la mise en place de la Fondation pour la mémoire de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie, ainsi qu’à l’ouverture des archives pour que les Français puissent mieux connaître et mieux comprendre la réalité de cette période de notre histoire, si souvent déformée par une analyse sommaire et sectaire des événements qui l’ont marquée.

Oui, la France a le devoir de reconnaître le courage, la dignité et les sacrifices des rapatriés et d’honorer leur mémoire et leur culture.

C’est dans cette volonté de ne pas laisser insulter l’Histoire que s’inscrit la proposition de loi présentée par Raymond Couderc, adoptée à l’unanimité par le Sénat, visant à sanctionner pénalement les injures et les diffamations à l’égard des harkis. C’est à l’Assemblée Nationale de se prononcer maintenant. Elle le fera le 13 février prochain.

Vous estimez sûrement que beaucoup reste encore à faire et que toutes ces avancées restent fragiles, car rien n’est définitivement acquis si l’on n’y prend garde. J’en suis bien conscient. C’est pourquoi, j’aurai toujours cette même volonté de défendre la mémoire de tous les Français rapatriés, qu’ils soient pieds-noirs ou harkis, afin que leur histoire ne soit ni dénaturée ni oubliée.

J’aurai prochainement l’occasion et le plaisir de vous le dire et de m’adresser à vous tous, mes chers compatriotes, mes chers amis, lors d’un déplacement dans quelques semaines.

D’ores et déjà, je vous affirme que cette année 2012, cinquantenaire de la fin de la guerre d’Algérie, sera l’année du souvenir et de recueillement, sûrement pas celle de la repentance.


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP