Rohingyas : épuration ethnique


article de la rubrique international > justice internationale
date de publication : dimanche 11 mars 2018
version imprimable : imprimer


Le prix décerné à Aung San Suu Kyi lui a été retiré en raison de son inaction dans la crise des Rohingyas.


Aung San Suu Kyi :

"Le Musée de l’Holocauste de Washington a retiré mercredi 6 mars 2018, à la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi un prix décerné [1] pour son combat contre la dictature et en faveur des libertés, en raison de son inaction dans la crise des Rohingyas.

Près de 700.000 musulmans rohingyas vivant dans l’ouest de la Birmanie se sont réfugiés au Bangladesh voisin depuis fin août 2017 pour fuir une opération de l’armée, qualifiée de campagne d’"épuration ethnique" par les Nations unies.

"Nous avions espéré que vous - en tant que personne saluée pour votre engagement en faveur de la dignité humaine et les droits de l’homme universels - fassiez quelque chose pour condamner et stopper la brutale campagne militaire, et exprimiez votre solidarité avec la population rohingya", a expliqué le Musée dans un communiqué.

Mais "la Ligue nationale pour la démocratie, sous votre direction, a au contraire refusé de coopérer avec les enquêteurs des Nations unies (et) propagé une rhétorique de haine à l’encontre de la communauté rohingya", a ajouté le Musée en allusion au parti politique de Mme Aung San Suu Kyi. Il appelle en outre la dirigeante à user de son "autorité morale pour répondre à cette situation". [2]

Une majorité des Birmans considèrent les Rohingyas comme des étrangers, une "menace" pour le bouddhisme  :

"L’ONG Human Rights Watch a mis le vendredi 9 mars, des chiffres et des images sur les suites du nettoyage ethnique commis par la Birmanie sur sa population rohingya. « Depuis la fin de l’année 2017, le gouvernement birman a rasé au moins 55 villages, détruisant tous les bâtiments et la végétation avec du matériel lourd", détaille le rapport, des photos « avant-après » à l’appui.

La plupart de ces villages font partie des 362 qui ont été partiellement ou complètement détruits par des incendies volontaires depuis le 25 août 2017." [3]

Notes

[1premier prix "Elie Wiesel" décerné en 2012

[2AFP, publié le jeudi 08 mars 2018


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP