Plantu, Sarkozy, les mouches... et le traducteur de France 2


article de la rubrique démocratie > la campagne de 2007
date de publication : mardi 1er mai 2007
version imprimable : imprimer


Chroniques d’un ego surdimensionné.

[Première mise en ligne le 29 avril 2007, mise à jour le 1er mai 2007]

Nicolas Sarkozy et les mouches [1]

La première apparut sur un dessin du 14 décembre 2005. Jacques Chirac, très ému, déposait une gerbe à la mémoire des esclaves ; dans son dos, un élu UMP en short et casque colonial murmurait une traîtrise à l’oreille du ministre de l’intérieur. Il faisait chaud, la mouche volait bas, un peu par hasard, se souvient Plantu. Lequel fut fort étonné, le lendemain, de voir débarquer un motard en tenue, pour lui remettre une lettre à en-tête du ministère de l’intérieur.

Nicolas Sarkozy, après des compliments d’usage, disait : "Je n’ai pas manqué de remarquer un détail qui agrémente ma présence sur votre dessin (...) : une mouche. (...) Je sais qu’elles accompagnent généralement la représentation de Jean-Marie Le Pen. (...) J’ignore sincèrement ce qui me vaut un tel traitement [2], tant je considère avoir, tout au long de ma vie politique, combattu les idées de l’extrême droite : le racisme, l’intolérance, l’antisémitisme et, de manière générale, tout ce qui atteint l’homme dans sa dignité, à commencer par l’esclavage." Suivait une proposition d’entretien pour dissiper le "malentendu".

"Bien sûr, le lendemain, j’ai dessiné trois mouches !", raconte Plantu en riant. Depuis, Nicolas Sarkozy a aggravé son cas en se plaignant auprès de la direction du journal d’avoir été croqué en petit chien, "en roquet", selon lui, puis d’avoir été affublé du brassard "I. N." [3].

"J’ai la chance d’être soutenu par la rédaction et la direction du Monde." Mais ailleurs, note-t-il, ce genre de méthode peut marcher. "Sarkozy impressionne tellement que, s’il y a un pétochard dans la rédaction en chef, la liberté du dessinateur est fichue."

Le plus drôle, note le caricaturiste, est que Nicolas Sarkozy, qui lui reproche, pêle-mêle, brassard, mouches et petit chien, oublie un autre déguisement, pourtant récurrent : celui d’Iznogoud, le vizir félon qui veut être calife à la place du calife. "Il ne me reproche pas de le dessiner en traître. C’est curieux..."

Le traducteur et « l’ego surdimensionné » de Nicolas Sarkozy

[LEMONDE.FR, le 30 avril 2007 à 16h]

« J’invite les Français à rallier mon ego surdimensionné ». Des Français de New York ont fait un bond en lisant les sous-titres en anglais du discours prononcé par Nicolas Sarkozy au soir du 22 avril dans un sujet diffusé dans le journal de France 2 du lendemain, retransmis aux Etats-Unis sur des chaînes du câble.

Le dérapage dans la traduction a été aussitôt signalé sur un Web magazine à l’intention des Français de New York, French Morning NY. Et un élu des Français de l’étranger, Jean Lachaud, se serait plaint de l’incident auprès de France 2... qui a décidé de licencier son traducteur facétieux.

Notes

[1Extraits de « La mouche », chronique du 29 avril 2007 de Véronique Maurus, médiatrice du Monde.

[2Si Nicolas Sarkozy se demande « ce qui [lui] vaut un tel traitement », on peut répondre, de Toulon, par une question : à quoi bon chasser Le Pen, si c’est pour défendre les mêmes idées ? [Note de LDH-Toulon]

[3I.N. : « Identité Nationale ». [Note de LDH-Toulon]


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP