Nice : non à la censure de la création artistique !


article de la rubrique libertés > censure
date de publication : lundi 23 juillet 2012
version imprimable : imprimer


À Nice, un clip parodique du groupe de rap Negrescro, L’Ariane, du nom d’un quartier de la ville, dérange. On y voit des hommes casqués tirer en l’air avec ce qui ressemble à un fusil d’assaut de type kalachnikov et une personne escalader la façade d’une église pour y installer un drapeau algérien.
De quoi provoquer l’indignation des Identitaires et de Christian Estrosi, maire de Nice : « Ces individus piétinent les valeurs de la République. Je ne laisserai pas de tels actes, de tels comportements, dans ma ville. »

La section de Nice de la LDH proteste contre le fait que l’affaire soit portée en justice, y voyant une forme détournée de censure de la création artistique.


Communiqué de la LDH de Nice

NON A LA CENSURE DE LA CREATION ARTISTIQUE !

Nos politiciens niçois de la droite autoproclamée "populaire", se sentant toujours obligés de concurrencer l’extrême-droite sur ses thèmes de prédilection, ont décidé de jeter l’anathème sur le groupe de rap arianenc "Negrescro".

Après les menaces des Identitaires [1] lors du festival Urban attitude, messieurs ESTROSI et SALLES s’en prennent à ce groupe qui ne véhicule pas l’image que les notables voudraient imposer de Nice : ville bling-bling pour touristes fortunés, à persistances folkloriques carnavalesques.

Des "Blacks-Blancs-Beurs" apparaissant dans un clip parodique outrancier, alors qu’on a tout fait pour les reléguer aux portes de la ville, ça ne cadre pas vraiment avec la politique touristique de la ville et son désir de rendre invisibles les pauvres et les bronzés permanents !

S’ils interrogent la police sur l’authenticité des armes brandies dans le clip, ils se posent moins de questions sur la provenance des capitaux qui acquièrent l’immobilier niçois ou se blanchissent dans les casinos où la guerre ne se livre pas à arme factices...

Le clip de Negrescro, n’est qu’une œuvre de fiction : on ne tire pas plus "pour de vrai" à la kalachnikov à l’Ariane qu’au centre-ville, l’entente n’y est pas moins bonne entre musulmans et chrétiens, et si des drapeaux étrangers sont agités, c’est à la fois rappeler des racines familiales et braver l’arrêté municipal d’interdiction des youyous et drapeaux étrangers lors des mariages...

Car après les arrêtés anti-mendicité, ciblant particulièrement les Roms, la réglementation des réjouissances des mariages, ces messieurs entendent imposer leur censure sur la création artistique. Déjà, les artistes de rue doivent être agrées par une commission pour divertir les passants...

Le ridicule tue plus que les armes factices : ces messieurs qui ne cessent de revendiquer l’héritage de MEDECIN, ce grand délinquant en col blanc qui a pillé les finances de la ville, ne sont pas les mieux placés pour définir les normes de la morale et de la décence !

La LDH réaffirme son attachement aux libertés publiques, particulièrement la liberté d’expression, dans le respect des lois républicaines.

Nice, le 22 juillet 2012

Clip de rap polémique : une enquête ouverte à Nice

[ francetvinfo.fr, publié le 09/07/2012, mis à jour le 10/07/2012]


Le clip du du rappeur niçois Pap et du collectif Negrescro ne fait pas vraiment dans la dentelle : exhibition d’armes de guerre, rodéo en pleine rue, drapeau algérien sur une église… Le groupe de rap, qui rassemble des jeunes du quartier sensible de l’Ariane (nord-est de Nice, Alpes-Maritimes), a déjà plusieurs fois eu maille à partir avec les autorités, comme le rappelle Nice Matin. A de nombreuses reprises, ses membres se sont opposés au parti identitaire d’extrême droite Nissa Rebela.

Cette fois, c’est le clip de la chanson L’Ariane qui gêne Nissa Rebela, ainsi que l’UMP locale. Tournée dans ledit quartier, la vidéo montre notamment des hommes masqués en train de tirer en l’air avec des armes à feu, dont un fusil d’assaut de type kalachnikov. On y voit également des jeunes hisser sur la façade de l’église du quartier un drapeau algérien.

"Un sentiment anti-français"

Les identitaires de Nice ont donc saisi la justice, de même que Christian Estrosi, le maire (UMP) de la ville. Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de la ville pour détention, usage et transport d’armes de quatrième catégorie, a-t-on appris lundi 9 juillet de sources judiciaires et policières. Cette enquête, confiée à la police judiciaire de Nice, devra notamment déterminer si les armes utilisées sont authentiques ou factices. Dans un communiqué, le député UMP des Alpes-Maritimes Rudy Salles dénonce un "vidéo-clip violent et provocateur" qui répand "un sentiment anti-français". Il estime que "ces attitudes inacceptables doivent être condamnées".

Mais pour le rappeur Pap, ce clip est bien de la fiction. Il montre "une certaine image, mais ce n’est pas l’Ariane qui est comme ça […] Vous voyez, là, personne n’est armé", se défend-il dans ce reportage de nos confrères de France 3 Côte-d’Azur :


Notes

[1On peut juger de la non-violence des Identitaires sur leur clip : http://www.bloc-identitaire.com/vid....


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP