Joëlle Aubron obtient le droit de sortir de prison


article de la rubrique prisons > les longues peines
date de publication : lundi 14 juin 2004
version imprimable : imprimer


Détenue depuis 17 ans, l’ancienne militante d’Action directe est gravement malade. Le procureur général ne fera pas appel de la décision


Enfin ! Lundi, les trois juges de juridiction régionale de libération conditionnelle de Douai ont décidé de libérer Joëlle Aubron pour raisons de santé. L’ancienne d’Action Directe, condamnée à perpétuité pour deux assassinats, incarcérée depuis 17 ans, est atteinte d’un cancer avec métastase au cerveau, dont elle a été opérée au CHU de Lille le 16 mars dernier. Elle avait alors demandé la suspension de sa peine.

Malgré des expertises médicales très sombres, ne lui laissant que quelques mois à vivre, les juges avaient tergiversé, ne cessant de reporter leur décision. Du 3 mai jusqu’au 10 mai, jour où ils avaient demandé une nouvelle expertise pour le 28 mai, jour d’un nouveau report pour le 14 juin. Et, en accord avec sa cliente, l’avocat d’Aubron, Me Bernard Ripert, avait prévenu : « Nous ne ferons pas d’autre demande, Joëlle Aubron n’est pas une mendiante, si elle n’est pas libérée, elle mourra en prison » (« Libération » du 29 mai).

Lundi, tout de même, les juges ont donc suspendu la peine de Joëlle Aubron à dater du 16 juin : « Il ressort clairement de la description de la pathologie cancéreuse de Joëlle Aubron et de la nature des soins qui lui sont portés que le pronostic vital est engagé puisque l’expert expose les conditions d’une “évolution inéluctable vers la perte progressive d’autonomie et les limites de l’espérance de vie“ dans ce cas en mois », notent-ils dans leur arrêt. Le procureur général, qui jusqu’ici s’était opposé à cette libération, a déclaré qu’il ne ferait pas appel.

Aubron bénéficie là de la loi Kouchner de mars 2002, qui prévoit la suspension de peine pour un détenu dont le pronostic vital est en jeu ou dont l’état de santé est incompatible avec le maintien en détention. Une loi qui a permis -entre autres- la libération de l’ancien secrétaire général de la préfecture de Gironde, Maurice Papon, et celle de l’ex-PDG du groupe Elf Loïk Le Floch-Prigent.

Lundi, Me Bernard Ripert a « pris acte » de la décision : « Pour moi, il n’y a pas lieu de se réjouir, je n’oublie pas pourquoi elle sort de prison, cette décision est tout à fait légitime, la justice n’a déjà que trop tergiversé ». Toujours paradoxal, il ajoute : « J’espère qu’un jour elle sera en mesure de rejoindre ses camarades en prison pour terminer sa peine avec eux et être libérée avec eux ». Car d’autres d’Action Directe restent détenus, condamnés aux mêmes peines. Nathalie Ménigon, incarcérée elle aussi à Bapaume, souffrant d’accidents cérébraux-vasculaires, dépressive, demande vainement sa suspension de peine ; Georges Cipriani, atteint de graves troubles psychiatriques, Régis Schleicher et enfin Jean-Marc Rouillan, dont les médecins hésitent dans leur diagnostic : est-il atteint ou pas d’un cancer au poumon ? Tous ont commis « au nom de l’anti-impérialisme » de nombreux attentats et surtout, en 1985 et 1986, les assassinats du PDG de Renault Georges Besse et de l’inspecteur général des armées, René Audran.

« L’Etat se grandirait avec une décision d’amnistie, leur détention a assez duré. Les prisonniers de l’OAS ont été libérés beaucoup plus vite et par le chef de l’Etat alors qu’ils avaient tenté d’attenter à sa vie ! », assure Me Bernard Ripert. Pour Alain Pojolat, du collectif Ne laissons pas faire, qui soutient les prisonniers d’AD : « Cette libération est un soulagement pour les parents de Joëlle et pour elle. C’était ignoble de penser qu’elle pourrait terminer sa vie malade et en prison. Ce n’est pas une joie, puisqu’elle sort pour affronter la maladie. Et c’est tardif, puisque ses premiers évanouissements remontent à février et c’est autant de temps perdu pour être soignée dehors. » Joëlle Aubron sera hébergée dans l’Yonne, chez ses parents. « Elle continuera à se battre pour la libération de ses amis », assurent ses proches.

Dominique Simonnot


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP