Hubert Falco et les gluaux


article de la rubrique Toulon, le Var
date de publication : lundi 6 juillet 2015
version imprimable : imprimer


Connaissez-vous la “chasse à la glu” [1] ? Il s’agit d’une méthode traditionnelle pratiquée deux mois par an, dans cinq départements de la région PACA — Vaucluse, Bouches-du-Rhône, Var, Alpes-de-Haute-Provence et Alpes-Maritimes. Une pratique encadrée par une réglementation précise [2].

Le 19 mars dernier, l’Assemblée nationale a voté en première lecture un projet de loi sur la Biodiversité — plus précisément “pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages” — dont un article interdit la pratique de la chasse à la glu.

Une interdiction que le président de la Fédération des chasseurs de Vaucluse qualifie de “déni de démocratie” [3].
Depuis lors, un certain nombre d’élus de la région tentent de revenir sur l’interdiction de cette forme particulière de chasse. Josette Pons, députée-maire de Brignoles et une demi-douzaine d’autres députés de la région interpellent le gouvernement en lui adressant des questions écrites à ce propos [4]. Hubert Falco, sénateur-maire de Toulon fait de même et intervient dans la presse..

Pourquoi cette effervescence ? En quoi, quelques milliers de chasseurs adeptes de la chasse à la glu constitueraient-ils un problème ? Serait-ce que les élections régionales se profilent pour la fin de l’année ... et que les chasseurs sont également des électeurs ... ?


La chasse à la glu est un mode de capture traditionnel en Provence. De petits oiseaux, généralement des grives, sont piégés avec de la colle déposée sur de petites branches. Ils servent ensuite d’appeaux au pied des arbres pour les chasseurs.
Selon Josette Pons [4], députée du Var, cette pratique remonterait au temps de l’empire grec [sic], et se diversifia avec l’arrivée des Romains

Les députés interdisent la chasse à la glu

En première lecture du projet de loi sur la biodiversité, les députés ont, le 19 mars 2015, interdit la chasse à la glu. Cette interdiction avait été introduite en commission par un amendement déposé par la député écologiste du Val de Marne Laurence Abeille [5] :

AMENDEMENT N° CD628 présenté par Laurence Abeille

APRÈS L’ARTICLE 68, insérer un Article 68 bis suivant :

A l’article L. 424-4 du code de l’environnement, la phrase : " Les gluaux sont posés une heure avant le lever du soleil et enlevés avant onze heures." est remplacée par la phrase : " La chasse à la glu ou à la colle est interdite."

EXPOSÉ SOMMAIRE

Cet amendement vise à interdire la chasse à la glu, pratique particulièrement néfaste à la biodiversité.

En effet, cette pratique va à l’encontre de la préservation et de la reconquête de la biodiversité, parce qu’il s’agit d’une méthode de chasse non sélective et difficilement contrôlable, qui détruit de
nombreux oiseaux, notamment des espèces protégées.
Cette méthode est de plus particulièrement cruelle envers les animaux.

Cet amendement fut voté en commission, et il fut donc intégré dans le projet de loi par l’insertion d’un nouvel article :

Article 68 quinquies (nouveau) [6]

Le cinquième alinéa de l’article L. 424-4 du code de l’environnement est ainsi rédigé :

« La chasse à la glu ou à la colle est interdite.

Hubert Falco souhaite le maintien de la chasse à la glu

Estimant que « cette pratique de chasse a su préserver un bon équilibre aux espèces visées » le sénateur-maire de Toulon a posé une question écrite au gouvernement :

Question écrite d’Hubert Falco, sénateur-maire de Toulon [7]

Maintien de la chasse à la glu

M. Hubert Falco attire l’attention de Mme la ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie sur un amendement adopté par l’Assemblée nationale sur l’interdiction de la chasse à la glu dans le cadre du projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages (AN, n° 1847, XIVe leg). Cette pratique qui remonte au temps de l’empire grec, s’inscrit totalement dans les traditions provençales et elle est soumise à une réglementation très stricte. La pratique de la chasse à la glu est, comme tous les modes de chasse en France, très contrôlée. Au niveau européen, avec la directive « oiseaux » 2009/147/CE qui fixe les conditions de la dérogation (capture en petite quantité et de manière sélective), au niveau national avec l’arrêté ministériel du 17 août 1989 relatif à l’emploi des gluaux pour la capture des grives et des merles noirs destinés à servir d’appelants et enfin au niveau départemental avec les arrêtés préfectoraux pour les cinq départements concernés définissant la période limitée des gluaux et le nombre de prise autorisées. Cette pratique de chasse a su préserver un bon équilibre aux espèces visées et la capture d’oiseaux vivants permet de maintenir le lien social entre les populations rurales et urbaines. Au regard de ces différents éléments, il souhaite connaître la position et les intentions du Gouvernement dans le maintien et la préservation de ce mode de chasse traditionnel.

Le projet de loi sur la biodiversité doit maintenant être examiné par les sénateurs, et repasser à l’Assemblée. Rien n’est donc définitif.

Notes

[1Gluau : planche ou planchette enduite de glu pour prendre de petits oiseaux.

[2Voir, par exemple : La règlementation de la glu.

[3Référence : un article de France-Bleue.
Une pétition nationale téléchargeable a été lancée...

[4La question écrite de Josette Pons : http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-1025QOSD.htm

[7Question écrite n° 16842 de M. Hubert Falco (Var - Les Républicains)
publiée dans le JO Sénat du 18/06/2015 - page 1423. Sur le site du Sénat :
http://www.senat.fr/questions/base/.... La question est en attente de réponse du Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie.


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP