Eldorado et Ceuta


article de la rubrique international > l’Europe
date de publication : samedi 28 juillet 2018
version imprimable : imprimer


Plus de 800 migrants ont tenté de franchir la frontière pour entrer en Espagne, 600 ont réussi, les échanges avec la Garde civile ont été violents. La barrière de Ceuta n’a pas découragé les migrants qui, ainsi que le dit Laurent Gaude, fuient la guerre et la misère pour arriver, enfin, à l’Eldorado européen.


Alors qu’il y a peu, l’Italie, la France et Malte refusaient de laisser l’Aquarius accoster dans leurs ports, le 26 juillet, après avoir traversé de nombreux pays et affronté tous les dangers, 600 migrants africains sur les 800 qui venaient d’atteindre la barrière de Ceuta, ont posé le pied sur le sol espagnol. [1]

"La clôture, haute de 6,5 mètres, reste surmontée de barbelés tranchants qui causent des blessures pouvant être mortelles, et que le nouveau gouvernement du socialiste Pedro Sanchez s’est engagé à retirer." [2]

Il y a un an, ils étaient près de 200 à franchir la même frontière : "Au moins 187 migrants sont parvenus à entrer dans l’enclave espagnole de Ceuta au Maroc en courant à toute vitesse pour passer le poste-frontière au petit matin, a annoncé la préfecture de l’enclave ce lundi 7 août 2017.

« Ils sont entrés à 5 heures du matin (2 h TU) par le poste frontalier, en courant  », a expliqué à l’AFP un porte-parole de la préfecture de cette enclave espagnole au Maroc. Selon une estimation provisoire, 187 personnes sont entrées ainsi." [3]

Pour mieux comprendre pourquoi les migrants jettent leurs dernières forces contre les barrières de Ceuta et de Melilla après avoir parcouru des milliers de kilomètres et avoir subi des emprisonnements, des vols, des violences, on peut lire, par exemple, "Eldorado" de Laurent Gaude : "Parce qu’il n’y a pas de frontière que l’espérance ne puisse franchir, Laurent Gaudé fait résonner la voix de ceux qui, au prix de leurs illusions, leur identité et parfois leur vie, osent se mettre en chemin pour s’inventer une terre promise." [4]


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP