Copé est arrivé


article de la rubrique démocratie > le blog de Mavida
date de publication : dimanche 2 juin 2013
version imprimable : imprimer


Copé est arrivé
Sans s’presser
Le grand Copé, le beau Copé
Avec son cheval et son grand chapeau…


Il est arrivé mercredi dans le Var !
Et il a déclaré : « La crise à l’UMP est derrière nous ». Titre de la page 14 de Var-Matin.
« Mais alors », lui a fait remarquer le journaliste, « Le conflit qui oppose MM. Vitel et Vialatte pour les municipales de La Seyne n’en donne pas l’image. Quid du sondage de notoriété commandé par vos soins ? »
Réponse de Copé : « La famille de l’UMP est rassemblée après une crise terrible. Nous travaillons avec le même objectif : regagner le coeur des Français. Ce qui se passe à La Seyne n’a rien d’extraordinaire. C’est souvent le cas avant une investiture… » Et Copé d’ajouter qu’il n’a pas les résultats du sondage ! Mystère ! Où sont les résultats du sondage ? Vous n’auriez pas vu les résultats du sondage pour les communiquer à M. Copé ? Il va falloir lancer un appel en disparition : toute personne ayant vu ou étant en possession des résultats du sondage de La Seyne est priée d’en informer M. Copé. Il en a un besoin urgent. Vu ce qui se passe à Paris dans les primaires UMP…

À part ça, quoi de nouveau ?
Vous avez peut-être lu dans un des derniers numéros du journal Le Monde un article consacré au Var et à la poussée du FN qui se profile avec en sous-main des élus de l’UMP. Je ne citerai pas de noms… Mais il y en a qui commence par V. Pourtant par ici on a eu l’expérience du FN à la mairie de Toulon ! Ça devrait suffire !

Dans ce même journal et dans un tout autre ordre d’idées, j’ai lu un article très intéressant de Philippe Brunet, maître de conférence en sociologie sur une proposition de loi autorisant la recherche sur l’embryon. « Il importe surtout de réfléchir à la manière dont une démocratie peut améliorer sa maîtrise de l’enjeu entre science et valeurs. » Et la conclusion me paraît très forte : « Les sciences ne sont ni bonnes ni mauvaises en soi, pas plus que leurs effets. Seules, les valeurs fabriquées dans le même temps, permettent d’en indiquer un sens. Ces valeurs sont donc tout aussi fragiles et tâtonnantes. Par delà les lois et règlements nécessaires, l’enjeu évident est celui d’une maîtrise sociale plus importante de ce sens. C’est donc à un contrôle social élargi de la production des valeurs, c’est-à-dire démocratique, qu’il faut en appeler. (…) L’activité humaine qu’elle tienne à la santé ou à tout autre domaine ne peut faire l’économie de cette exploration permanente entre sciences, technologies et valeurs. Nous ne devons pas craindre de produire en continu nos valeurs. Car elles sont ancrées dans ce que nous accomplissons. Nulle part ailleurs ! » À l’heure qu’il est la proposition de loi est bloquée à l’Assemblée nationale et ce n’est pas demain qu’elle sera débloquée !… Ne serait-ce pas un bon et utile thème de réflexion pour la LDH ?

Pour poursuivre cette brève revue de presse, vous avez vu que le procès « Médiator » est reporté pour complément d’information ! Tout paraît pourtant clair. Un laboratoire pharmaceutique est responsable de la mort de nombreuses personnes. Quel complément d’information ? Je pourrais aussi vous signaler un article de Daniel Schneidermann, dans Libé du 20 mai dernier, sur « le facho à la mode » qui court les plateaux de télé. Il s’appelle Alexandre Cabriac et a 22 ans. Un nom a retenir ! Daniel Schneidermann termine son article par ces mots : « Quant à savoir si cette omniprésence médiatique exagère l’importance d’un phénomène politique permanent de génération en génération (…) et pourrait finir par le faire grossir, en une sorte de prophétie auto-réalisatrice, c’est une autre question qu’on se posera plus tard. »

Je pourrais aussi parler de l’affaire Tapie, de l’affaire Bettencourt, de l’affaire Ziad Takieddine, vous savez cet investisseur dont François Copé a apprécié les bains pris dans sa piscine…

Alors pour terminer prenons un peu d’air frais ; parlons de poésie. Dans le même Libé du lundi 20 mai je voudrais vous donner à lire quelques mots d’un poète et philosophe, Martin Rueff : (Les) « difficultés ne devront pas empêcher les poètes qui cherchent à l’être, de défendre la poésie des poètes qui cherchent à l’être. Sans quoi on s’exposera au risque d’apparaître comme une génération qui a gaspillé la poésie » [1].

Et comme l’a dit Louis Aragon : « La poésie est le miroir brouillé de notre société. Et chaque poète souffle sur ce miroir : son haleine différemment l’embue. »

Michel Mavida


P.-S.

[Philippe Vitel, député de la deuxième circonscription du Var et secrétaire départemental de l’UMP] a fait le choix de rejoindre le collectif de la Droite populaire, qui surfe sur des thèmes proches de ceux du FN. « Si on ne veut pas voir nos électeurs partir chez eux, il faut avoir un discours qui leur parle », assure-t-il. Ce qui n’a pas empêché le FN de progresser spectaculairement dans sa propre circonscription. « Je suis hanté par ce tiers d’électeurs qui avaient voté pour moi en 2007 et ont voté pour le Front en 2012, avoue M. Vitel. Qu’est-ce que je leur ai fait, moi ? Je suis Droite populaire. On tient pourtant des propos assez avancés. Visiblement, ça ne suffit pas. Si on ne réagit pas, la fuite est inexorable. »


Patrick Roger
« Dans le Midi, le FN siphonne une UMP tétanisée »
Le Monde du 29 mai 2013


Notes


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP