17 octobre 1961, des crimes inexcusables


article de la rubrique justice - police > justice
date de publication : samedi 16 octobre 2021
version imprimable : imprimer


Le massage des Algériens commis lors du 17 octobre 1961 sont des "crimes inexcusables pour la République", a dénoncé Emmanuel Macron le 16 octobre 2021.



Photo©Rafael Yaghobzadeh / POOL / AFP

Jean-Luc Einaudi est mort en mars 2014. Né le 14 septembre 1951, il avait notamment témoigné lors du procès de Maurice Papon, en 1997, devant la cour d’assises de Bordeaux, sur la répression sanglante de manifestants algériens en 1961 à Paris. Attaqué en diffamation par l’ex-préfet de police de Paris en 1999, l’historien avait eu gain de cause.

Jean-Luc Einaudi avait salué en octobre 2012 la reconnaissance par le président François Hollande de "la sanglante" répression des manifestations d’Algériens de la région parisienne, le 17 octobre 1961 à Paris".
Son livre "La Bataille de Paris, 17 octobre 1961", édité au Seuil en 1991 et réédité en 2001, avait mis les événements sur la place publique. Son dernier livre, "Le Dossier Younsi. 1962 : Procès secret et aveux d’un chef FLN en France" est paru en 2013 aux éditions Tirésias.

*****
Livre : « Le 17 octobre des Algériens » avec une postface intitulée « De nouvelles révélations » publié le 25 septembre 2021

Le texte de Marcel et Paulette Péju, « Le 17 octobre des Algériens », devait paraître à l’été 1962 aux éditions François Maspero mais les pressions conjuguées des pouvoirs français et algérien ont fait qu’il a dû attendre 2011 pour être publié par l’éditeur La Découverte. Présenté et accompagné du texte de Gilles Manceron « La triple occultation d’un massacre » qui aborde les raisons du long silence autour de cet événement. Il est réédité en collection de poche en 2021, complété par une postface inédite.

P.-S.

Et pour en savoir plus : [1]


Suivre la vie du site  RSS 2.0 | le site national de la LDH | SPIP